Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

Racket ! Inspecteur VS Témoin [Paul Defès]

 :: IRP → Zone hors de la ville :: Lac Gourd :: Abord du lac Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Jeu 24 Déc - 12:54
Heure : 8h57 * Lieu : Commissariat de police
Décembre. Un mois froid comme la glace, froid comme mon regard bleuté et froid comme mon cœur, selon les rumeurs qui court au commissariat de police. Pas un mois sympa, où il fait bon sortir dehors pour jouer à la balle, ou bien faire les magasins… Ça tombe bien, j'aime pas sortir.


J'étais à mon bureau, ce jour là, ouais. En train de jouer au solitaire, tranquillement, puisque aucune enquête n'était en cours. Faut croire que les criminels aiment aussi se terrer chez eux, en période hivernale, ce qui, en soit, m'arrangeait bien. J'étais libre, libre de ne rien faire, puisque, contrairement à ce cher Tektiv, j'avais rendu tout mes rapports, et aucun travail en retard ne m'attendant. Normal, en même temps, j'étais là depuis, quoi, une semaine ? En aussi peu de temps, on ne pouvait pas avoir de travail en retard.


Bref, je déplaçais mes cartes, quand soudain une personne est venu interrompre ma partie. Bill Ballaud, assistant officiel du commissariat de police, et incompétent quasi notoire. A mon avis, c'est surtout qu'on ne lui laissait pas exprimer son potentiel, mais bon… Le jeune homme arrivait donc, et s'excusa deux fois, avant de détourner le regard, mal à l'aise. Je fis signe de ne pas être affecté, mais une petite voix me souffla doucement dans l'oreille : « Monstre. »


« Oui, Asistant Ballaud ? »


J'avais parlé d'une voix atone, comme à mon habitude, pour le faire sortir de son état de mal-être. Pas que j'avais envie de l'aider outre mesure, non, mais il fallait bien qu'il me délivre son message, afin qu'on me laisse tranquille…


« I-inspecteur Theurel ! Le Chef m'a donné un r-rapport pour vous ! »


Il avait presque mis trop d'enthousiasme en me tendant enveloppe de papier kraft contenant le message de mon supérieur, si bien que mon masque avait été heurté par le papier. Je réajusta ce dernier sans rien dire, avant de prendre la missive et de remercier Ballaud d'un seul geste. Celui-ci n'en attendit pas plus pour quitter mon environnement immédiat, tandis que j'ouvrais le colis.


… Oh.


Heure : 9h35 * Lieu : Lac Gourdy

Le Lac Gourdy, une étendue calme et silencieuse en plein cœur en cette matinée. Pourtant, une personne avait apparemment été racketté dans les environs, ce qui avait motivé le chef à m'envoyer inspecter les lieux. Brr. Les petits flocons qui tombaient tout autour de moi pour recouvrir le sol ne m’émouvait pas, il me donnait juste froid. Je resserrais ma vielle veste sur mes épaules, tout en avançant en clopinant vers le « lieu du crime ».

Une fois arrivé, je fis ce que tout inspecteur digne de ce nom aurait fait : je sécurisais la zone. Un bandeau « do not cross » jaune vif, autour du lieu supposé du crime, afin que personne, pas même un de ses… avocats de la défense, ne passe. Puis, je mis une paire de gants, avant de clopiner calmement vers le centre de la scène. Mon unique œil balaya lentement la scène de crime, afin de trouver des indices. Et j'en trouvais un.
… En même temps, celui-ci, même Tektiv l'aurait vu et ramassé. Je n'avais décidément aucun mérite.

Un trousseau de clef, visiblement volumineux, avec une étiquette accroché autour. Et sur cette étiquette: « Ce trousseau de clef appartient à Paul Défes ! Merci de le ramener au *adresse de Paul Défes* »
… Pendant une interminable seconde, je resta figé, avant de prendre conscience que, oui, il existait des individus aussi irréfléchis qui vivaient sur la même planète que moi. Sous mon masque, j'eus un rictus moqueur, avant d'empocher les clefs. Cet homme, si c'était bel et bien le racketteur, était quand même un sacré imbécile.

[Alors là, soit Paul cherchait ses clefs et est revenu sur le lieu du crime, soit Theurel se rend chez Paul ! Comme tu veux ! Si il se rend chez Paul, alors dit moi de prolonger mon post ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Paul Defès_1
Fantôme du Passé ~
avatar
Messages : 43
Ven 25 Déc - 19:17
Un bien beau jour d'hiver. Par ce temps, beaucoup de monde venait se promener aux alentours du lac Gourdy, espérant ainsi voir le fameux monstre qui avait fait la une il y a longtemps, devenu aujourd'hui une légende. Cela dit, l'eau était complètement gelée, donc très peu de chances de voir quoique ce soit... Toutefois le public pouvait tout aussi bien profiter d'une vue superbe tout en mangeant un bon hot-dog à l'effigie du samouraï d'acier. Les kiosques longeant le lac étaient toujours ouvert pendant les périodes de fêtes.

Même si certaines personnes venaient se détendre par ici, c'était surtout de vieilles personnes aimant profiter du calme. Ainsi, même les passants pouvaient passer pour de proies faciles aux yeux de malhonnêtes. Une affaire avait eu lieu il y a quelques heures, un soit-disant racket. Encore les jeunes pendant les périodes de fêtes hein... Paul Defès, alias la catastrophe, était pourtant en pleine vente de ses hot-dogs ce matin même. Peut-être même bien qu'il s'était endormi... Toujours est-il qu'il avait déjà quitté les lieux, ne trouvant pas l'ombre d'un client en cette journée glaciale.

L'homme avait donc quitté son stand, lorsqu'il remarqua les nuages grisâtre annonçant de la neige. En plus, lui qui n'était pas si frileux commençait déjà à grelotter. Se pressant pour rentrer chez lui, il réussit même à glisser sur une petite flaque de verglas en plein milieu de chemin. Sans donner de l'importance à sa malchance éternelle (à force...), il continua sa route jusqu'à chez lui. Mais une fois arrivé à destination il remarqua qu'il lui était impossible de retrouver ses clés.


Pour une fois que j'oublie pas de fermer chez moi...

Il tenta pourtant de retourner sa veste dans tous les sens possible, mais ses clés n'étaient nulle part. Même un idiot comme Paul pouvait bien comprendre qu'il les avait perdues pendant le trajet. Il se mit à courir en direction du lac Gourdy. Heureusement qu'il avait pensé à écrire son adresse sur son porte clés ! Haha ! Comme ça, si quelqu'un les trouvait, il pourrait les lui ramener ! Tant qu'il était chez... lui ? ..... Bon.

Lorsqu'il revint sur les lieux, il remarqua une bande jaune bien visible qui n'était pas là ce matin. Une bande jaune qu'il avait déjà vu, qu'il connaissait, mais avait oublié l'utilité. C'est comme les guirlandes, c'est pour Noël ? Ainsi qu'un homme au milieu, ramassant ce qui était... vraisemblablement ses clés de maison. Sans trop de manière Paul se mit à l'interpeller de façon très distinguée.


Héééééé meeeec ! Je crois que c'est mes clés que tu tiens ! C'est gentil, tu peux me les rendre maintenant !

Heureusement, la neige n'était pas tombée pendant ce temps. Elles auraient pu être enterrées sous dix centimètre de poudreuse... Lorsque l'homme se retourna vers lui, il ne put s'empêcher de sursauter en voyant son visage couvert. Enfin, il avait l'habitude de la figure de son ami Benji, alors à côté ce n'était pas si effrayant que ça. Quoique l'originalité le perturbait quelque peu.


M'enfin c'est pas Halloween, 'me fait pas peur comme ça, mec !

Il recommença à sautiller sur place, n'ayant pas apporté son manteau aujourd'hui. C'est qu'il faisait vraiment froid... Il se souvenait encore de ces longues soirées d'hiver qu'il avait passées à essayer de gonfler son samouraï d'acier grand format. Ce qui avait donné naissance au monstre du lac d'ailleurs... Oui, c'était une nuit de Noël, où son ami avait été accusé de meurtre tandis qu'il se tenait non loin de la scène. Aaah qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour pouvoir fêter la bonne année avec ses deux amis. Mais les femmes passaient avant. Si jamais il se trouvait une petite copine avant et bien... "Désolé Nick & Benji, mais j'suis déjà occupé !"

Bref, s'il était revenu aussi rapidement après être parti, autant profiter de l'occasion. Son stand était toujours dans les environs après tout. Et puis pour une fois qu'il trouvait quelqu'un...


Si t'es venu pour un hot-dog c'est pas trop tard tu sais ! T'as de la monnaie ? Allez c'est ton jour de chance ; deux pour le prix d'un et demi !

Et la neige qui commençait à tomber...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Sam 26 Déc - 11:34
L'expression populaire dit bien que quand on parle du loup, on en voit la queue ; et bien en l’occurrence, je venais de trouver mon suspect. Pour le moment, cependant, je ne savais pas que cet homme allait devenir la pire calamité de ma vie.


Je ne l'avais pas entendu approcher, concentré sur ma lecture de l'adresse, rédigé de manière assez illisible, on doit bien l'admettre. Ainsi, j'eus un sursaut lorsque la voix nasillarde de Paul Defès m'interpella dans le but de me réclamer mes clefs. Je me redressa, portant bien au ma grande stature, et toisa du regard le nouveau venu. 1M77, blond, jeune, et visiblement… lent. Il avait eu un sursaut en voyant mon visage, mais je m'en offusquai pas. J'avais l'habitude, avec le sergent Ballaud, alors de toute façon…


Je fis mine de jongler, de ma main libre, avec les clefs de Paul, en le détaillant de mon regard impassible. Le mec en face grelottait, parce qu'en même temps, il commençait à neiger… Heureusement pour moi, ma veste était certes vielle, mais bien chaude, et même si le vent glacé pénétrait par les quelques ouvertures du vêtement pour venir me refroidir, ça allait encore.


Mais dans quelques minutes, l'individu devant moi allait beaucoup moins bien aller. D'ailleurs, il sautillait sur place, piaffant d'impatience, comme un fougueux étalon. C'est à ce moment que j'ouvris mes lèvres pour lui adresser la parole.


« Monsieur… Defès… ? Je vous inf--- »


«  Si t'es venu pour un hot-dog c'est pas trop tard tu sais ! T'as de la monnaie ? Allez c'est ton jour de chance ; deux pour le prix d'un et demi ! »


Je détestais ce genre d'individu. Certes, depuis… depuis… « ça », j'avais perdu une grande partie de mes capacités vocales, et ce, malgré l'opération, mais… Bon dieu, que cet homme était impolie. Je fis un pas vers lui, enfonçant assez profondément ma béquille dans la poudreuse naissance, avant de le pointer du doigt, façon avocat de la déf… façon tocard habillé en clown.


« Monsieur Defès ! Ce n'est pas l'heure pour des hamburgers ! »


Visiblement, mon geste l'avait stop… ah, bah nan. Il était partit sans moi jusqu'à son stand de hot-dog. Bon dieu. Je jurais intérieurement, tout en me mettant à suivre mon suspect jusqu'à son stand de hot-dog. Puis, le voyant enfin s'arrêter, je lançai, avant qu'il n'ai le temps de me couper la parole ou de courir plus loin :


« MonsieurDefèsvousêtessuppectezderackertalorsarrêtezdecourirpartoutetlaissermoivousinterroger ! »


Bon, au moins, je le lui avais dit. Profitant de sa surprise, je rangeas les clefs de l'individu dans une petite sacoche en plastique, avant de changer d'une manière extrêmement rapide et précise de masque, contre un de ceux qui étaient dans la sacoche qui pendant sur mon flanc non blessé. J'avais maintenant le masque d'inspecteur de la crime au travail, ce qui, en un sens, devait impressionner Paul Defès.
… J'en faisais un peu trop, pour un simple racket, mais le fait de devoir poursuivre mon suspect m'avait hérissé le poil.


« Monsieur Defès, donc. Que faisiez-vous au alentour de six heures du matin, aujourd'hui. »


Je laissais une courte pause, pour laisser le temps à mon suspect simplet de répondre, et puis, la mitraillette à question se lança d'elle même.


«  Quel est votre métier ? »

« Pourquoi étiez-vous au lac ce matin ? »

« Comment expliquez-vous la perte de vos clefs ici ? »

« Avez-vous vu quelques choses d'étrange ce main au abords du lac ? »
Revenir en haut Aller en bas
Paul Defès_1
Fantôme du Passé ~
avatar
Messages : 43
Sam 26 Déc - 16:12

Tout en chantonnant d'un air nonchalant, Paul trottina jusqu'à son stand, se préparant à effectuer sa première vente de la journée - du moins il en était persuadé. Il en profita pour repérer la flaque de verglas qu'il n'avait pas vu ce matin, remarquant une fêlure dessus. Suite à sa chute... Quel choc. Au moins, il l'évitait avec aisance cette fois-ci, l'ayant remarquée de loin. Alors qu'il rouvrait tranquillement la porte arrière du kiosque de hot-dogs, l'autre homme l'avait rapidement rattrapé, forçant sur sa voix pour s'insuffler de l'autorité. Avec une pointe de stress. On se demandait la faute à qui.

- MonsieurDefèsvousêtessuspectéderacketalorsarrêtezdecourirpartoutetlaissezmoivousinterroger !


Hein ? Tu veux me laisser interroger le suspect de ton racket ?

Non, vraiment, il n'avait pas compris ce qu'il venait de dire. L'homme masqué était presque essoufflé d'avoir sortit une phrase aussi longue sans interruption. Ce dernier, en un mouvement éclair, changea au passage son masque pour un autre ayant l'air bien plus... "effrayant" ? Tout du moins, cela avait enfin eu pour effet d'impressionner Paul. Il jeta discrètement un coup d’œil vers la sacoche de l'homme, se demandant bien combien de masque planquait-il. Ça l'aurait bien amusé de tous les voir... Il lui faisait penser à un artiste comique en fait... Mais pour l'heure, il lui fallait vendre ses hot-dogs. Paul se retourna, se pencha en arrière et contempla sa marchandise.


Alors ? T'en veux combien ? J'peux en réchauffer une bonne dizaine !

Mais visiblement, son interlocuteur n'avait pas vraiment l'air d'avoir faim. Ah il a pas envie d'enlever son masque donc il peut pas manger, c'est ça ! Il rangea les clés de Paul dans un sachet plastique, avant même qu'il ne puisse protester. Il ignora royalement ce que disait Paul, mais continua son monologue. Rien ne semblait pouvoir l'arrêter, et même avec le visage couvert, on pouvait facilement déduire qu'il était plus qu'irrité. Ce n'était pas la première fois que Paul produisait cet effet d'ailleurs. Même Wright y avait déjà goûté.

- Monsieur Defès, donc. Que faisiez-vous aux alentours de six heures du matin, aujourd'hui.


Euh... Six heures tu dis ? P'tèt' bien que j'dormais, p'tèt' que j'étais déjà là. Pourquoi cette question ? Tu me rends mes clés, par contre ?

"Cette question". Non, pas une seule... Sans même prêter attention à sa réponse, l'homme partit en flèche et lança toutes interrogations possibles. Même pas moyen d'en placer une. Mais le problème était surtout qu'il n'avait pas l'air de vouloir lui rendre ses clés. Et comment rentrer chez lui sans ? Ah. Peut-être qu'il pouvait aller squatter chez Phoenix Wright, lui devait avoir le chauffage. En plus, il avait recruté de nouveaux avocats lui semblait-il. L'occasion rêvée de rencontrer des filles ! Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas revue Vérité d'ailleurs. Cette gamine adorable, avec qui il s'entendait bien pour jouer des tours à son ami... Transition brutale, la voix cassante de l'inspecteur.

- Quel est votre métier ?


Bah, j'suis -

- Pourquoi étiez-vous au lac ce matin ?


Mais pour -

- Comment expliquez-vous la perte de vos clefs ici ?


Ah ça c'est -

- Avez-vous vu quelque chose d'étrange ce matin aux abords du lac ?


...
Ce dialogue ne ressemblait pas vraiment à une discussion normale. Ni même à un interrogatoire du coup. Nan mais rien que deux énergumènes aussi étrange, qu'ils aient pu échanger plus d'une phrase était déjà prodigieux... Par contre même si Paul Defès est agaçant, il est également irritable sans compter le fait qu'il comprends pas mal de choses à l'envers. Par ailleurs, tandis que d'autres questions fusaient sans qu'il puisse en comprendre le sens, il hésita sur la conduite à suivre. Il pouvait tout aussi bien le laisser parler dans le vide, et fuir rapidement ce qui commençait à le faire flipper... Mais d'un côté, il avait bien envie de remettre les pendules à l'heures. Bien que les siennes étaient bien déréglées depuis longtemps.

Il prit une inspiration pour couper l'inspecteur dans son élan, haussant le ton pour qu'il se fasse entendre.


Non mais tu vas me laisser en placer une, oui ?! J'suis Paul Defès, vendeur de hot-dogs samouraï d'acier qui sont à presque-moitié prix aujourd'hui, j'ai perdu mes clés parce que j'ai glissé sur la flaque juste derrière toi et y a que toi d'étrange ici !


En plus j'te ferais pas dire mais j'vois pas pourquoi je devrais répondre à tes questions, tu joues à l'avocat ou quoi ? On dirait Nick !

Phoenix Wright, il ressemblait plus à un détective qu'un avocat parfois... Entêté comme jamais. Mais bon, il lui était tout de même reconnaissant, car c'est lui qui l'avait tiré d'un verdict coupable lorsqu'il avait encore été accusé d'avoir assassiné son ex-petite amie. En attendant, il ne croyait pas si bien dire, en face de cet homme... Presque dans le mille.

La neige tomba tranquillement, commençant à recouvrir le sol d'une fine couche de glace. Le temps était très humide cette année, sans compter ces températures qui descendaient en dessous de 0° pour rendre cette humidité gelée. Paul hésitait à enfiler la tenue de père noël qu'il portait habituellement en vendant ses hot-dogs, il fallait l'avouait, elle le tenait bien au chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Lun 28 Déc - 20:15
Bon dieu. Je me rendais compte, maintenant, en l'écoutant, que j'avais affaire à un imbécile. Le peu de temps qu'avait duré notre échange m'avait permis de comprendre que cet homme n'était sans doute pas le coupable du racket. En même temps, il avait l'air tellement idiot et naïf… Regardez-le ! Enfin, je m'égare….


Sache-le, mon débit de parole est peut-être rapide, mais j'ai une bonne capacité de compréhension.. C'est-à-dire que j'avais noté la réponse de Paul, dans un coin de ma tête, et surtout, j'avais bien repérer que l'homme en face de moi cherchait à me vendre des hot-dogs. Il n'avait peut-être pas compris la situation dans laquelle il était, c'était même sans doute le cas.


Et il n'avait pas compris qui j'étais, puisqu'il avait haussé le ton pour couper mon débit de question. C'était surprenant : dans les vagues souvenir de mes enquêtes précédentes, les témoins me respectaient plus que ça… Enfin. Il s'agitait en expliquant sa profession, son nom, et en répondant à mes questions. Bien, on avançait.


La neige commençait à recouvrir le sol, mais, bien installé dans mon lourd manteau, je toisais mon suspect pas si suspect que ça. Au vue de ses réponses et de la naïvetés qu'on lisait sur son visage, il inspirait la confiance… Ce qui pouvait être dangereux. Des criminels passaient entre les mailles de la justice pour moins que ça ! Reprends-toi, Victor !


« - En plus j'te ferais pas dire mais j'vois pas pourquoi je devrais répondre à tes questions, tu joues à l'avocat ou quoi ? On dirait Nick ! »
- Je. Ne. Suis pas. un. Avocat ! »


J'avais parlé d'une manière un peu trop sèche, répondu un peu trop rapidement, sans doute. Mais je ne supportais pas qu'on me compare à un avocat. Et quand bien même je ne connaissais ce « Nick », je ne l'appréciais déjà pas. Un avocat de la défense, c'était forcément fourbe, forcément vil, forcément aussi coupable que les criminels qu'il faisait libérer. Je… Ne supportais pas les avocats, vraiment. Rien que de penser à ce genre de personne me donnait la migraine.
Et le fait que la personne en face de moi était un avocat ne m'aidait pas. J'avais envie de lui passer les bracelets de métal aux poignets, rien que pour ça. Mais, même si je ne supportai pas les avocats, je devais rester objectif.


« Donc, vous êtes amis avec un avocat, c'est cela ? »


Non. C'était plus fort que moi, j'avais relancé le sujet. En fait, j'avais une sorte d'envie de savoir le nom de mes futurs ennemies, pour savoir quels personnes éviter à tout prix. Connais-toi, connais tes adversaires, et tu auras la clef de la victoire. Et c'est cette devise que j'appliquais, dans le cas présent, pour ne pas me faire avoir plus tard.


Ma main retourna dans la poche de ma veste, où l'attendait les clefs de mon suspect. Je ne comptais pas lui les rendre avant la fin de cette entrevue, voir avant la fin de l'affaire. C'était un objet bien trop important, au mieux, cela permettrait d'avoir un indice correct pour les procureurs, voir décisif, au pire, je pourrais toujours m'en servir pour faire parler l'individu en face de moi.


[hors-rp : Désolé, c'est un peu court, mais j'ai eu deux/trois bricoles qui m'ont un peu bridé. >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Paul Defès_1
Fantôme du Passé ~
avatar
Messages : 43
Ven 15 Jan - 19:43

Avec son nouveau masque et ce ton plutôt cassant, difficile de ne pas avoir peur. Paul déglutit lentement devant l'inspecteur. Finalement il était plus intimidant qu'il ne le laissait paraître. Son sang-froid pouvait clairement être interprété comme un sentiment de colère très patient. Un peu comme Benjamin Hunter lors de ses procès. Il fallait l'avouer mais ce procureur était un démon, et Paul avait déjà vu de quoi il était capable... De tels mots, envers un ami d'enfance franchement.

- Donc, vous êtes amis avec un avocat, c'est cela ?, reprit-il d'une voix aisément froide.


- Euh... Ouais, c'est Phoenix Wright, tu dois l'connaître ?

Depuis le début de cette conversation, Paul n'avait jamais eu de réponses à ses questions, au contraire ; il ne faisait que répondre. Bon, d'après ce qu'il disait, cet homme n'était pas un avocat, donc ce n'était pas un contre-interrogatoire. Procureur peut-être ? Ou pire... Un FLIC ? Cela voudrait dire que, depuis le début, Paul faisait sa déposition ? ... Il ne vendrait jamais son hot-dog. Se rappelant soudainement toutes les affaires dans lesquelles il s'était impliqué, comme témoin ou accusé, mais en tout cas cela lui rappela de mauvais souvenirs.

Pris d'une soudaine panique, il commença à comprendre ce qu'il voulait comprendre.


- Attends... Ne me dis pas... Que t'es venu me coffrer ?

Même lorsqu'il venait simplement à la barre pour témoigner, ça finissait en n'importe comment et on le prenait pour un menteur (un idiot en fait) ou même le coupable. Nan, vraiment, s'il venait au tribunal c'était juste pour voir Nick et Benji se taper dessus, pas pour se faire chambrer. Et en attendant, aller en prison n'était pas dans ses plans, certainement pas à cette période de l'année où il avait encore plus de boulot. Il s'emporta soudainement, même si cela ne dura que quelques secondes, laissant place à son désarroi.


- Ouaah attends !! Tu crois vraiment que j'suis le coupable ?! T'as pas le droit de m'accuser comme ça !!


- Pitié monsieur le policier ! J'ai jamais tué personne, je sais même pas qui s'est fait descendre ! En plus Nick est même plus avocat j'ai personne pour assurer ma défense ! pleurnicha-t-il à ses pieds.

Non vraiment, il ne pouvait plus supporter ces procès. Dans ses souvenirs, il y avait eu énormément de coups de fouet et son superbe dessin avait été dénigré. Bon certes, il avait déjà abandonné la profession d'artiste, retournant à ses hot-dog mais tout de même. A peine revenu à sa vie si banale qu'on l'accusait déjà de crime.


- Tu veux un hot-dog ?

Il sortit alors son hot-dog du petit micro-ondes qui le réchauffait depuis quelques minutes. Les moyens laissaient peut-être à désirer mais cela restait un snack comestible et pas trop mauvais. Paul le tendit alors encore tout fumant dans sa main.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Sam 5 Mar - 19:43
Alors, comme ça, il était ami avec Phoenix Wright. Déplaisant. Vraiment. J'avais beau être ici depuis seulement quelque temps, je connaissais déjà la réputation de cet homme. Un avocat de la défense exceptionnelle, capable de renverser le cours des procès grâce à sa pugnacité… Bref, un sacré puits à ennui, le genre à falsifier des preuves, à mentir, à se tortiller pour que des criminels échappent à leurs châtiments. Infâme petit personnage. Rien que d'y penser, j'avais eu un moment de recul, et mon visage me faisait mal, à cause de la crispation causée par l'entente de ce nom. Maudis Wright. Maudis sois-tu.

Mais bref, je me repris très vite. Mon rôle d'inspecteur n'était pas de me faire décontenancer par le premier individu venu. Du coup, j'attendis qu'il finisse sa logorrhée causée par la panique, avant de lui répondre, point par point.

« Non, je ne pense pas que vous êtes coupable d'un meurtre, Monsieur Défès. Par contre, coupable de racket, sans doute. De plus, mes prérogatives d'inspecteur me donne le droit d'accuser qui me semble suspect et de le questionner. Quant à vous coffrer, malheureusement, je n'en aurais pas le plaisir. Par contre, je vais garder vos clefs comme pièce à conviction. »

Je vis la main de cet imbécile trembler en me donnant le hot-dog qui venait de finir de cuire. Mais je n'avais pas envie du snack, alors du coup, je le repoussai poliment d'un geste de la main. Même si, au vue de la tête du casse-dalle, il me paraissait plus sain de le jeter par terre, pour que personne ne prenne le risque de s'intoxiquer avec une chose pareille.

La neige tombait encore et recouvrait ma veste, qui commençait à ne plus me protéger du froid. Certes, c'était déplaisant. De plus, l'interrogatoire de Paul ne menait à rien. Je décidai donc de faire demi-tour et de me diriger vers le commissariat : j'avais une preuve, un suspect, autant commencer à faire un rapport dès maintenant et revenir ici quand le Parc serait moins frais. De plus, si l'autre me suivait au commissariat, je pourrais peut-être le faire parler…

[court, mais bon, enfin j'espère. En retard, je m'excuse. Une panne d'inspi impromptu, plus une desertion du fo, plus les cours... J'espère que tu comprendras >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Paul Defès_1
Fantôme du Passé ~
avatar
Messages : 43
Sam 23 Avr - 21:49
- Non, je ne pense pas que vous êtes coupable d'un meurtre, Monsieur Defès. Par contre, coupable de racket, sans doute. De plus, mes prérogatives d'inspecteur me donne le droit d'accuser qui me semble suspect et de le questionner. Quant à vous coffrer, malheureusement, je n'en aurais pas le plaisir. Par contre, je vais garder vos clefs comme pièce à conviction.

Pour accompagner ses mots, l'inspecteur secoua nonchalamment le petit sachet où figuraient les clés de Paul, avant de le ranger dans la poche de sa veste. Reconnaissable du premier coup d'oeil grâce au petit porte-clés représentant la tête du célèbre samouraï d'acier, une vieille série pour gamins qui datait d'une certaine époque... Par la même occasion, l'homme masqué refusa le hot-dog qui lui était proposé tel un objet de transaction contre la liberté d'un homme. Devant son refus, Paul ne trouva rien d'autre à faire que de le manger lui même, dévorant la moitié en une seule bouchée. Manger quelque chose de chaud par une journée aussi froide, enfin.


- Aah ok !

Il continua de mastiquer son bout de hot-dog - maintenant qu'il en parle il avait un drôle de goût - lorsqu'il observa son interlocuteur ranger les clés, et lui tourner le dos pour quitter cet endroit. La neige continuait de tomber et il lui fallu quelques minutes pour recouvrir la totalité de l'endroit. Après avoir fini d'une autre bouchée son petit snack, Paul soupira et pensa à rentrer chez lui. Il n'avait que sa veste sur lui et franchement, il avait froid. Si encore il avait une bonne raison d'attendre ici, (cela lui rappela une belle demoiselle aux cheveux noirs et au prénom de fleur) mais là, peut-être qu'il reviendrait un peu plus tard dans la journée, sans oublier de prendre un vêtement plus chaud. Bref, il fit un seul pas vers la direction de son foyer avant de se rendre compte qu'il lui manquait quelque chose d'essentiel pour y parvenir. Cerveau à part.


- Euh non pas ok du tout !! Mais j'ai b'soin de mes clés moi ! Et qui a racketté qui déjà ??

Mais cela faisait un bon bout de temps que le nouveau possesseur de ses clés était parti. Sa silhouette n'était même plus visible. Bon, l'un de ses avantages était qu'il savait que ce dernier était un inspecteur. Qui dit inspecteur dit poste de police. Qui dit poste de police dit 20 minutes de marche. Euké. Non. Il allait courir. Ce serait moins de vingt minutes.

Et pourtant, ces fameuses quelques minutes devinrent presque plus nombreuse lorsque Paul se mit à courir sur la route enneigée. Après quelques glissades dignes des plus grands palmashows, il réussit enfin à rattraper l'inspecteur au masque. Oui car celui-ci se déplaçait de façon prudente et très posée. Ou pas. Enfin, Paul lui, malgré ses gamelles, avait pratiquement nagé à travers la neige pour enfin apercevoir son bourreau. Bourreau si jamais il mourrait de froid.


- MEEEEEEEC !! ATTEEENDS-MOUAAAA !!

Il fit de nouveau une magnifique glissade sur le verglas brisé à cause de la hausse de température (bien que petite). Se relevant de la neige aux pieds de l'homme comme si de rien n'était, il ne prit même pas la peine de retirer la neige sur son visage, aussi s'empressa-t-il de se rapprocher pour exposer fermement ses "idéaux".


- ECOUTE MON OFFRE !! J'fais ce que tu veux, j'écoute tout ce que tu dis pendant trente minutes et en échange tu me rends mes clés ? Nan parce que sans ça j'peux pas rentrer chez moi tu vois ?

Il posa sa main sur l'épaule de l'inspecteur pour lui chuchoter à voix basse, comme si c'était pour que personne ne puisse le jalouser.


- En plus le porte clé c'est une édition unique donc j'ai pas envie de le perdre !

Et éventuellement, il n'avait pas envie de rester au commissariat. Quoique... S'ils offraient un petit café peut-être qu'il y songerai plus sérieusement.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Paul Magloire un président qui avait de l'envergure, un leader de fort calibre
» Retro sou Komisyon Ankèt Administrativ Paul Denis
» Vent de panique au Collège St-Paul (koté sa pralé mezanmi)
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» Quand Paul Raymond bombarde le pouvoir et l’opposition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Zone hors de la ville :: Lac Gourd :: Abord du lac-
Sauter vers: