Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

New Flavor ~ [Godot/Vito Leone]

 :: IRP → Ville :: Centre-Ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Jeu 26 Jan - 21:18
Comme pour la plupart de ses petits déjeuners, Godot se trouvait sur la terrasse du SpareLuck, un café très côté du centre-ville qui proposait un bon nombre de cafés à la carte.
Il faisait froid, très froid, un peu trop froid pour Godot, mais il ne s'en plaignait pas, en même temps cela l'aidait à le maintenir réveillé, lui, qui avait passé presque toute sa nuit à subir les miaulements de Mina, son chaton, qui l'implorait de jouer avec elle.
Il lui fallait donc un café bien corsé, capable de le faire sortir de l'état de "semi-sommeil" dans lequel il était. Godot saisit la carte qui se trouvait sur sa table et la parcourra assez vite-la connaissant presque par cœur maintenant- et tomba sur une nouveauté du SpareLuck: l'Espresso Vergnano. Godot, friand de nouvelles saveurs, jeta son dévolu sur celui-ci et sur une tarte à la meringue. Un serveur, l'ayant vu reposer le menu, vint à lui.


"Alors, puis-je emmener votre commande en cuisine Monsieur ?"



Ayant encore la tête dans le gaz et la gorge sèche, Godot lui donna la feuille qu'il avait finit de cocher, comme tout les clients du SpareLuck avaient l'habitude de faire. Après avoir pris le papier, le serveur fit un demi tour preste et agile en direction de l'intérieur du café. Le temps que Godot admire le paysage, un peu calme et gelé par le froid matinal, fut suffisant pour qu'il revienne, la commande sur un plateau . Après un signe de tête au serveur en guise de remerciement, Godot entama son café.
La première gorgée fut, comme celle de tout les autres espressos, celle qui pouvait ramener les morts à la vie par son arôme fort en caractère, ce qui permit à Godot de se réveiller. La deuxième, par contre, était un peu plus douce, mais libérait toute sa saveur, Godot arrivait même à déceler une petite touche de raisin, qui ne lui déplaisait guère. Quelle mélange exquis de saveurs !  Qui aurait cru qu'un café amer irait si bien avec l'acidité du raisin ? Godot était maintenant conscient, le brouillard qui s'étendait devant ses yeux s'était dissipé. Quelle bon début de journée !

Après une dizaine de minutes à admirer le paysage, les yeux de Godot tombèrent sur une personne, qui, malgré son jeune âge, dégageait une aura assez particulière. Le jeune homme était habillé tout en noir, mais le plus étrange chez lui était le bandeau qu'il avait autour de l’œil, que cachait-il? Il n'était pas de la région et Godot le voyait bien, mais d'où venait-t-il? Les questions se multipliaient autour de ce personnage.

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Ven 27 Jan - 15:02


"SpareLuck"
Ce café, Vito n'en avait jamais entendu parler. Après tout, il est arrivé il y a peu de temps en France. Le froid matinal faisait qu'il ne voulait pas tellement rester dehors. Il avait encore beaucoup à faire, en peu de temps. La vie en étant liée à la mafia italienne est assez compliqué, mais cela ne le gênait pas trop. Le travail, c'est le travail.
Il entra donc dans le café. Il était un peu fatigué : Il a rempli beaucoup de paperasse récemment, pour la famille Leone, pour son métier d'avocat en France... 

                         
            - (Bon, va falloir continuer une fois de plus le boulot. 
                        J'aimerai quand même bien  faire mon VRAI boulot moi...
 Celui d'avocat.)

Il entra donc dans le café, en prenant le temps de regarder ce qu'il y avait à l'intérieur. Et Vito fût pour le moins... Étonné.


                       

                    - Eh bien, je ne m'attendais pas à vous voir, M.Armando.  

Quelle coïncidence. C'était en effet une des personnes qu'il cherchait. Impossible de ne pas le reconnaître, avec son café, ses cheveux et sa... Visière rouge. Vito n'arrivait pas trop à trouver un mot pour la décrire. En tout cas, il devait lui parler. Et sérieusement.

Il s’essaya donc en face de Godot. Puis Vito commença à remplir une feuille. Il n'avait pas trop le temps d'attendre le serveur, et un gain de temps l'aiderait beaucoup. Il "commanda" donc un café, avec deux sucres. Pas un de plus, ni un de moins. Il aimait bien le café, mais UNIQUEMENT s'il y avait au minimum sa dose de deux sucres a l'intérieur. Il laissa donc la feuille remplie sur la table, attendant que le serveur vienne la chercher.

                      
                                     - Je pense, M. Armando, que nous devrions avoir une petite discussion entre nous...


Le serveur lui avait ramené sa tasse de café. Parfait. Pour Vito, cette journée s'annonce fructueuse, très fructueuse. Il avait en face de lui LE Diego Armando. Il était tellement connu à l'époque que la famille Leone en avait entendu parler. Son père souhaitait tellement le voir. Malheureusement, il doit rester en Italie. Pour le bien de la famille Leone. S'il part, tout ce qu'il a fait en tant d'années risque de tomber en miette. Et le boulot de Vito, par la même occasion. Mais la famille Leone ne risque pas de se dissoudre avant beaucoup de temps.

Vito sortit donc un dossier. Ce dossier risque bien de lui servir par la suite, pour pouvoir convaincre Diego Armando.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Sam 28 Jan - 16:24
-Et bien, je ne m'attendais pas à vous voir, Mr Armando.

Godot décela un léger accent italien dans la voix de la personne, il devait donc surement venir tout fraîchement d’Italie, et son accoutrement ne présumait rien de bon pour lui. La plupart des italiens qu'il avait rencontré, que cela soit au tribunal ou en prison, portant un costume noir, avaient un lien plus ou moins marqué avec la mafia. Godot était maintenant sur ses gardes, prêt à bondir hors de sa chaise, car il n'était pas à l'abri d'un règlement de compte ou d'un deal qu'on ne peut pas refuser. Godot acquiesça en gardant son calme légendaire et sans laisser paraître une once de doute sur la personne, même si la tension montait.

Le rital se posa devant Godot et commença à remplir le même type de feuille que Godot avait donné au serveur. Il avait maintenant une meilleure vue sur son interlocuteur. Celui ci arborait un signe sur sa cravate, probablement représentant la famille à laquelle il appartenait. Godot en avait vu défiler plein des comme ça en prison. Chaque famille de mafieux en avaient une pour définir leur appartenance. Mais celui-ci, il ne l'avait jamais rencontré, où du moins il ne s'en rappelait pas. Mais que voulait-il à Godot?

-Je pense, Mr Armando, que nous devrions avoir une petite discussion entre nous...

Une discussion, les doutes de Godot se matérialisaient de plus en plus. Surtout qu'avec les mafieux, on ne peut pas refuser une "discussion" au risque de ne plus pouvoir en faire. Godot commençait déjà à repérer les sorties possibles si tout virait au vinaigre. Il n'aurait pas de mal à maîtriser la personne qui se trouvait en face de lui, mais il n'était surement pas seul, d'autres étaient certainement dehors en train de l'attendre. Godot décida donc de jouer la carte de l'attente, pris une gorgée de café, et acquiesça, encore une fois.

Le jeune italien posa son porte-documents sur la table et atteignit quelque chose à l'intérieur. Qu'allait-il en sortir ? Godot était prêt à renverser la table pour déstabiliser l'individu, quitte à gâcher ce si bon café, si celui-ci était armé, pour ensuite courir vers par la porte de derrière, comme dans tout les grands films d'action. Il attendait juste le moment propice, l'occasion de se sortir d'une probable situation sans issue.

Quand celui-ci en sortit un dossier, Godot fut à la fois rassuré, en effet il n'allait pas avoir à se battre physiquement. Mais d'un autre côté, il était inquiet, quel genre de "proposition" allait-il devoir accepter? Il arbora un sourire en dépit de la situation. C'est vrai que c'était un peu drôle, Godot ne se serait jamais imaginé dans un tel pétrin.


-Je suppose que je n'ai pas vraiment le choix, non ?

Il se devait de rester de marbre, la moindre petite faille que l'autre exploiterait pourrait lui être fatale. Mais en même temps Godot cherchait à amasser le plus d'informations sur l'individu, en particulier son identité et ses motivations.


- Et, je présume aussi que vous ne me cherchiez pas juste pour prendre un café.

Mais qui donc était cet italien?
Il voulait savoir à qui il avec qui il avait affaire. Godot décida donc de jouer carte sur table.


-Mais, tout d'abord, il serait préférable que vous vous présentiez.
Juste pour que je puisse mettre un nom sur le visage de mon interlocuteur.

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Sam 28 Jan - 18:13




-Je suppose que je n'ai pas vraiment le choix, non ?

Vito sentait que le procureur était tendu. Après tout, c'était plus ou moins  normal : Les mafieux et ceux qui sont liés à la mafia n'étant pas très appréciés ici, étant donnés qu'ils font assez peur aux gens. Mais, Vito ne voulait pas faire de mal à Godot, ce n'était pas le but de sa venue ici. Tout repose sur le dossier.


- Déjà, si vous pensez que je vais vous tuer, ou une autre bêtise de ce genre...
Je pense qu'on va avoir dû mal à parler. Cependant, si ceci peut vous convaincre...

Vito sortit deux badges brillants de sa poche, et les posa sur la table. Il était sûr que Godot reconnaîtrait un des deux badges, car c'est le badge des avocats de la défense en France.
L'autre, peut être pas : C'est le badge des avocats de la défense en Italie.

- Et, je présume aussi que vous ne me cherchiez pas juste pour prendre un café.


Maintenant, non. Mais si Vito ne réponds pas, il risque de passer encore plus pour suspect. 


- De base, si. Mais maintenant que vous êtes là, ça arrange plus ou moins mes affaires, en fait.




-Mais, tout d'abord, il serait préférable que vous vous présentiez. 
Juste pour que je puisse mettre un nom sur le visage de mon interlocuteur.




- Vito Leone. Fils unique de Sergio Leone, qui est le parr- chef de la famille Leone.
Maintenant, si vous le voulez bien, j'aimerai attaquer le véritable sujet de cette conversation.

Vito ouvrit alors le dossier, puis en ressort une photo. Il est quasiment sûr que Godot reconnaîtra cette personne, et espère qu'il acceptera sa proposition. Mais d'abord, il fallait être sûr que le procureur la connaissait.


- C'est par rapport à une affaire qui a concerné un de vos proches... 




- Vous devriez bien connaître cette personne, n'est ce pas ? 
Et évitez de partir en courant, s'il vous plait. C'est une discussion sérieuse.

Il montra la photo à Godot. Cela devrait rester entre lui et Vito. Personne ne devrait savoir, surtout alors qu'il n'a pas commencé un seul procès dans sa carrière.


_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Dim 29 Jan - 19:07
Il posa deux badges que Godot reconnu immédiatement. Deux badges d'avocat. Soit cette personne était avocat de la défense, soit il avait réussi à s'en procurer d'une manière où d'une autre. Le badge français avait l'air plus neuf que le badge italien, ce qui présumait qu'il les avait obtenus à des dates différentes. Et dire que maintenant la mafia avait aussi réussi à s'implanter dans le domaine de la justice ! Mais bon, les badges n'avaient pas l'air d'être des faux, ou du moins ils étaient extrêmement bien falsifiés. Godot allait donc faire confiance au jeune italien sur ce point là.
C'était donc un jeune avocat, aurait-il refusé de suivre le modèle de son père pour s'engager dans la justice ? Ou était-il une marionette ayant pour but de défendre et d'éviter la prison aux membres de la mafia à laquelle il était lié?
Godot n'en était pas sûr, mais il lui paraissait sincère.

-...Mais maintenant que vous êtes là, ça arrange plus ou moins mes affaires, en fait.

Ah, il venait pour "arranger ses affaires"? Godot en avait déduit, de la manière dont il le disait, que ce n'était pas une proposition normale. Qu'y avait-il dans ce dossier ? Il se pourrait que cet avocat ne soit pas si réglo que ça en fait. Mais à qui était-il affilié ?

-Vito Leone. Fils unique de Sergio Leone, qui est le parr- chef de la famille Leone...

Ok, c'était donc un Leone. Godot en avait entendu parler en prison, une grande famille imposante et ayant une influence importante en Italie, mais très peu en France. Si un Leone se déplaçait jusqu'ici, c'est que l'affaire était importante à leurs yeux. Dans quelle genre de bourbier allait-il être emporté ?

-...Maintenant, si vous le voulez bien, j'aimerai attaquer le véritable sujet de cette conversation.

Vito sortit une feuille du dossier, elle piqua la curiosité de Godot. Qu'y avait-il d'inscrit dessus ? Elle était surement corrélée avec l'affaire dont il était en train de parler. Il était maintenant prêt à écouter la proposition de Vito.

-C'est par rapport à une affaire qui a concerné un de vos proches...

Oh non, ne parlerait-il pas de....

-Vous devriez bien connaître cette personne n'est ce pas ?...

Godot appréhendait ce qui se trouvait qu recto de cette feuille. Une seule affaire résonnait à l'intérieur de son esprit. La plus importante a ses yeux. Vito lui tendit le document. Godot prit son courage à deux mains et la retourna.


-Non...c'est impossible...pas lui...

Il perdit toute sa couleur. Comment après toute ces années, cette personne pouvait encore venir hanter ses pensées. Il avait en face de lui, une photographie, montrant un individu que Godot haïssait du plus profond de son âme, en même temps, qui n'haïrait pas le meurtrier de sa fiancée ? Il se rappelait de l'affaire comme pas deux. C'était Redd White. L'enflure qui avait mis un terme à la vie de Mia. Il croupissait maintenant derrière les barreaux, grâce à un grand ami de Godot. Vito tentait donc de réveiller le désir de vengeance de Godot, mais celu-ci se rappelait bien des évenements suivants sa vengeance contre Dahlia. Il se devait donc d'être prudent, qui sait ce qui pourrait arriver d'autre s'il succombait encore une fois à la tentation. Il reposa la photo et se contenta juste de reprendre une gorgée de café, ce qui lui fit reprendre ses esprits. Il était prêt à continuer la discussion.


- Je le connais, si c'est votre question. Redd White...
...emprisonné suite au meurtre de Mia Fey le 5 septembre 2016.
Mais ça vous devez le savoir si vous me montrez cette photo, non?

Godot connaissait White, il n'y avait pas de doutes à cela. Mais le plus intriguant, c'était que Vito le savait. C'est vrai qu'en y repensant, comment il aurait pu être au courant du fait que Godot savait qui était White ? Tout cela était un peu trop bizarre au goût de Godot: un avocat mafieux qui venait lui parler et un fantôme du passé qui refaisait surface, il n'y avait aucun doute, quelque chose de louche se tramait ici, et Godot était décidé a découvrir la vérité. Il alla donc, encore une fois, droit au but.


-Trêve de bavardages je vous prie, vous n'êtes pas ici par hasard et vous ne m'avez encore moins montré cette photo par pur plaisir.
Vous avez besoin de moi pour quelque chose je le sens. Pour quelle raison êtes vous là ?

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Dim 29 Jan - 21:03
-Non...c'est impossible...pas lui...

Ça y est. Vito était sûr et certain, avec la décomposition du visage du procureur et avec son changement de ton qu'ils se connaissaient. Mieux que ça, il savait exactement comment ils se connaissaient. Tout est marqué dans le dossier.



- Malheureusement, M.Armando, il va falloir que nous parlons un peu plus de cet "individu".
Mais vous verrez, quand vous sortirez de ce café vous aurez le sourire aux lèvres.

Impossible qu'il refuse sa proposition. S'il a réussit à tuer une personne déjà morte qui lui a fait tant souffrir, ce serait complètement illogique qu'il décline une si belle occasion.

- Je le connais, si c'est votre question. Redd White...
...emprisonné suite au meurtre de Mia Fey le 5 septembre 2016.
Mais ça vous devez le savoir si vous me montrez cette photo, non?


Bien sûr qu'il le sait. Il sait aussi pourquoi ce personnage lui fait tant peur.


- Oui, je suis au courant. Je sais beaucoup de choses sur vous, vous savez. Ce qui risque de nous faciliter la tâche pour notre conversation.

Il fallait que Vito soit rassurant, s'il ne veut pas voir Godot s'enfuir.

-Trêve de bavardages je vous prie, vous n'êtes pas ici par hasard et vous ne m'avez encore moins montré cette photo par pur plaisir.
Vous avez besoin de moi pour quelque chose je le sens. Pour quelle raison êtes vous là ?



- Ce dossier contient des preuves compromettantes pour Redd White.
En effet, il aurait commis un gros crime en Italie. Je me suis arrangé pour enquêter depuis là bas, et j'ai retrouvé les preuves qui sont là dedans.



- Il est également impliqué dans une affaire de haute trahison au sein de la famille Leone.


- Mais bon. Si vous acceptez la proposition que je vais vous expliquer, vous me donnerez 3 semaines.
En effet, après ce délai, Redd White sera extradé en Italie. Cependant... Ne pensez pas qu'il sera mis aux mains de la Police. Sinon je n'aurai pas fait tout ce boulot pour qu'il finisse enfermé comme dans son pays d'origine.



- En effet, ce sera la famille Leone qui s'occupera de lui lors d'une transaction avec la police.

Vito tend un billet d'avion à Godot.


- Voici un billet d'avion qui vous permettra d'aller en Italie le jour de l'extradition. Je serai en votre présence. J'ai négocié avec la famille pour que vous ayez un accès privilégié pour voir Redd White.


- Vous pourrez le torturer, lui mettre des coups de poings, le faire parler... Personne n'en saura rien. Si quand bien même les gens l'apprennent, vous ne serez pas visé. Vous serez complètement intouchable sur cette affaire.

Vito souriait. Il sentait qu'il allait réussir. Il allait enfin réaliser quelque chose de bon pour son père, il était fier.


- Alors ? Quelle est votre réponse, M.Armando ? Accepterez vous ma proposition ? Souhaiterez vous vous venger de la personne qui a tué votre femme ? J'attendrai patiemment votre réponse.

Vito engloutit son café. La victoire allait être parfaite, il le sentait bien.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Mer 1 Fév - 21:10
-Ce dossier contient des preuves compromettantes pour Redd White. En effet, il aurait commis un gros crime en Italie, je me suis arrangé pour enquêter là-bas et j'ai retrouvé les preuves qui sont là-dedans.

Pas étonnant venant d'une personne aussi immonde que lui. Godot avait déjà étudié de fond en combles tout les dossiers concernant, et même mentionnant, Redd White, au détriment de maintes nuits de sommeil. Les informations que Vito lui envoyaient ne lui étaient pas très utiles, les preuves qu'il avait sur lui étaient surement déjà listées dans les innombrables dossiers que Godot avait longuement lus. Mais il était aux aguets, tout autre type d'information était bon à prendre !

-Il est également impliqué dans une affaire de haute trahison au sein de la famille Leone.

C'était le type d'information que Godot attendait !
Il se devait d'enregistrer la conversation à partir de ce moment là, au cas où il aurait envie de réécouter et d'analyser certaines informations importantes. Mais comment le faire sans que l'autre ne s'en aperçoive ? Mais oui !!! Vito n'avait qu'un seul œil utilisable ! Godot allait donc jouer sur ça ! Assez rapidement, il eût une idée.
Il bu son café, qu'il avait déjà entamé plusieurs fois, et fit signe au serveur de venir lui ramener une autre dose. Il profita de l'instant  où il tendit sa main pour donner la tasse au serveur, pour , avec son autre main qui était libre, activer la fonction enregistrement de son téléphone. Tout cela discrètement et dans l'angle mort de Vito. Godot était maintenant en train d'enregistrer les mots de son interlocuteur. Après avoir reçu son café, il en pris une gorgée et fit signe a Vito de continuer.

-Mais bon. Si vous acceptez la proposition que je vais vous expliquer, vous me donnerez trois semaines.
En effet, après ce délai, Redd White sera extradé en Italie. Cependant... Ne pensez pas qu'il sera mis au mains de la police. Sinon je n'aurai pas fait tout ce boulot pour qu'il finisse enfermé comme dan son pays d'origine. En effet ce sera la famille Leone qui s'occupera de lui lors d'une transaction avec la police.


Bingo ! Godot avait vu mouche ! Il avait bien fait de commencer l'enregistrement ! Quelle mine d'informations ! La famille Leone allait donc avoir White entre les mains, et il voudraient surement s'en débarrasser,  vu que celui-ci les avaient trahis et connaissant les habitudes des mafieux. Il aura besoin de 3 semaines ?  Qu'allait-il faire durant ces 3 semaines ? Cela paraissait suspect aux yeux de Godot, il garda donc cette information en tête. Godot devait rester maître de la situation, garder les idées claires et ne pas céder à quelconque émotion, surtout pas devant Vito.
Il tendit un billet d'avion en direction de Godot.

-Voici un billet d'avion qui vous permettra d'aller en Italie le jour de l'extradition. Je serai en votre présence. J'ai négocié avec la famille pour que vous ayez un accès privilégié pour voir Redd White.

Ils étaient même allé jusqu'au point de procurer le billet d'avion. Cette histoire était de plus n plus louche. Mais Godot n'allait pas interrompre Vito dans sa lancée. Il se contenta d’acquiescer, une énième fois.

-Vous pourrez le torturer, lui mettre des coups de poings, le faire parler... Personne n'en saura rien. Si quand bien même les gens l'apprennent, vous ne serez pas visé. Vous serez complètement intouchable sur cette affaire.

C'était donc ça sa proposition... Lui offrir la vengeance dont il avait toujours rêvé, la chance de faire souffrir l'homme qui à tué sa fiancée, l'opportunité de mettre un terme à la vie de celui qui a volé celle de Mia. C'est vrai que Godot y avait longuement pensé durant son séjour en prison. Tuer Redd White. C'était une offre alléchante. Mais avant tout, Godot se demanda: qu'est ce que Vito y avait à gagner dans tout cela? Il ne voyait aucune raison pour laquelle Vito serait sortit de nulle part pour permettre à Godot de faire payer White. Ça ne pouvait pas être du hasard, il avait arrêté d'y croire il y a belle lurette. Les représailles de Godot envers White seraient-elle bénéfique aux Leone?
Il voyait déjà un avantage pour eux, il n'avaient pas à faire le sale boulot. Y en aurait-ils d'autres, Godot gardait cette question en tête pour la suite. Vito paraissait étrangement confiant. Godot en était sûr maintenant, le deal n'était pas équitable.

-Alors? Quelle est votre réponse, Mr Armando? Accepterait vous ma proposition? Souhaiterez vous vous venger de la personne qui a tué votre femme? J'attendra patiemment votre réponse.

Se venger de la personne qui à tué Mia... Godot avait affaire à un choix cornélien. Redd White lui avait pris ce qui comptait le plus à ses yeux, l'amour de sa vie. Cet enfoiré méritait de mourir. Mais en même temps, s'il se vengeait, Godot referait les mêmes erreurs qu'ils avaient commis quand il se vengea de Dahlia. De plus si il se vengeait, que diraient les gens qui le connaissent, que dirait Mia? Godot avait mis tellement de temps à ce qu'elle lui pardonne ses actes. Que penserait cet avocat ? Mais avant tout, il devait savoir les motivations des Leone. Il ne pouvait se prononcer sans savoir la vérité. Les Leone avaient une bonne raison de vouloir laisser cette corvée à Godot. Il devait trouver un moyen de miner des informations chez Vito.


- Avant de pouvoir me prononcer,
il me faudrait connaitre toutes les clauses du "contrat".

Il avait posé le sujet, il devait maintenant attaquer.


-Car, je doute que les Leone soient une organisation de charité,
m'offrant une vengeance sans obtenir, en contrepartie, quelconque bénéfice.




- Une offre comme celle-ci devrait être établie sur une relation de confiance.
Et là  vous me cachez vos motivations.
Qu'est ce que vous, et la famille Leone y gagnent si j'accepte la proposition ?

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Jeu 2 Fév - 18:53
- Avant de pouvoir me prononcer,
il me faudrait connaitre toutes les clauses du "contrat"
.


Pff... Vito s'attendait un peu a cette réponse. Ce n'est certainement pas en rencontrant comme ça, dans le plus grand des calmes, un procureur connu qu'on peut se faire qualifier de réglo.


Hrm... Je me doutais bien qu'on en arriverait là. Le contrat -qui existe vraiment- aura trois clauses, que vous devrez obligatoirement faire mais qui ne sont pas trop gênantes.

Vito ne mentirait pas. De toute façon, ce n'est pas vraiment compliqué ; tout se base sur un principe de confiance.


Alors, tout d'abord, ce contrat se basera sur un principe de confiance. Cette conversation, ainsi que votre voyage en Italie pour finir chez les Leone a frapper votre White, toutes ces infos ne doivent pas être répétées à la police française.
Ah, et ne pensez pas que je ne le saurai pas si ça arrive.


Ensuite, une fois que vous aurez posé ne serait ce qu'un seul pied en Italie, et particulièrement dans le territoire de la famille, vous devrez suite TOUT mes ordres.
Je ne vous ferai pas de coups tordus, vous n'en ferez pas également.
Mais surtout, une fois chez les Leone, vous ne devrez pas toucher ne serait ce qu'un SEUL cheveu de toutes les personnes que vous trouverez.


Enfin, la dernière -et je suppose plus importante- condition, c'est d'aller voir Sergio Leone, mon père, une fois que vos actes seront commis. Je serai en votre présence, donc ne vous inquiétez pas, cela ne se finira pas sur une mort ou une blessure ou je ne sais quoi.

Voila, je viens de vous donner toutes les clauses du contrat, et si vous ne me croyez pas, vous le verrez quand je vous donnerai le contrat version papier.

-Car, je doute que les Leone soient une organisation de charité,
m'offrant une vengeance sans obtenir, en contrepartie, quelconque bénéfice.



Dans ce cas, vous serez choqué d'apprendre que la famille Leone possède deux parties : La famille, qui est la partie pas vraiment légale, mais intouchable.
Et la partie légale, qui gère la paperasse et protège certaines personnes de toutes les circonstances possibles. Elle a également énormément de relations avec la police d'Italie. C'est moi qui en est le chef.
Et je suppose que vous devrez commencer à comprendre ce que je fais ici, et ma profession de double-avocat. Car, oui, je n'ai pas pris ma "retraite" en Italie.

 - Une offre comme celle-ci devrait être établie sur une relation de confiance.
Et là  vous me cachez vos motivations.
Qu'est ce que vous, et la famille Leone y gagnent si j'accepte la proposition ?



C'est surtout une proposition de mon père, en fait. Il vous aime bien et vous estime beaucoup, donc il m'a contacté personnellement en me donnant le nom d'une des affaires qu'il occupait dans la famille, et je me suis occupé du reste des modalités. Et, aussi, ses intentions, je n'en ai absolument aucune idée. Mais je peux vous assurer qu'elles ne sont pas mauvaise.

Vito tendit un contrat et un papier à Godot. Il regarda le procureur d'un air complètement neutre, comme pour annoncer une information officielle.

Bref, trêves de bavardages je vous prie. Je peux vous assurer que notre famille ne tient pas à vous tuer, blesser, détruire ou vous envoyer en prison. Très honnêtement, ce ne sont pas nos intentions. Si vous voulez vous occuper de Redd White, veuillez signer ce contrat. Il y figure toutes les clauses de contrat que j'ai mentionné dans notre conversation.



Si vous voulez cependant attendre, prenez le contrat avec vous, et signez le ou non dans un délai de 3 semaines à compter d'aujourd'hui. Si je vous ai laissé autant de temps, c'est pour vous laisser le temps de réfléchir, que ce soit au contrat ou à ce que vous ferez à White ou je ne sais quoi. Si vous avez pris et signé le contrat chez vous, veuillez m'appeler via mon numéro inscrit sur le papier ci-joint. Je vous donnerai alors un lieu de rendez vous où vous pourrez me rendre le contrat.


Vito attendit donc patiemment la réponse du procureur. Il risquerait de déplaire à son père si Godot refuse, mais il ne le fit pas remarquer ; ce serait donner un signe de faiblesse. Et il ne faut jamais montrer ses faiblesses à n'importe qui.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Dim 5 Fév - 14:22
-Alors, tout d'abord ce contrat ce basera sur un principe de confiance. Cette conversation, ainsi que votre voyage en Italie pour finir chez les Leone à frapper votre White, toutes ces informations ne doivent pas être répétées à la police française. Ah et ne pensez pas que je ne le saurait pas si ça arrive.

C'était donc ça... Vito n'était pas serein à l'idée que Godot puisse envoyer tout cela à la police. Il avait peur que l'histoire se propage et donc qu'il perde son badge, voyant qu'il y tenait beaucoup, au vu de leur netteté et de leur propreté. Il redoutait le fait de se séparer du fruit de son travail laborieux. Godot était, maintenant, en position de force, il avait un moyen de pression sur le rital. Si tout tournait au vinaigre, il avait un moyen de  s'en sortir.

-Ensuite, une fois que vous aurez posé ne serait-ce qu'un seul pied en Italie et particulièrement sur le territoire de la famille vous devrez suivre TOUT mes ordres...

Godot n'aimait pas la façon de parler de Vito. Il sentait que celui-ci était un peu égocentrique, le genre de personne qui ne vient vers une autre que par pur intérêt, le même type de gens qui n'aident personne sans rien en attendre en retour. Godot n'était pas le genre à se laisser ordonner des choses sans émettre d'objections. Il ne se voyait surtout pas recevoir d'ordres de la part d'une bande de mafieux, qui sait ce qu'ils iraient lui faire faire.

-...Je ne vous ferez pas de coups tordus, vous n'en ferez pas également. Mais surtout, une fois chez les Leone vous ne devrez pas toucher ne serait-ce qu'un SEUL cheveu de toutes les personnes que vous trouverez.

Godot ne comprenait pas vraiment cette condition. Pourquoi lui interdirait on cela ? Avaient-ils autant peur de lui ? La manière de parler de Vito déplaisait de plus en plus à Godot, pour qui le prenait-il ? Il n'était pas le genre à plier sous quelques ordres, sauf si ceux-ci étaient légitimes , et encore, cela dépendait de qui ils venaient.

-Enfin la dernière -et je suppose plus importante- condition, c'est d'aller voir Sergio Leone, mon père une fois que vos actes seront commis. Je serai en votre présence donc ne vous inquiétez pas, cela ne se finira pas sur une mort ou une blessure ou je ne sais quoi.

Ça ne le rassurait pas tout ça, si Vito le signalait, c'est que c'était déjà arrivé plusieurs fois. Mais ce n'était pas ce qui tracassait le plus Godot, c'était surtout le fait que s'il acceptait la proposition, il allait devoir rencontrer un parrain de la mafia, le chef de la famille Leone. Et qui sait ce qu'il allait lui "demander" ? Parce que là, devant "le" Leone, ça ne sera plus une proposition mais plus une obligation. Il attendit donc la suite en préparant ce sur quoi il allait embrayer.

...

-C'est surtout une proposition de mon père, en fait. Il vous aime bien et vous estime beaucoup, donc il m'a contacté personnellement en me donnant le nom d'une affaire qu'il occupait dans la famille, et je me suis occupé du reste des modalités. Et aussi, ses intentions, j n'en ai aucune idée. Mais je peux vous assurer qu'elles ne sont pas mauvaises.

L'idée venait donc de son père. Les doutes de Godot, sur la suite des événements à venir s'il acceptait, se confirmait. En allant là-bas, il se condamnerait probablement à servir les Leone. Il doutait des mots de Vito, comment pourrait-il être sûr qu'il ne lui arriverait rien, puisque celui-ci n'arrêtait pas de sous-entendre que d'autres avaient subit un sort plus funeste. De plus, Godot ne se voyait pas être la marionette de la mafia.

Vito posa un papier et un contrat sur la table. Il sentait que le moment décisif arrivait, dans très peu il aurai à faire un choix.

-Bref, trêves de bavardage je vous prie. Je peux vous assurer je peux vous assurer que notre famille ne tient pas à vous tuer, blesser, détruire, ou vous envoyer en prison. Très honnêtement, ce ne sont pas nos intentions. Si vous voulez vous occuper de Redd White, veuillez signer ce contrat. Il y figure toutes les clauses de contrat que j'ai mentionné dans notre conversation.

Il était temps... On lui offrait une chance d'annihiler celui qui l'a tant fait souffert. Celui qui assassina sa fiancée de sang froid. Celui qui la tua et qui tenta d'incriminer sa petite sœur, Maya. Mais
d'un autre côté, il se rappela ce qui s'était passé suite à sa confrontation avec Dahlia, qui entraîna la mort de la mère de Mia, et lui valu une demi-douzaine d'années derrière les barreaux. Il réfléchit longuement, ce n'était pas une décision facile, aussi corsée que le plus noir des cafés. Godot était tellement plongé dans ses pensées qu'il n'entendait plus rien autour de lui, pas même les paroles de Vito. Serait-il capable de resister à ses passions? Laissera-t-il parler sa raison? Au bout de quelques minutes d'intense réflexion, il prit les papiers, les parcourra...

...et les rendit à Vito.


- Votre offre est plus qu'alléchante... mais, la dernière fois que j'ai agit de la sorte, en pensant bien faire... beaucoup de gens ont souffert, notamment ceux qui comptaient pour moi... j'en ai déçu plus d'un par mon comportement. Godot, le procureur connu pour son calme légendaire, avait succombé à un désir aussi impur qu'est la vengeance... Comment serai-je capable de me voir en face si je refaisais la même erreur ?! Si je me rabaissait encore une fois à être un meurtrier, je ne serai plus le même... Mia ne pourrait pas me le pardonner une deuxième fois...





-Du coup, la seule autre alternative qui me reste est de décliner votre offre.
Que ça plaise à votre père ou non.



-Je suis sûr que vous serez capable de trouver une autre personne pour vous éviter de faire le sale boulot.
En même temps, on ne vous appelle pas "Leone" pour rien.

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Dim 5 Fév - 18:14
- Votre offre est plus qu'alléchante... mais, la dernière fois que j'ai agit de la sorte, en pensant bien faire... beaucoup de gens ont souffert, notamment ceux qui comptaient pour moi... j'en ai déçu plus d'un par mon comportement. Godot, le procureur connu pour son calme légendaire, avait succombé à un désir aussi impur qu'est la vengeance... Comment serai-je capable de me voir en face si je refaisais la même erreur ?! Si je me rabaissait encore une fois à être un meurtrier, je ne serai plus le même... Mia ne pourrait pas me le pardonner une deuxième fois...


Pff. Vito sent le refus de la part de Godot, mais ça ne le gênait pas trop. Il avait plus d'un tour dans son sac.


- Sauf que, vous voyez, M.Armando, la différence entre la dernière fois où vous avez tué quelqu'un, c'est que la première fois, vous étiez complètement inexpérimenté, ce qui est normal quand on tue quelqu'un pour la première fois. En plus, vous étiez aveugle, donc vous avez fait des erreurs encore plus graves, que je n'ai même pas besoin de citer vu que vous les connaissiez plus que moi.
Et puis, réfléchissez. Redd White était le tueur de Mia. Vous pensez sincèrement qu'elle vous blâmerait pour avoir tué la personne qui a, dans le sens propre du terme, détruit la vie de Mia ? Stupide, vous ne pensez pas ?

-Du coup, la seule autre alternative qui me reste est de décliner votre offre.
Que ça plaise à votre père ou non.
Je suis sûr que vous serez capable de trouver une autre personne pour vous éviter de faire le sale boulot.
En même temps, on ne vous appelle pas "Leone" pour rien.


Vito se mets à rire, et assez fort.

- AH AH AH AH AH AH AH AH !


-M.Armando, vous pensez que j'allais me limiter à une seule offre, illégale qui plus est et qui allait être certainement refusée ? J'ai plus d'un tour -ou plutôt d'une offre, héhé- dans mon sac, vous savez. Le dossier que j'ai dans les mains, il n'est pas encore vide.


Alors, certes, ça aurait été plus facile pour moi de faire en sorte que vous tuez de manière illégale Redd White, mais... Si on ne peut pas, ou plutôt vous ne voulez pas tuer Redd White de manière illégale... Pourquoi ne pas le faire de manière légale ?


Mais avant cela, j'aimerai savoir si l'idée de tuer Redd White de manière légale, sans que cela entache votre image, en montrant uniquement la vérité vous intéresserait. Si oui, alors nous pouvons continuer notre conversation.

Vito serrait le dossier entre ses mains. Il espérait que les intentions du métier de procureur allait rattraper sa raison.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Ven 10 Fév - 19:54
-Sauf que vous voyez, Mr Armando, la difference entre la dernière fois où vous avez tué quelqu'un, c'est que la première fois, vous étiez complètement inexpérimenté, ce qui est normal quand on tue pour la première fois. En plus vous étiez aveugle, donc vous avez fait des erreurs encore plus graves, que je n'ai même pas besoin de citer vu que vous les connaissiez plus que moi...


Pour un mafieux, il est habituel de parler de normalité et de meurtre dans la même phrase. Pour Godot, c'était un peu plus dur à entendre. Mais il n'était pas étonné. Il parlait même d'experience juste avant. Mais quel genre de crimes avait-il pu bien faire pour avoir autant d'aisance en discutant de sujets aussi lugubres ? Godot n'était pas enchanté en pensant à l'idée qu'il avait une certaine forme de "premiere fois" dans le domaine du crime. C'était une chose dont toutes les personnes saines d'esprit ne pouvaient ni se réjouir, ni en être fier. Et Vito se trouvait là, clamant haut et fort la légitimité de cet assassinat. Rien au monde ne peut justifier un crime aussi putride que le meurtre... pas même la mort d'une fiancée... Godot l'avait appris à ses dépends. De plus, comme il l'avait dit plus tôt, s'il succombait a ce désir de meurtre, il ne vaudrait pas mieux que l'assassin de Mia.

Godot repensa à la deuxième phrase que Vito avait énoncée... concernant le meurtre de Dahlia. Il n'avait pas tué juste par pur vengeance... il l'avait aussi fait pour sauver Maya... sans lui, qui sait ce qui lui serait arrivé... Contrairement a ce que pensait Vito, il ne s'était toujours pas remis de cet événement, il aurait pu vraiment tout éviter, la défendre d'une autre manière, échapper à cette situation.
Mia avait mis longtemps à le pardonner les actes qu'il avait commis...et c'est là qu'il lui avait fait la promesse qu'il allait tout faire pour ne plus la décevoir. Et s'abaisser au stade de meurtrier était trahir cette promesse... Même s'il était envahi par les émotions, Godot resta droit et laissa continuer Vito.

-...Et puis réfléchissez, Redd White était le tueur de Mia. Vous pensez sincèrement qu'elle vous blâmerait pour avoir tué la personne qui a, dans le sens propre du terme, détruit la vie de Mia...

Comment osait-il parler en son nom ?! Il ne la connaissait même pas et commençait déjà à essayer d'admettre son point de vue ! Godot, était le mieux placé ici pour savoir ce qu'elle aurait pensé. Elle l'aurait blâmé pour être "devenu" Redd White, en le tuant par pur désir personnel.

-...Stupide, vous ne pensez, pas ?

Quoi ?! Stupide ?! Vito avait clairement qualifié de "stupide" la promesse qu'il avait faite à Mia. Cela le mit en rogne. Personne n'avait le droit de remettre en cause la droitesse et le bien-fondé de son cœur ! Surtout quand il était question de l'amour de sa vie ! Il prit une grosse gorgée de café pour passer ses nerfs.

-Mr Armando, vous pensiez que j'allais me limiter à une seule offre, illégale qui plus est et qui allait certainement être refusée ? J'ai plus d'un tour -ou plutôt d'une offre, héhé- dans mon sac, vous savez. Le dossier que j'ai dans les mains, il n'est pas encore vide vous savez.


Godot s'en doutait. À chaque situation il fallait un plan B, il fallait tout le temps pouvoir retomber sur ses pattes.

-Alors, certes, ça aurait été plus facile pour moi de faire en sorte que vous tuez de manière illégale Redd White mais
... Si on ne peut pas, ou plutôt vous ne voulez pas tuer Redd White de manière illégale... Pourquoi ne pas le faire de manière légale ?


Voila qu'il recommençait ! Il parlait d'un meurtre légal. Mais Godot fut intrigué par la proposition, non pas parce qu’il avait envie de se venger, mais plus pour savoir quel moyen aurait trouvé le jeune Rital pour tuer légalement. Il y avait bien une manière à laquelle Godot pensait... serait-ce... Non, aucune chance...

-Mais avant cela, je voudrait savoir si l'idée de tuer Redd White de manière légale, sans que cela entache votre image , en montrant uniquement la vérité, vous intéresserait. Si oui, alors nous pourrons continuer la conversation.

Une des devises de Mia était la recherche et le decellement de la vérité... Godot le savait trop bien, c'est ce qui leur a valu, a lui et à sa fiancée, la situation dans laquelles ils étaient. Les deux cherchaient la vérité au sujet de leur agresseur, leur curiosité fut un funeste défaut. Il était donc intrigué par ce qu'allait lui proposer Vito, "Montrer la vérité". Godot fut bref.


-Vous avez piqué ma curiosité, comment tuer sans tomber dans l'illégalité?
J'ai peut être une petite idée...

Plus Godot avait d'information sur le deal, plus il pouvait l'analyser et en exploiter les failles.


-Mais je m'égare dans mes pensées. Continuez.

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Ven 10 Fév - 20:34
-Vous avez piqué ma curiosité, comment tuer sans tomber dans l'illégalité?
J'ai peut être une petite idée...
-Mais je m'égare dans mes pensées. Continuez.



- Bien sûr que vous en avez une, de petite idée. Il n'y a qu'un seul moyen de faire mourir quelqu'un de manière légale. Et ce moyen, c'est la peine de mort.


- Voyez vous, le casier judiciaire de Redd White est déjà bien entaché par un meurtre avec préméditation. Mais si on tire de plus en plus sur l'ambulance en y rajoutant d'autres crimes... Pouf ! Vous ne le verrez bizarrement plus ; Il sera a l'échafaud.


- Sans déconner. Ce type a tellement fait le malin que je pourrai lancer un dé pour choisir le chef d'accusation qui le condamnerait à mort. Je suppose que je n'ai pas besoin de vous faire une liste, vous en recracherez votre café. Car c'est... Vraiment ignoble.


- C'est aussi pour ça que je cherche à le tuer. Vu ce qu'il a contre lui, je vous promets qu'une prison a perpétuité ne suffirait pas. Surtout chez vous, avec vos prisons... Hrm... Presque luxueuse, pour des prisons.



- Surtout que, connaissant le type, il doit vivre dans une prison ressemblant à une villa.



- Le pire serait que la peine de mort dans ce pays soit abolie... Non mais, sérieusement. En Italie, y a la peine de mort, elle est appliquée UTILEMENT, et même si elle n'est pas appréciée par le peuple, ils s'en foutent !



- Bref, tout ça pour dire que j'ai une montagne de pièces à convictions que je me suis arrangé de récupérer pour pouvoir condamner votre White à mort. Si un procès sur lui se termine sur un verdict non coupable ? On change le chef d'accusation et on donne de nouvelles pièces à convictions. Tout aussi simplement que ça.



- Purée, en vérité, j'aurai jamais pensé avoir a faire autant de boulot pour trouver des pièces à conviction que j'aurai certainement pu falsifier en deux secondes chrono. Mais, contrairement à vos clichés dans votre pays, les mafieux ne font pas QUE des mensonges. Ils veulent chercher aussi la vérité, des fois. On n'est pas que des méchants.


- Je suis sûr que vous êtes de me prendre pour un jeune c-ARHEM. Imbécile. Avant de continuer, j'aimerai bien être sûr que vous en ayez encore quelque chose à faire.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Dim 12 Fév - 19:03
-Bien sur que vous en avez une, de petite idée. Il n'y a qu'un seul moyen de faire mourir quelqu'un de manière légale. Et ce moyen, c'est la peine de mort.

C'était bien ce à quoi pensait Godot... la condamnation à mort. Mais était-ce vraiment ce que Godot voulait? Il a tant voulu voir White mourir, mais était-ce son but ultime ? Il commençait à en douter. Il a eu tout le temps d'y réfléchir quand il était en prison... au fait de tuer Redd... mais aussi à sa toute première vengeance. Que lui avait elle apportée ? Rien de beau, à part quelques minutes de satisfaction... En effet, lui même était déçu de ses actes passés. Sa colère et sa passion avaient jetés un voile opaque sur sa raison, obscurcissant, en même temps, sa vision de la réalité. Ils l’aveuglèrent tellement qu'il ne fit même pas le discernement entre Dahlia et Misty, il avait agi, sans broncher, sous le joug du désir de vengeance. Celle à laquelle il était tout les jours confronté au tribunal en voyant criminels sur criminels avouer leurs crimes passionnels et la haine qu'ils vouaient à leur victimes. Godot ne valait-il pas plus que ces sombres personnages ?  Ne valait-il pas mieux que les ignobles malfrats qu'il avait envoyé en taule ?...Ne valait-il pas mieux que Redd lui même?...

-Voyez vous, le casier judiciaire de Redd White est déjà bien entaché par un meurtre avec préméditation. Mais si on tire de plus en plus sur l'ambulance en y rajoutant d'autres crimes... Pouf ! Vous ne le verrez plus; il sera à l'échafaud.  

Godot le savait déjà inconsciemment. Redd White était l'une des pires raclures qu'il avait pu connaître. Il n'était pas étonné quand au fait que son casier était lourdement chargé de crimes, surement plus atroces les uns que les autres. Il le haïssait du plus profond de son âme. Cet enfoiré ne semblait même pas avoir une once de bonté en lui... tuer quelqu'un comme ça... sans aucun regret...Mais, d'un autre côté, si Godot était responsable de sa mort, il ne vaudrait pas mieux que lui. Il serait devenu le genre d'homme qu'il a toujours détesté... il serait devenu... Redd White...
Venger Mia était devenir l'homme qui lui a ôte la vie. Mais ne pas agir était vivre dans la haine et la colère... Que faire ? Il était tellement plongé dans ses pensées qu'il manqua les premiers propos de Vito.

-...C'est aussi pour ça que je cherche à le tuer. Vu ce qu'il a contre lui, je vous le promet qu'une prison à perpétuité ne suffirait pas. Surtout chez vous avec vos prisons... Hrm... Presque luxurieuses pour des prisons. Surtout que connaissant le type, il doit vivre dans une prison ressemblant à une villa.

Vito ne savait pas de quoi il parlait, même si s'il était un Leone. Les prisons ici n'étaient pas du tout luxurieuses, au contraire. Godot pouvait en attester. L'infirmerie du pénitencier était toujours pleine: Lynchages, règlements de compte au surin, abus de pouvoir par les gardes. Et ne parlons même pas des chambres, un 3 mètres carré avec juste assez de place pour un lit miteux, des murs froids comme le marbre et laissant passer tout les sons possibles. Il arrivait même à discuter avec l'ex-procureur qui se trouvait dans la cellule à côté. D'ailleurs, il ne savait pas ce qu'il était devenu depuis...Bref, Heureusement que Godot était dans l'aile d'isolement, mais il avait vu ça tout les jours, à l'heure du déjeuner. Il savait que Vito bluffait. Après tout, si Redd vivait "dans une prison ressemblant à une villa" comme Vito le disait, pour quelles raisons aurait-il été transféré? Mais bon, il n'allait pas lui reprocher de ne pas être un connaisseur du sujet, ce n'était pas une chose dont on pouvait se réjouir.

-...Bref, tout ça pour dire que j'ai une montagne de pièces à conviction que je me suis arrangé de récupérer pour pouvoir condamner votre White à mort. Si un procès se termine sur un verdict non coupable ? On change le chef d'accusation et on donne de nouvelles pièces à convictions. Tout aussi simple que ça.

D’où pouvait-il sortir toutes ces preuves ? Godot avait un doute sur l'authenticité de celles-ci. Ca sentait le piège à plein nez... il s'était "arrangé" pour se les "procurer"? Et il parlait aussi de "donner" des preuves. Que voulait-il dire par là? Ça paraissait louche, trop louche aux yeux de Godot.

-Purée, en vérité, j'aurai jamais pensé avoir à faire autant de boulot pour trouver des pièces à conviction que j'aurai pu certainement falsifier en deux secondes chrono. Mais contrairement à vos clichés dans votre pays, les mafieux ne font pas QUE des mensonges. Ils veulent chercher la vérité, des fois. On est pas que des méchants.

Ses doutes se confirmaient. Si Vito n'avait rien à se reprocher, il n'aurait pas cherché à se justifier avant même de savoir s'il avait éveillé les doutes. De plus, il l'avait dit lui même, il aurait "pu les falsifier en deux secondes chrono". Comment être sur de l'exactitude de ces preuves si la personne qui les avaient était frauduleux.
Godot détestait les personnes qui falsifiaient les preuve, qui faisaient tout pour avoir un verdict coupable. Les paroles de Vito étaient assez contradictoires, il parlait du fait qu'il cherchait la vérité, mais quelques secondes plus tôt, il était prêt à tout faire pour condamner Redd White à mort. Ses propos ne tenaient pas la route, sur quoi allait-il se contredire d'autre ?

-...Avant de continuer, j'aimerai bien être sûr que vous en ayez encore quelque chose à faire.


Godot n'était pas encore sûr de sa décision, mais ce dont il était certain, c'est qu'il devait vérifier la véracité de ces prétendues preuves. Il se devait de découvrir la vérité derrière tout ce qui se tramait. Pourquoi avoir choisi Godot s'il était juste question de condamner White? Les preuves étaient-elles falsifiées? Qu'est ce que les Leone voulaient vraiment faire de Godot ?


-Avant de me prononcer, j'ai quelques autres questions si vous me le permettez.
Car j'ai besoin d'éclaircir certaines zones d'ombre sur votre proposition,
et j’espère qu'après les réponses que vous m'aurait donné, que je serait en mesure de répondre à votre offre.



C'est parti.



-Tout d'abord, d'ou pouvez vous bien sortir toutes ces preuves ?
Ce n'est pas juste par pure curiosité que je demande cela, mais surtout pour avoir une certitude sur un point...
...assez important à mes yeux.


-Car vous savez j'ai déjà eu affaire à certaines "preuves" en carton.
Et je préférerait vérifier ce que vous avez, si vous me le permettez.
Mais, bien sur, je ne vous oblige en rien.
Je comprendrai si vous refusez.


Le premier coup de canon était tiré.
Place au second.



- Et ensuite, pourquoi avoir fait appel à moi ?
Vous dites que vous avez assez de ces "preuves" qui le condamnerait pour n'importe lequel de ses crimes,
donc vous auriez pu très bien le faire faire par une toute autre personne.
Je n'arrive pas à mettre la main sur la raison de votre offre.


-Et ne me répondez pas que c'est car j'alloue une certaine forme de haine envers White et que vous vouliez me rendre service.
Je suis peut être vieux, mais pas encore sénile.

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Dim 12 Fév - 19:54
-Avant de me prononcer, j'ai quelques autres questions si vous me le permettez.
Car j'ai besoin d'éclaircir certaines zones d'ombre sur votre proposition,
et j’espère qu'après les réponses que vous m'aurait donné, que je serait en mesure de répondre à votre offre.



- Pas de problème. Je répondrai à chacune de vos questions.

-Tout d'abord, d'ou pouvez vous bien sortir toutes ces preuves ?
Ce n'est pas juste par pure curiosité que je demande cela, mais surtout pour avoir une certitude sur un point...
...assez important à mes yeux.



- Pff... Il fallait s'y attendre. Vous ne me faites pas confiance.
Vous connaissez l'AISE ? Bon, pour vous traduire, ce sont les services d'espionnage Italien. Je vais pas vous dire comment j'ai réussi à les convaincre d'enquêter, mais vous pouvez les appeler, ou appeler la police Italienne, je vous promets qu'ils vous diront la même chose que moi. Ce n'est pas une source fiable, selon vous ?

-Car vous savez j'ai déjà eu affaire à certaines "preuves" en carton.
Et je préférerait vérifier ce que vous avez, si vous me le permettez.
Mais, bien sur, je ne vous oblige en rien.
Je comprendrai si vous refusez.



- Allez y, vérifiez si ça vous chante. Appelez la police Italienne et demandez leur un membre de l'AISE,  ou appelez  l'AISE directement si vous réussissez à avoir leurs numéros, ils vous diront la même chose que moi.

- Et ensuite, pourquoi avoir fait appel à moi ?
Vous dites que vous avez assez de ces "preuves" qui le condamnerait pour n'importe lequel de ses crimes,
donc vous auriez pu très bien le faire faire par une toute autre personne.
Je n'arrive pas à mettre la main sur la raison de votre offre.



- Tout simplement car vous êtes le seul procureur de ce pays dont je peux m'assurer qu'il ne "modifiera" pas les preuves. Surtout que bon, ça ne vous servirait pas de les modifier, pas vrai ?
Aussi car un AVOCAT DE LA DÉFENSE qui balance plein de preuves comme ça, en disant qu'il a des sources de la haute autorité Italienne, vous pensez un seul instant que c'est crédible ?
Certainement pas. Si ces preuves sont sorties de la bouche d'un procureur, ça le fait tout de suite beaucoup plus.
 

-Et ne me répondez pas que c'est car j'alloue une certaine forme de haine envers White et que vous vouliez me rendre service.
Je suis peut être vieux, mais pas encore sénile.



- Bah, vous n'êtes pas vieux, ni sénile. Je viens de vous donner les autres raisons. Voila, maintenant je pense que vous pouvez vous faire un avis clair et précis à ce sujet, vous ne croyez pas ?

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Mar 14 Fév - 15:37
-Pff... il fallait s'y attendre. Vous ne me faites pas confiance. Vous connaissez l'AISE ? Bon pour vous traduire, ce sont les services d'espionnage italien. Je vais pas vous dire comment j'ai réussi à les convaincre d'enquêter, mais vous pouvez les appeler, ou appeler la police italienne, je vous promets qu'il vous diront la même chose que moi. Ce n'est pas une source fiable, selon vous ?...

Godot ne remettait pas en cause la fiabilité des services secrets italiens, loin de la. Il doutait plus de Vito et de ses propos. Le rital répondait à une question par une autre question, laissant présumer qu'il voulait reprendre le dessus sur la conversation, et, ainsi, éviter de parler des preuves en elles mêmes. De plus cela serait les services secrets d'Italie qui lui auraient fourni les preuves. Godot trouvait ceci trop dur à croire. Comment pourraient collaborer la mafia et le gouvernement ?!
Vito ne montra aucune preuve à Godot. C'était, donc, soit qu'il ne les avait pas sur lui, ou soit qu'il ne voulait pas les montrer, de peur qu'il se rende compte de la supercherie. Godot opterait plus pour le second cas, car s'il avait des preuves, il les aurait ramené avec lui pour les lui montrer. Mais, de toute façon, dans les deux cas, il n'avait pas les preuves devant les yeux. Il y avait déjà une partie du contrat qui sautait en l'air.

-Tout simplement car vous êtes le seul procurer de ce pays dont je peux m'assurer qu'il ne "modifiera" pas les preuves. Surtout que, bon, ça ne vous servirait pas de les modifier, pas vrai ? Aussi car un AVOCAT DE LA DEFENSE qui balance plein de preuves comme ça en disant qu'il a des sources de la haute autorité italienne, vous pensez un seul instant que c'est crédible? Certainement pas ! Si ces preuves sont sorties de la bouche d'un procureur, ca le fais tout de suite beaucoup plus.

L'âge sombre de la loi... c'est ce à quoi il faisait référence... la fabrication et la modification de preuves par les procureurs et les avocats... l'utilisation de techniques illégales pour arriver à leurs fins, quel qu’elles soient... Tout ce qui répugnait Godot, autant que Redd White. C'était aussi pour ça qu'il était revenu, pour mettre fin, aux tourments que subissait la justice, afin de pouvoir envisager un avenir plus juste. Il voulait continuer ce que Mia n'a pas pu finir...
En écoutant Vito, Godot compris une chose de plus sur les preuves qu'il avait. Vit n'avait pas foi en elles, il foutait du fait qu'elles seraient acceptées au tribunal si c'était lui qui les présentait. Comment Godot pouvait-il donc avoir confiance en ses preuves si même celui qui les fournissait ne croyaient pas entièrement en elles ? Godot en était donc maintenant certain, ces preuves étaient fausses. Mais il devait encore réfléchir à la proposition... qui était assez intéressante.

-...Voila, maintenant je pense que vous pouvez vous faire un avis clair et précis à ce sujet, vous ne croyez pas ?

Il était temps de répondre... Godot ne pouvait plus retarder l’échéance. Condamner White à mort ou condamner son âme à souffrir ? Trahir la promesse qu'il avait fait à Mia ou se venger de son assassin ? Le cœur ou la raison ? Il devait bien y réfléchir avant de répondre, ce n'était pas une décision à prendre à la légère.
Si il choisissait de prendre sa revanche sur White, certes il aurait vengé Mia, mais il serait aussi devenu l'homme qu'il a toujours détesté. Il emprunterait donc le chemin de la colère et tomberai dans un cercle vicieux de violence, il ne pourrait plus refuser de recourir à ces moyens pour toutes les vengeances qu'il lui restait.
Si il empruntait le chemin de l'inaction, en décidant de refuser l'offre, il ne pourrait se le pardonner. Il aurait, en quelque sorte trahi sa douce fiancée. Il rejoindrait le cercle des personnes qui, en n'agissant pas, restent hantés par les fantômes qui les ont tant fait souffrir, et n'arrivent plus à vivre.
Que faire ? N'y avait-il que ces deux choix ? N'existait-il pas une autre alternative ?

Mais oui !...

...Il y avait bien une autre réponse... plus douloureuse mais où Godot se sentirait agir dans la justice. Même si cette alternative était difficile à prendre, cuisante et plus amer que tout les cafés que Godot avait pu connaître...

... Le pardon...

Cela lui faisait mal rien qu'en y pensant, mais c'était l'alternative ou il y perdait le moi, l'alternative la plus juste. Pardonner un être si putride était difficile et presque impossible. Mais il le fallait, pour apaiser l'âme de Godot. C'était peut être ce que Mia voulait après tout. Le passé était le passé et rien ne peut le changer, et décider d'y rester c'était condamner son futur. En clair, Godot devait pardonner à White ce qu'il avait fait pour pouvoir, enfin, vivre sereinement. Lui accorder le pardon était donc la dernière étape que Godot avait a franchir avant d'atteindre la sérénité. White avait déjà été punit par la justice pour le crime qu'il avait commis contre Mia, il serait donc, d'un point de vue légal, injuste de se venger.

C'était donc bien la seule option...

Le cœur de Godot se déchirait, ses yeux larmoyaient et sa voix tremblait quand il prononca ses trois mots:


-Je lui pardonne...

Godot était au bord des larmes. C'était fait. Il n'avait plus à faire face à ce spectre du passé. Il était maintenant prêt à vivre dans le présent. White, qui avait avoué le meurtre de Mia, ne viendrait plus pourchasser Godot dans ses pires cauchemars...
...En y repensant...
...Pourquoi avait-il avoué son crime déjà? Mais oui !

Godot prit une feuille et gribouilla plus d'une trentaines de noms dessus.


-Par contre ceci risque de vous être utile dans votre quête. Vous voyez cette liste de noms, ce sont la plupart des  personnes auxquelles White avait fait du chantage. Ce sont tout les noms qui me sont revenus, il y en reste bien d'autres. Elle vous permettra de le faire parler. Le crime qu'il a commis contre Mia a déjà été punit, mais faites en sorte qu'il paye pour les autres délits qu'il a commis. Il est vrai que je ne vous ai pas fais confiance sur grand chose, mais je sais qu'a ce sujet je le peux. J’espère que vous l'utiliserez à bon escient. Je vous fais confiance Vito. Tachez de ne pas me décevoir.

Sur ces mots Godot se leva, fit signe au serveur afin de payer les cafés qu'il avait bu, serra la main de Vito en le regardant dans les yeux, et se dirigea vers la sorite. Avant d'ouvrir la porte il jeta un coup d’œil en arrière.


-Ne vous inquiétez pas Mr Leone.
Je suis sûr qu'on aura l'occasion de se revoir assez vite.

Godot attrapa la poignée, ouvrit la porte et sortit. La brise fraîche du matin lui caressait le visage, l'odeur du café qui sortait de derrière lui le transportait, la couleur du ciel venait apaiser les yeux. Pour la première fois depuis des années, il ne se sentait plus hanté par Redd White.
Godot pouvait enfin commencer une nouvelle étape dans sa vie, une phase dans laquelle il était libéré de toute vengeance possible. Il se sentait comme un homme nouveau. Godot en avait finit avec White. Il l'avait finalement fait ! Il était en paix. Il sentait enfin le nouveau goût que la vie lui offrait ! Mia aurait surement été fière de lui... Il s’essaya sur le trottoir, enleva son masque, et fondit en larmes, submergé par ses émotions. En même temps il le pouvait car c'était fini, et comme il le disait si bien:


"Le seul moment où un homme peut se permettre de pleurer, c'est quand tout est fini. "

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Mar 14 Fév - 19:43
-Je lui pardonne...


Vito n'en croyait pas ses yeux. C'était bien la dernière réponse qu'il attendait de lui. Mais...
Hrm. Vito se mit à chercher dans ses dossiers. Il y aurait bien UNE seule chose qui lui convaincrait le contraire. Il l'avait, en plus, mais où était elle... Où était elle...

-Par contre ceci risque de vous être utile dans votre quête. Vous voyez cette liste de noms, ce sont la plupart des  personnes auxquelles White avait fait du chantage. Ce sont tout les noms qui me sont revenus, il y en reste bien d'autres. Elle vous permettra de le faire parler. Le crime qu'il a commis contre Mia a déjà été punit, mais faites en sorte qu'il paye pour les autres délits qu'il a commis. Il est vrai que je ne vous ai pas fais confiance sur grand chose, mais je sais qu'a ce sujet je le peux. J’espère que vous l'utiliserez à bon escient. Je vous fais confiance Vito. Tachez de ne pas me décevoir.

Vito était content. Il avait gagné la confiance de Godot, et avait eu une nouvelle pièce à conviction accablante.

Puis il remarqua que Godot se levait, et lui serrait la main.
Vite, il fallait trouver la pièce à conviction nécessaire...
Merde ! Il commençait à partir... Vito cherchait dans le dossier...

TROUVE ! Vito sortir du dossier un sachet plastique contenant à l'intérieur une cassette. Il se précipita à la sortie, pour aller voir Godot.



- Monsieur Armando, prenez ça, s'il vous plait. C'est une des preuves que j'ai mentionné tout à l'heure. Certainement la plus... Hrm.
Si vous décidez de regarder cette cassette, j'espère que vous êtes prêt à affronter son contenu.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 40
Fiche du Personnage : LIEN

Messages : 57
Mer 15 Fév - 16:14
Godot, subissant le déchaînement de ses émotions, était assis là, sur le rebord du trottoir, à relâcher toute la pression qu'il avait accumulé durant toutes ces années. Il avait enfin réussi... Godot pouvait enfin vivre en paix, son âme était enfin libre de tout tourments. Sa vie pouvait, à nouveau, recommencer. Il l'avait fait... en mémoire de Mia. Et il pleurait toutes  les larmes de son corps, il vidait toute l'anxiété dans laquelle il avait vécu pendant plus d'une dizaine d'années.
Godot étaut en train de soulager son esprit, quand il entendit cette célèbre interjection. C'était surement Vito, il n'allait pas lâcher l'affaire aussi facilement, même si Godot lui avait donné une preuve décisive pour rendre la justice. Qu'allait-il encore lui proposer ? Godot était épuisé mentalement: il ne voulait plus entendre d'offres ni d'allégation, ni de marché. Il ne voulait plus entendre parler de Redd White.
Celui-ci lui tendit un objet.

- Monsieur Armando, prenez ça, s'il vous plait. C'est une des preuves que j'ai mentionné tout à l'heure. Certainement la plus... Hrm.
Si vous décidez de regarder cette cassette, j'espère que vous êtes prêt à affronter son contenu.


Godot se resaisit, remis son masque et essuya ses larmes. Il était encore émotionellement boulversé, mais, malgrè tout, il parvint à dompter, très instablement, ses émotions, et attrapa l'objet que Vito lui tendait
"Affronter le contenu de cette cassette"? Que voulait-il dire par là ? La curiosité le titillait au plus haut point et le tentait de demander ce qu'elle contenait. Mais Godot se retint, ça avait surement un lien avec White, et il avait décidé de mettre faire une croix sur cet élément du passé. Voir ce que cette cassette recelait serqit surement douloureux, Godot en était sûr.
Il rendit la cassette à Vito et le regarda dans les yeux.


-J'admire votre détermination Vito.
Mais je dois effacer White de ma vie, afin de cesser de ressasser ces moments qui me sont insoutenables.
Car c'est en réactualisant sans cesse ce passé trop frustrant, trop violent et trop douloureux, que je rend mes journées invivables


Maintenant, si vous souhaitez bien m'excuser, je souhaiterai rester seul...

Godot l'avait enfin emporté sur Redd White, il avait été plus fort que lui en lui accordant le pardon...
Il enleva une nouvelle fois son masque pour retomber dans l'obscurité dans laquelle il se sentait si bien, aussi sombre que le plus noir des cafés, dans laquelle il pouvait, le mieux, se rappeler de tout les moments qu'il passait avec Mia...

_________________
Ce qui se passe quand je vois Hunter:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vito Leone
Avocat de la Défense
avatar
Âge du Personnage : 21
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 132
Mer 15 Fév - 17:39
-J'admire votre détermination Vito.
Mais je dois effacer White de ma vie, afin de cesser de ressasser ces moments qui me sont insoutenables.
Car c'est en réactualisant sans cesse ce passé trop frustrant, trop violent et trop douloureux, que je rend mes journées invivables




- J'vous laisse ça là quand même.
Vous êtes procureur, et cette vidéo contient un crime très grave, même si ça ne concerne pas votre ex-femme. Si un jour vous souhaitez toutefois regarder le contenu de la vidéo... Eh bien, regardez là.
Retirez ce que j'ai dit tout à l'heure. Je disais "affronter le contenu de la vidéo" car il ne faut pas être de petite nature pour regarder ce contenu. Mais vous n'êtes de toute façon pas de petite nature.
Au pire, donnez cette cassette à la police sans regarder son contenu. Mais, hum... Je préférerait dans ce cas que vous vous attribuez la découverte de la cassette. Vous savez certainement pourquoi. Crédibilité, tout ça...


- Bref ! En attendant, je pense que je vais vous laisser. Si vous voulez me revoir, appelez moi sur mon numéro sur ce papier, je vous donnerai mon logement pour qu'on puisse se parler, que ce soit de cette conversation, ou si vous voulez parler à quelqu'un. Ou d'autres trucs.

Vito donna à Godot une feuille avec inscrit un numéro de téléphone. Il déposa aussi le sac plastique dans une table extérieure proche de Godot.
Au cas où, il avait la cassette originale, si elle devait se faire voler.

Maintenant, si vous souhaitez bien m'excuser, je souhaiterai rester seul...



- Pas de problème. Désolé de vous avoir mis dans cet état...
J'espère qu'on se reverra vite, M.Armando. Bonne chance à vous.

Vito se retourna puis se mit à partir. Visiblement, ça n'avait pas marché comme prévu, mais bon, dans tout les cas, il était content d'avoir pu rencontrer le procureur.
Il savait toutefois qu'il devrait un jour le revoir. Mais d'ici là, ce sera pour une autre histoire.

_________________
Thème de mon perso pour l'instant : 

https://www.youtube.com/watch?v=KATzvk05fTw

Thème pursuit de mon perso (temporaire certainement, ça dépend des avis des gens) :

https://www.youtube.com/watch?v=njFlkrEdc1s
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» mercedes VITO a vendre
» vito a vendre ........
» Sergio Leone se retourne dans sa tombe
» Répartition : Enzo Leone [manque avatar]
» mercedes vito/viano 111 cdi double cabine extra long

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Centre-Ville-
Sauter vers: