Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

[ENQUÊTE DL-1] Intro / Le Hall

 :: IRP → Ville :: Tribunal Fédéral :: Le Hall Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Le Juge
Maître du Jeu
Juge Suprême
avatar
Âge du Personnage : 100.000 ans
Messages : 172
Dim 9 Oct - 19:24
Consigne : Posts d'intro de chaque Inspecteurs avant toute chose.

Ensuite, suivre les instructions de Tyrell Badd jusqu'à la fin de l'intro. L'enquête démarrera quelques temps après !
Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Dim 9 Oct - 21:23
S'il y a bien quelque chose que Tyrell apprécie, ce sont ces signes que la providence envoie de temps à autre, pouvant transformer une journée aussi ennuyeuse que la mort en une journée pleine d'action et de rebondissement.
L'Inspecteur Général est seul à son bureau, triant (encore une fois) de la paperasse dans des classeurs bien distincts, dans un open space le plus calme du monde. De temps en temps, un coup de fil au bureau de quelqu'un, et personne pour décrocher. Et pour cause : quasiment tous les Inspecteurs étaient parti. Tel était le quotidien de la police : Gant envoyant tous les hommes dehors à la moindre occasion et réclamant qu'on arrête un coupable à chaque fois. Et en tant que chef du service, on le laisse moisir dans son bureau, à faire la paperasse "importante". Badd sait pertinemment que ce qui lui vaut sa charge de travail monstrueuse qui l'empêche d'aller sur le terrain, c'est aussi son attitude envers le boss. En effet, Tyrell ne se laisse pas marcher sur les pieds, et Gant n'aime pas ça. Cependant, il est le plus expérimenté de la brigade et le Commissaire ne veut pas se séparer un élément comme lui, évidemment.

Mais soudain, l'Inspecteur Général relève le nez de ses papiers. Car ce n'est pas un téléphone qui sonne, mais six en même temps. Puis, d'autres encore, de plus en plus. Des policiers décrochent les téléphones, des informations et des ordres sont criés à travers l'open-space. Tyrell Badd ne peut s'empêcher de sourire et se lève de son bureau. Quelque chose est en train de se passer.
Sortant du seul bureau fermé de cet open space, il attrape l'Officier Ballaud presque par le cou et lui demande :

-Qu'est ce que c'est que cette agitation ?

-Inspecteur ! Chef ! Une prise d'otage ! Au tribunal fédéral ! Et des bombes !

Les pupilles de Badd se dilatent. Il peut presque sentir le gout du sang et l'odeur de la mort. Il parcoure la salle du regard, et ne peut identifier qu'un seul Inspecteur présent au milieu de tous les policiers s'excitant. Un Inspecteur avec qui il n'est encore jamais allé sur le terrain.

-Inspecteur Yukama, vous venez avec moi.

Il retrousse les manches de sa chemise marron, resserre ses bretelles et met son vieux colt dans son holster. Enfin, il enfile son pardessus troué et se dirige vers le parking devant le commissariat, en s'assurant que sa collègue le suive bien.
A l'extérieur, le fourgon de la police qui n'est sorti qu'a des fins exceptionnelles comme aujourd'hui les attend. Plusieurs policiers s'équipent lourdement avant d'y aller. L'un deux tend deux gilets pare-balles aux Inspecteurs. Tyrell refuse et d'un signe de tête en propose un à sa collègue, avant d'attraper son téléphone.

-Lang, je n'ai pas assez d'Inspecteurs sous la main et on a une prise d'otage avec possiblement des bombes. Ça te dis de t'amuser un peu avec nous ? Rejoins nous au tribunal fédéral dans moins de 10 minutes.

Après avoir raccroché son téléphone, Tyrell regarde sa montre. Un peu plus de deux minutes se sont écoulées depuis les premiers coups de fil.

-On a pas toute la journée, on se dépêche ! aboie t-il aux hommes autour du fourgon.

Les hommes s'activent et montent dans le véhicule. Les deux Inspecteurs montent avec eux. Le fourgon démarre en trombe, sirène hurlante.

-Vous avez déjà eu à faire face à ce genre de situation ? demande t-il à sa nouvelle équipière.
Revenir en haut Aller en bas
Shi-Long Lang
Agent d'Interpol
avatar
Âge du Personnage : 30
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 156
Médailles :
Lun 10 Oct - 8:13
Une journée d’apparence calme. Une température ambiante acceptable, un soleil qui tapait le sol sans être obstrué. En sommes, un beau temps pour une journée comme les autres. Shi-Long, légèrement ennuyé de ce genre de journées calmes qui sont pourtant devenues son quotidien, décida comme à son habitude de sortir de chez lui pour aller marcher un peu. Peut-être trouvera-t-il ce qui lui manquait pour ne pas passer une journée banale et ennuyeuse. Bon, faudrait-il tout de même vaquer à une occupation ? Interpol ne l’avait, certes pas envoyé là pour faire un travail précis mais si tout du moins il y avait du travail ce ne serait pas de refus. Pensant à cela et soupirant légèrement, Shi-Long reçu un appel assez inattendu. Tyrell Badd, inspecteur de la police qu’il avait vu quelques temps avant au bar, le contactait pour lui demander de se rendre au tribunal là où il y aurait eu une prise d’otage. Quand bien même Shi-Long se questionnait sur les termes employés par l’inspecteur comme « Amuser ». Il était plus surpris de la connaissance de son numéro de téléphone par le dit inspecteur. De plus ce dernier ne lui avait aucunement laissé un temps de réponse. Bon, en tout cas ce qui est sûr c’est que le seul moyen d’avoir un minimum de réponse est d’aller à ce dit Tribunal fédéral.

 

Ne connaissant pas encore très bien la ville dans laquelle Shi-Long se trouvait, il se dirigea vers la carte la plus proche d’où il se trouvait pour pouvoir se repérer. Après quelques secondes à chercher la route optimale entre l’endroit où Shifu se trouvait et son lieu de destination. Il se rendit compte qu’il ne se trouvait qu’à un bon kilomètre de ce dit tribunal. Tyrell Badd lui avait dit d’être là dans moins de 10 minutes ? Au moins, ce sera tâche aisé. Courant légèrement, Shi-Long arriva au parking situé à l’entrée de l’imposant bâtiment. Un parking étonnamment remplit. N’étant pas encore passé devant le tribunal auparavant, Shifu fut surpris de la fréquentation de ce lieu. Tous ces gens se déplaçant ici pour se faire condamner coupable ou non coupable en fonction des pots-de-vin qu’ils auront su donner. Quelle justice à la con, des avocats véreux et des procureurs probablement trempés dans des affaires judiciaires corrompues. Heureusement que Shi-Long eut la chance de croiser 2 rares contre-exemples les années précédentes.

 

Shi-Long se demandait s’il devait ou non rentrer dans le tribunal avant l’arrivée de la police. En effet, sans autorisation d’Interpol il aurait été compliqué de rentrer tout bonnement dans le bâtiment et de se faire couvrir légalement ses actions.  Néanmoins il restait bien 3 ou 4 minutes avant la fin des dites 10 minutes exprimés par l’inspecteur quelques temps avant. Le choix était, de base, simple mais sur une bourde trop importante, Shifu pourrait avoir quelques problèmes peu utiles avec ses supérieurs et il préférait éviter cela. De plus, il n’avait aucune idée de l’apparence présumé du ou des dit preneurs d’otage ni de ce qui se passait réellement dans le tribunal. Il décida donc avant toute chose d’appeler Tyrell Badd pour recueillir plus d’informations. Si ces dernières étaient en quantité suffisantes, il rentrerait tout bonnement sous couvert juridique de la police. Ce fut en sortant son téléphone qu’il vit un fourgon de police passer devant lui et s’arrêter à quelques mètres d’où l’agent d’Interpol se trouvait. Il rangea par conséquent son téléphone avant de voir quelques policiers en tenue lourde sortir du véhicule. Ceux-ci furent suivis par 2 inspecteurs, Tyrell Badd et à côté de lui une femme qu’il ne connaissait pas. Bon, dans le cas présent, les présentations peuvent attendre et d’ailleurs le doivent, Shi-Long commença de ce fait à interroger ses interlocuteurs, en se déplaçant avec eux, sur l’affaire en cours, de manière un peu trop singulière mais il fallait se presser.

 

" Bon, je peux avoir plus de renseignement maintenant Badd ? Apparence du ou des preneurs d’otages, nombre d’otage, emplacement présumé des bombes ? "
Revenir en haut Aller en bas
Reika Yukama
Inspectrice
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 31 ans
Fiche du Personnage : Fiche de Reika
Messages : 29
Mer 12 Oct - 21:07



















 ❝ Enquête DL-1 Intro ❞
feat plein de monde




Productivité ! Mot très important dans le métier, surtout en cette période. Pas le temps de se reposer ou de regarder des vidéos comiques sur internet. Reika se souvient très bien des moments d'ennuis dans son ancien commissariat, lorsque ses collègues se montraient tour à tour des vidées de chats qui faisaient des choses drôles. Enfin, c'était il y a bien longtemps. Aujourd'hui, c'était fini ! D'un côté c'était bien car on ne s'ennuyait pas, mais d'un autre côté c'était devenu intensif, voire trop. Pour le moment, Reika n'était pas en enquête alors elle se contenta de lire le compte rendu de la dernière enquête qu'elle avait fait avec au passage quelques notes sur le procès. Un simple vol de voiture sans autre problème mais mine de rien, le coupable avait encouru de lourdes peines. D'un côté c'était dissuasif, de l'autre c'était peut-être exagéré. Mais ce n'était pas l'inspectrice qui donnait les peines de toute manière, ni même la police en général. C'est le juge qui s'en charge, à lui qu'il faut demander pourquoi autant. Quoique l'avocat n'avait rien dit à sa connaissance. Peut-être que les peines ont changé et que l'asiatique n'est pas au courant ! Ce serait bien possible !

Pendant qu'elle lisait, des coups de fil arrivèrent au commissariat de temps en temps. A chaque fois Reika leva la tête mais étant donné que ce n'était, elle supposait, pas pour elle, elle ne répondit pas. Elle se replongea à chaque fois dans son dossier. Pourquoi elle le lisait ? Sûrement pour une simple étude personnelle, bien sûr qu'elle connaissait son enquête, mais elle jugeait bon de la revoir en détails, savoir ce qui avait été bien ou mal fait. Même si dans le fond on pouvait dire que ça s'était bien passé, bien que l'affaire était facile, elle cherchait toujours à faire mieux. Et puis de toute manière, elle n'avait rien à faire d'autre dans l'immédiat. Il ne restait pas grand-monde donc dans les prochaines affaires de la journée, probablement qu'une sera pour elle. Certainement qu'elle n'était pas la plus demandée, on va mettre cela sur son entrée tardive dans ce commissariat. Pas la plus douée non plus, c'était certain également, elle était loin d'avoir la renommée de certains ! Mais pour l'instant aucun fiasco, c'est déjà pas mal non ? Puis il faut qu'elle apprenne à prendre ses repères ici également. Tout allait tellement vite que c'était difficile. Mais sûr qu'elle n'y manquera pas.

D'un coup, un téléphone se mit à sonner. Une fois encore, l'inspectrice leva la tête en sa direction. Mais le plus surprenant c'est que des dizaines d'autres coups de téléphone se firent entendre dans le commissariat. Ouah, qu'est-ce qui se passe ? Reika regarda les policiers s'agiter un peu perdue, elle ne savait ni quoi faire ni comment réagir. Elle ne comprenait strictement rien à ce qu'il se passait actuellement. Et comme tout le monde parlait en même temps, pas moyen de comprendre vraiment ce qui se tramait. Seule chose sûre : c'était grave. Finalement, une voix fluette se fit entendre à travers le vacarme qui se produisait. Pardon, une prise d'otages ? Tribunal ? Bombes ? Oh mon Dieu, dites-nous que c'est un canular ! Ce ne serait vraiment pas drôle et trop bien élaboré. Avant même que Reika ait vraiment le temps de réaliser, elle entendit une voix grave prononcer son nom. Elle se leva d'un bon, tournant sa tête vers ladite personne qui n'était autre que son chef puis répondit instinctivement.

« Oui chef ! »

Il n'y avait rien d'autre à dire. C'était la première fois qu'elle allait bosser avec lui et à vrai dire, elle aurait préféré d'autres circonstances. Mais pour le moment, ce n'était pas la question à se poser. Tout ce que faisait l'asiatique était suivre son chef d'un pas pressé. Elle allait finir par courir derrière ! Une fois sortie du commissariat, Reika attrapa un gilet pare-balle au contraire de son aîné. Il avait sûrement plus d'expérience qu'elle mais assurément qu'elle n'était pas contre de la sécurité en plus. Il y avait du monde, mais du moins l'inspecteur Badd jugeait que non puisqu'il appela quelqu'un dont la jeune femme ne réussit à capter le nom. Elle se contenta d'enfiler son gilet à la va-vite pendant ce mini laps de temps, elle n'avait pas trop l'habitude de ces choses en dehors des entraînements. Par contre le terme "amuser" sonna étrangement aux oreilles de l'inspectrice. Non, ce n'est définitivement pas un adjectif qu'elle trouve adapté à la situation ! Une fois sa protection mise, elle se dépêcha d'aller dans le fourgon comme l'ordonna son supérieur. Après tout, pas de temps à perdre !

Une fois tout le monde assis, le véhicule démarra en trombe. Enfin, il démarra dès la fermeture des portes en réalité. La journée s'annonçait vraiment étrange même au bout d'à peine cinq minutes, on le sentait. Alors que Reika commençait à se poser plein de questions sur le pourquoi du comment de la prise d'otages, elle fut interrompue dans ses pensées par l'inspecteur Badd. Est-ce qu'elle avait déjà eu affaire à ce genre d'événement ? Quelle est censée être la réponse la plus rassurante ? Un "oui" qui traduisait le beau bordel de la justice actuelle ou un "non" montrant son ignorance totale ? Peu importe en fin de compte puisqu'elle allait simplement répondre la vérité. Elle se posait juste encore trop de questions, bien souvent inutiles et sans réponse.

« Non Monsieur. Dans l'ancien quartier où je travaillais, j'avais de la chance que cela soit assez calme. C'était une ville assez isolée et les meurtres simples restaient les plus graves. Pas de prise d'otages à ma connaissance, du moins, pas de cette ampleur-ci... »

Autant dire qu'elle venait d'un truc tellement perdu au fin fond du pays qu'il n'y avait même pas de tribunal à proximité et que son commissariat régissait plusieurs villes. D'ailleurs, c'est un peu pour cela qu'elle est partie : elle n'allait pas évoluer mais plutôt s'ennuyer. Pourtant dans ce genre de cas ici présent, la jeune femme regretterait presque sa tranquillité !

Les dix minutes passèrent très vite et tous les policiers descendirent en vitesse, Reika y compris bien évidemment. La situation en donnait pas envie, et ça se voyait sur sa tête qu'elle était loin d'être en euphorie, mais elle ne comptait néanmoins pas faire un écart et s'enfuir. Non, elle restera là pour faire son boulot, sinon à quoi servirait-elle ! Ah, la question de l'utilité... Encore une notion compliquée où ce n'est pas le moment de s'y pencher ! Elle suivit son chef en avançant vers le tribunal derrière les autres policiers, attendant les ordres, surtout qu'elle était complètement perdue face à ce genre d'affaires. Très vite ils furent interrompus par un autre mec. A sa tenue, impossible de savoir qui c'était mais vu le sujet de sa conversation, Reika comprit qu'il s'agissait de l'inspecteur appelé plus tôt. Impossible de savoir son nom et il ne prit pas la peine de se présenter, juste de balancer des tonnes de questions à la suite ! Bon, l'asiatique avait l'habitude puisqu'elle faisait elle aussi la même chose. Elle ne savait pas trop quoi faire, ni quoi dire, surtout qu'elle ignorait tout de ce qu'il se passait. Quelques informations entendues pendant le court voyage mais c'est tout. Elle se contenta donc de guetter la moindre directive ainsi que la moindre agitation.


 © Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Damien Gant
Préfet de Police
avatar
Messages : 3
Médailles :
Mer 12 Oct - 22:54
Damien Gant attendait sur la place devant le Tribunal, accompagné de ses adjoints en uniformes de police noirs, les mains dans son dos. Toutes les fenêtres étaient couvertes par les volets électriques baissés. Le spectacle était assez surprenant, venant d'un bâtiment public.
Quand le fourgon de la police s'arrêta et que les trois inspecteurs ainsi que le reste de forces de l'ordre s'approchèrent, Gant les salua.



-Bien, vous êtes là. On m'a prévenu de ce qu'il s'est passé, et je me trouvais dans le coin.



-On a de nouvelles informations. Il n'y aurait pas de preneur d'otage physiquement présent dans le bâtiment. Toutes les issues ont été condamnés à distance et les otages ont du désamorcer eux même trois bombes réparties dans le bâtiment. Comme vous le voyez, le Tribunal est toujours debout, ce qui signifie qu'ils ont réussi. Notre mission consiste donc à entrer et enquêter sur ce qu'il s'est passé.

Il ordonna alors à certains agents de déployer une zone de sécurité autour de l'entrée à l'aide de barrières.



-Il semblerait que certains aient pu être exposé à des agents toxiques. Il ne faut donc laisser personne sortir avant de s'assurer qu'ils sont en bonne santé, et avant d'avoir pris leur déposition. On ne peut pas non plus exclure la possibilité que le responsable se trouve parmi eux.



-Allons les enfants, il est temps d'enfoncer ces portes !

Protégé par ses gardes, et se tenant derrière les forces de l'ordre et les Inspecteurs, Gant attendis patiemment que les portes tombent. Lorsque ce fut le cas, il attendit que le hall soit nettoyé et pénétra derrière les Inspecteurs.
Le Hall était rempli de personnes désirant sortir, visiblement épuisées et paniquées.



-Bon, vous savez ce que vous avez à faire. En ce qui me concerne, je vais aller m'assurer que certaines personnalités importantes vont bien. Badd, trouvez moi un responsable rapidement, je vous prie.

Il se dirigea alors dans un couloir, protégé par ses gardes et disparu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Jeu 13 Oct - 0:38
Le suspensions du fourgon ne sont plus toutes jeunes, et le dos de Badd non plus. Maudis dos d'ânes. Tyrell grimace, et vérifie le nombre de balles dans son colt.

« Non Monsieur. Dans l'ancien quartier où je travaillais, j'avais de la chance que cela soit assez calme. C'était une ville assez isolée et les meurtres simples restaient les plus graves. Pas de prise d'otages à ma connaissance, du moins, pas de cette ampleur-ci... »

Badd reste de marbre. Peu de gens ont déjà été confronté à une prise d'otage. Il se rappelle les quelques unes où il a participé, et très peu se sont bien fini. Il espère que cette fois-ci l'issue soit différente, mais ne se fait que peu d'illusions.

-Il faut bien un début à tout. Ouvrez l’œil et tout se passera bien.

Si la petite a été accepté dans un tel Commissariat, c'est qu'elle sait tirer droit et réfléchir calmement. Pas besoin d'autre chose. Un peu de chance, peut-être.
Le fourgon pile à son arrivée, et Badd grogne longuement en se touchant le dos. Il est sérieusement temps de prendre cette retraite. Les portes du camion s'ouvrent, et les policiers sortent un à un, tous prêt à en découdre. Badd laisse la demoiselle passer devant et sort en dernier, avant de refermer les portes du fourgon.

Premier constat, le bâtiment est complètement verrouillé. Les portes sont fermées et les volets baissés. L'Inspecteur à la veste trouée met une nouvelle sucette dans sa bouche. Pas mal de civils se rassemblent devant le bâtiment, curieux.



-Inspectrice Yukama, faites moi déguerpir ces civils.

Alors que sa nouvelle collègue commence à faire évacuer la zone et que Badd réfléchit sur la tactique à adopter, il aperçoit une silhouette du coin de l’œil.

" Bon, je peux avoir plus de renseignement maintenant Badd ? Apparence du ou des preneurs d’otages, nombre d’otage, emplacement présumé des bombes ? "

Badd ne prend pas le temps de le saluer, le temps est compté. Alors qu'il s'apprête à lui en dire plus, ils se font interpeller par Gant. Badd lève les yeux au ciel et grince des dents.



-Manquait plus que ce salopard.

Badd fait signe à adjoints de le suivre en direction du Commissaire. Il fulmine, car pour une fois qu'il sort sur le terrain, il se retrouve avec un pourri sur le dos.

-Commissaire, voici l'Agent Lang, d'Interp...

Gant ne lui laisse pas le temps de terminer et commence à les briefer sur la situation. Badd boue intérieurement, mais écoute ces nouvelles informations. Pas de preneur d'otage ? Des bombes déjà désamorcées ? Par des civils ?! L'important, c'est qu'il n'y ai pas de blessé. Une fois que Gant leur donne le feu vert, Badd porte son pouce et son index à ses lèvres pour siffler et appeler ses policiers. La plupart portent des gilets pare-balles, d'autres des protections intégrales d'intervention. Ils les briefe rapidement.

-Apportez le bélier et faites tomber les portes !

Quatre policiers arrivent au pas de course en transportant l'imposante poutre d'acier. Puis, il se mettent au travail. Les portes sont épaisses lourdes, et de nombreux coups sont nécessaires pour les forcer.

-Lang, tu as l'habitude de gérer des nombres importants d'hommes, je te laisse organiser les effectifs. Tu affecte ceux qui entrent en premier, et ceux qui restent derrière. Inspectrice, vous restez près de moi. Une fois à l'intérieur, vous vous occupez du crowd control avec quelques officiers pendant que Lang et moi on sécurise le hall avec le reste des effectifs.

Le crowd control est ce que préférait faire Tyrell à une époque. Grossièrement, hurler à tout le monde de se calmer et de se mettre à terre ou contre les murs dans le calme. Leur dire ce qu'ils veulent entendre pour qu'il se tranquillisent. Pas forcément la partie la plus excitante mais certainement la plus formatrice. Car quand une cinquantaine de personnes en colère veulent vous passer dessus pour sortir, il faut en avoir dans le pantalon pour se faire respecter. Une bonne expérience pour Yukama qui n'avait jamais eu à faire à ce genre de situation. Badd était toutefois conscient que leurs effectifs étaient suffisant pour contrôler tout ce petit monde sans mettre son adjointe en danger.

Une fois que les tâches sont réparties, Badd sort son colt et fait sauter la sécurité, et se place ou Lang lui indique. Une goûte de sueur perle sur son front. Une fois à l'intérieur, il ne sait pas ce qui peut arriver.

*CRAC*

Les portes cèdent enfin et toutes les forces de police s'engouffrent dans le bâtiment tour à tour. L'arme à la main, les trois Inspecteurs pénètrent dans le bâtiment. Le Hall est bondé et déjà plusieurs personnes pressent pour sortir. Impossible d'identifier de possibles menaces dans cette foule.

-Yukama, c'est à vous, prenez ceux dont vous avez besoin. Les autres, avec moi !

Badd et Lang entreprennent alors contourner la foule et de vérifier visuellement si quelqu'un représente une menace. Mais dans cette marrée humaine, c'est quasiment impossible. Au bout d'un moment, Badd désigne à son coéquipier quelqu'un qui garde la main sous son manteau.

-Les mains en évidences ! Tes mains ! En évidence !

Refusant de coopérer, Badd se jette sur lui et lui fait une clé de bras. Il le positionne ensuite face à Lang pour que ce dernier puisse le fouiller. Mais rien.
Le chaos est total, mais au bout de quelques minutes, les gens deviennent plus coopératifs. Pas de menace en vue, en tous cas pour le moment. Il aperçoit cependant deux connaissances, Benjamin Hunter et Franziska Von Karma. Puis, Gant arrive avec ses grands sabots.

-Bon, vous savez ce que vous avez à faire. En ce qui me concerne, je vais aller m'assurer que certaines personnalités importantes vont bien. Badd, trouvez moi un responsable rapidement, je vous prie.

Badd lui aurait habituellement dit de ne pas y aller seul, mais si le Commissaire se fait descendre, ça ne le dérangerait pas plus que ça. Le vieux briscard se contente simplement de lui lancer un regard noir tandis qu'il s'en va avec ses sbires. Badd se dirige alors vers les deux Procureurs.

-Procureure Von Karma, Procureur Hunter. Pas trop secoués ? Hunter, est-ce que vous sauriez me guider moi et mes collègues dans ce tribunal pour m'aider à trouver les deux autres bombes ? C'est important qu'on le fasse rapidement pour s'assurer qu'il n'y ai plus de danger.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shi-Long Lang
Agent d'Interpol
avatar
Âge du Personnage : 30
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 156
Médailles :
Jeu 13 Oct - 13:13
Arrivant sur place, Shi-Long avait retrouvé Tyrell Badd qui l’avait appelé précédemment ainsi qu’une inspectrice se trouvant à ses côtés. Après une rapide interrogation de la part de l’agent d’Interpol, son interlocuteur n’eut pas la possibilité de répondre, directement coupé par le chef actuel de la police ; Damien Gant. Shi-Long ne l’avait encore jamais vu mais il devait reconnaitre que cet homme dégageait une prestance des plus remarquables, il lui faisait d’ailleurs penser à Quercus Alba. Lang ne prit pas la peine de se retourner vers Badd et il avança vers l’ex-meurtrier en entendant des craquements venant de l’inspecteur en chef. L’atmosphère était pour le moins tendue entre les 2 hommes, Gant ne laissant pas Tyrell Badd avoir une quelconque opportunité de me présenter. Il n’empêche que les informations données par Gant étaient concises et précises. Peut-être était-il une raclure de première mais il connaissait au moins son travail.

 

Pas de preneur d’otage physiquement présent, cela indiquait très probablement une bande sonore ou des projections visuelles pour prévenir les « otages » de leur situation. Néanmoins le gros problème était que des civils aient pu désamorcer les bombes eux-mêmes. Lang réfléchit un instant et vit 2 possibilités très simples, soit il y avait des inspecteurs ou des démineurs en civil se trouvant au tribunal. Soit les bombes pouvaient être désamorcées autrement et auquel cas il aurait parié cher sur le fait de revoir Benjamin Hunter, Franziska Von Karma et probablement quelques idiots heureux prêts à les suivre tels que la gamine se prenant pour le Yatagarasu. A la fin de sa rapide réflexion, Gant leur donna le feu vert pour commencer l’intervention. Badd fit aussitôt venir les policiers alentours pour défoncer la porte principale avec un bélier, choix radical cela pouvant blesser les civils derrière cette dite porte mais les laisser dans la salle plus longtemps pourrait provoquer des émeutes blessants les personnes coincés à l’intérieur.

 

Tyrell Badd donna à Lang, quelques secondes après le premier coup de bélier sur la porte, la direction de la dizaine d’hommes présents. De par les équipements des policiers le choix fut rapide et aisé. Lang cria aux policiers ayant des tenues complètes d’intervention de se tenir prêt à rentrer et à calmer la foule en cas de problèmes. Pour les autres policiers, il serait préférable de rester légèrement en retrait dans le cas où quelques individus sortiraient de la maille. Le stress commençait à monter auprès des forces de l’ordre. Chaque coup donné à la porte pouvait donner lieu au début des opérations de sauvetage, le souffle des agents se faisait de plus en plus court à chaque détonation et ce fut lors de l’ultime que tout s’enclencha. Badd fonça dans le hall arme à la main suivit par Lang et l’inspectrice. Il donna une directive à l’inspectrice Yukama puis essaya de contourner la foule tout en étant suivi par Lang et quelques autres agents.  Rapidement Badd montra un individu encapuchonné dans la foule en lui demandant de sortir les mains de ses poches ce que l’individu ne fit pas. Sans aucune autre somation l’inspecteur se rua dans la foule et plaqua l’individu au sol en ne manquant pas de lui faire une clef de bras, Lang suivit et fouilla l’individu sans ne rien trouver. Il prit tout de même, ne sait-on jamais, une photo de l’individu sur son téléphone qu’il rangea aussitôt. Ce dernier eut beau protester contre l’agent d’Interpol, ce dernier lui expliqua très clairement en quelques mots qu’il pouvait aussi bien l’arrêter et l’envoyer au trou pour refus d’obtempérer.

 

Lors de cette scène délirante, les gens devinrent plus calmes et les potentielles menaces semblèrent écartées. Néanmoins il restait toujours un des problèmes qu’avait évoqué Gant ; les agents toxiques. Lors d’une rapide réflexion sur l’emplacement présumé de ces dits agents toxiques, Lang entendit Gant à quelques mètres d’où il se trouvait disant qu’il devait y aller et que Badd devait rapidement trouver un responsable à cet acte terroriste. Mis à part la fuite du commissaire lors de cette situation, la dernière remarque de Gant ne fut aucunement appréciée par Shi-Long qui trouvait cette dernière absolument navrante. Badd s’approcha alors de 2 silhouettes se trouvant de l’autre côté.

 

-Procureure Von Karma, Procureur Hunter. Pas trop secoués ? Hunter, est-ce que vous sauriez me guider moi et mes collègues dans ce tribunal pour m'aider à trouver les deux autres bombes ? C'est important qu'on le fasse rapidement pour s'assurer qu'il n'y ai(t) plus de danger.

 

Ah, Franziska Von Karma et Benjamin Hunter, Shi-Long hésita à se proclamer voyant en entendant ces noms. A la place il préféra s’approcher d’eux pour les saluer en bonne et due forme,

 






" Bon et bien, pour ne pas changer on vous retrouve à chaque fois là où il y a des problèmes, procureur Hunter et grande sœur. "

 
" Vous avez du désamorcer une bombe vous-même si je ne m’abuse ? "
Revenir en haut Aller en bas
Louise O'Brien
Graphiste
Procureure
avatar
Âge du Personnage : 26
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 284
Médailles :
Jeu 13 Oct - 23:59
L'idée d'une menace à grande échelle aidait grandement O'Brien à courir pour avaler la distance entre le parking et le Hall principal. Elle bouscula plusieurs personnes pour arriver à son but, une véritable marée humaine se déversant des portes du tribunal. Que s'était-il passé pendant ces dix, quinze minutes où ils avaient été coupés du monde ?
Hunter, Von Karma, et trois Inspecteurs qu'elle ne connaissait pas étaient déjà sur place. C'est une Louise passablement paniquée qui prit la parole.

« Euh... Il y a un petit problème. Une... bombe. Dans le parking. Nous l'avons désamorcée avec un autre Procureur. » Elle dévisagea les visages de la Police présents. Des inconnus au bataillon... Louise déglutit. « Procureur O'Brien », précisa-t-elle en montrant son badge.
Ces trois agents possédaient une aura singulière, bien éloignée de la sienne. Elle n'était après tout qu'une jeune Procureure assise derrière un bureau toute la journée, mais ces hommes et ces femmes dégageaient quelque chose de différent.

Le Procureur Général et Von Karma avaient l'air tout aussi échevelés qu'elle. Avaient-ils eu affaire à un "souci" similaire au sien ? Elle prit la parole à nouveau, hésitante et consciente d'arriver comme un cheveux sur la soupe.

« Boss, vous savez où est passé le procureur Celes ? J'étais avec lui pour désamorcer cette saleté, mais il est parti je ne sais où. »


Louise pria intérieurement pour que l'un des Inspecteurs ne lui dise pas d'aller voir ailleurs. La dernière chose qu'elle voulait faire était de ralentir la police, mais elle ne tenait pas non plus à être écartée.
Le coupable les avait fait venir personnellement, elle et Gabriel, avec la claire intention de jouer avec leurs vies. Un tel affront ne resterait pas impuni.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Reika Yukama
Inspectrice
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 31 ans
Fiche du Personnage : Fiche de Reika
Messages : 29
Mer 19 Oct - 22:07



















 ❝ Enquête DL-1 Intro ❞
feat plein de monde




Le trajet étant tendu. Cela n'étonnait pas Reika, après tout quand on apprend qu'il y a une prise d'otages dans un tribunal, on peut difficilement être détendu. Quoique certains comme l'inspecteur Badd semblaient moins tendus que les plus jeunes de la bande. Entre ceux qui tremblaient et ceux qui ne tenaient pas en place, le chef ressortait du groupe. L'inspectrice quant à elle se contentait d'observer les gens, ce qui a plutôt comme effet de la stresser. Mais arrêtez de bouger partout et attendez qu'on arrive s'il vous plaît ! Les gens excités ça stresse la brune. Elle est du genre à imaginer 75 scénarios possibles, même s'il n'y a que dix minutes de trajet. La réponse de son chef n'eut pas vraiment pour effet de la rassurer. Enfin, vu la carrure de l'homme, on imagine difficilement le contraire. Elle se rassurera toute seule tant pis ! Ou alors elle ne sera jamais rassurée, pas grave, ce n'est pas la première fois. Du moment qu'elle fait son boulot correctement, qu'elle soit terrorisée intérieurement est un détail. Lorsque le véhicule s'arrêta net (on sent les gens stressés qui conduisent), les premiers commencèrent à sortir. Ouah, ils sont vraiment au taquet ! C'était admirable de ce point de vue. Sortant à son tour en évitant tout le grabuge engendré par les policiers plus les commères du village, Reika fut vite mise à la tâche par l'inspecteur Badd. Faire partir les gens ? Toute seule alors qu'ils sont des dizaines ? Euh, oui, d'accord. Elle n'était pas réputée pour sa grande gueule mais elle va essayer de faire un effort. Faisant le signe habituel du "oui chef", elle partit ensuite à la tâche pendant que son chef restait avec les autres.

Inutile de dire aux civils qu'il n'y a rien à voir se serait mentir et en plus cela a comme effet de les attirer encore plus ! En général la nourriture ça marche, mais peut-être pas sur un si grand nombre. Il fallait qu'elle réfléchisse vite avant que cela dégénère. Hey regardez y a Brad Pitt ! Non, ça ne marchera jamais. Et Rihanna ? Non plus ? Roh. Il allait vraiment falloir que Reika améliore sa réaction. Sinon, on était mal barré, on va tous mourir à cette allure là. Faisant de grands signes en mode "oust", elle essaya tant bien que mal de faire partir les civils. Pas gagner.

« Circuler ! Je vous promets, il n'y a aucune star enfermée dans ce tribunal ! Et puis de toute façon, toutes les places sont prises pour les procès, revenez un autre jour ! On ne vous laissera pas entrer alors du vent, allez plutôt voir le dernier film de Marvel. »

Comment ça tout cela n'avait aucun sens ? Après tout, les gens sont pas cons, ils savent très bien qu'il y a un truc. Juste ils ne savent pas quoi. Et au lieu d'attiser leur intérêt, l'inspectrice essaya juste de les faire attendre le temps que les barrières soient installées. A partir de là, ils seront tranquilles. Sauf s'ils veulent se faire tirer dessus mais là, ils sont étranges. Quoiqu'il y avait une chose qui pourrait faire fuir tous les curieux : le fameux commissaire Gant. Revenant ensuite vers le mini groupe, impossible de le louper avec son costume orange. La trentenaire essaya de se faire discrète, quoique pas bien compliqué puisque le commissaire était à fond dans son discours. Ce n'est pas comme si cela faisait longtemps que les inspecteurs ne l'avaient pas vu, Reika et son chef du moins, mais c'était étrange qu'il soit aussi réactif et qu'il soit là avant tout le monde ! La brune pensait qu'il serait plutôt du genre à être dans son bureau. Il était peut-être venu en jet privé du bureau du procureur ou du commissariat ? Impossible de savoir. Enfin, il était dans le coin selon lui. Puis de toute manière, pas besoin de rentrer dans les détails. Reika fut étonnée lorsqu'elle entendit que des civils avaient désamorcé des bombes eux-mêmes. Elle n'était pas spécialiste, loin de là, mais dans ses souvenirs  c'était quand même très dur et surtout ultra dangereux ! Elle aurait plutôt fuit loin du tribunal. On avait vu plus courageux c'est vrai, mais Reika était une humaine parfaitement normale, même si elle n'aimait pas avouer que parfois elle était plus du côté lâche que courageux. Cela dépendait vraiment des situations. Mais passons, ce n'est pas la question aujourd'hui. Mais attendez... Le commissaire vient de dire qu'on va rentrer ? Mais, et s'il y a encore des bombes dont personne ne sait la position ? Si le preneur d'otages avait menti ? Reika passerait volontiers son tour pour laisser les démineurs vérifier qu'il n'y en a vraiment plus. Du moins dans son cas elle aurait préféré faire cela. Sécurité avant tout non ? Sauf qu'elle ne pouvait pas contester les ordres de Gant alors elle garda ses interrogations et son inquiétude profonde pour elle. En tout cas elle ne comprenait pas tout : le preneur d'otage il est là oui ou non ? D'un coup le commissaire dit qu'il n'est pas physiquement présent puis ensuite il dit que le responsable est peut-être à l'intérieur... Après elle ne connaissait pas tous les détails du tout mais cette histoire semble bien complexe. Ils sont peut-être plusieurs coupables ? Ce n'était vraiment pas rassurant cette histoire. Allez Reika, un peu de sang froid !

L'asiatique regarda les portes se faire défoncer par les béliers. Elle se demandait quand même comment des portes en bois comme celles du tribunal ont pu être fermées à distance. Sans doute qu'elle ignorait, une fois encore, beaucoup de choses en matière technologique. Gant avait l'air tout content de tout détruire, s'en était presque flippant. C'était le genre de personnage qui ne rassurait pas du tout Reika. Déjà qu'elle ne savait pas quoi en penser, s'il était gentil ou méchant par exemple, mais en plus il avait la carrure de ceux qu'on ne veut pas embêter. Et ce n'est pas sûr que les vingt ans de karaté de la jeune femme puissent changer grand-chose. Enfin, ce n'est pas comme s'ils étaient sensés se battre ! Pas du tout d'ailleurs, l'esprit de l'inspectrice était juste encore parti se balader.

Retour à la réalité. L'inspecteur Badd commença à donner des ordres. L'inspecteur Lang s'occupait du... comment dire... De la répartition ! Reika devait dans son cas rester avec son supérieur pour gérer la foule. Oula, mais ils sont combien là-dedans ? Normalement ça devrait être faisable mais... Oh, puis il n'y a pas de raison pour que tout se passe mal. Hormis le fait que Reika ne savait pas vraiment elle-même s'il y avait toujours des bombes ou pas étant donné que les paroles du commissaire étaient relativement vagues et contradictoires. Bon, pensons au positif, elle est loin d'être toute seule. Là il fallait travailler et se concentrer sérieusement ! Prendre ceux dont elle a besoin ? Euh d'accord mais il y avait tellement de monde, plus le fait qu'elle n'était pas très grande, donc un peu difficile d'évaluer. Surtout qu'elle détestait dire "hey toi viens !", elle préfère connaître le nom de gens. Sauf que vu le nombre et le fait qu'elle venait d'arriver, couplons cela avec la combinaison intégrale qu'ils portaient... Oui, compliqué. Puis ce n'était pas à l'autre inspecteur de répartir les groupes ? Elle aurait bien aimé. Ne se préoccupant plus de ce que faisait ses deux collègues, elle s'occupa maintenant uniquement de ses affaires. Donc il faut contrôler cette foule ! Déjà la première étape c'était de récupérer des policiers pour l'aider. Heureusement que certains bloquaient la porte ! Comme ça si on meurt, ce sera tous ensemble ! Bon d'accord, stop le cynisme. Ce n'est vraiment pas drôle d'ailleurs. Récupérant environ dix policiers, Reika enjoignit aux policiers de se mettre comme en arrondi voire en cercle pour maintenir les gens à l'écart des policiers et les empêcher de vouloir foncer tête baissée vers la sortie. Pendant ce temps, l'inspectrice parla quelque peu à l'attention des personnes retenues. Un peu tous les civils en fait, même s'il y a peut-être quelques juristes et autres qui traînent dans la masse. Elle tentait de les calmer et de les rassurer, un peu compliqué, avec une réussite mitigée.

« S'il vous plaît tout le monde écoutez moi ! » commença-t-elle avec la voix la plus forte qu'elle pouvait avoir « Vous ne risquez plus rien, toute menace matérielle a été neutralisée. Cependant, nous devons quand même procéder à un contrôle rigoureux, s'il y a le coupable ou un de ces complices parmi vous, ou tout simplement quelqu'un qui pourrait nous aider à trouver le ou les responsables, nous ne pouvons pas le laisser sortir. Plus vous vous apaisez, plus nous pourrons aller vite et vous rentrerez vite chez vous, je vous le promets. »

Pas facile de se faire entendre dans ce brouhaha. Elle essayait de se vouloir convaincante et de montrer le moins possible qu'elle n'était pas vraiment rassurée elle-même. Il faut absolument qu'elle garde son sang froid. Déjà, elle passa sur la partie toxique car ça ne pouvait qu'empirer les choses. Elle n'était malheureusement pas la reine des mensonges, pour le coup cela aurait pu aider ! Même si la majorité se calmait, certains jouaient les rebelles comme celui qui fut neutraliser par Badd et Lang. Toujours des gens pour se rendre intéressant. Restant à contrôler les gens et à répondre à leurs éventuelles interrogations, calmes de préférence, Reika ne remarqua pas davantage ce qu'il se passait par là-bas.

Alors que les policiers étaient tous dans le tribunal en difficulté, Gant décida d'aller faire ses petites affaires. La japonaise serait bien curieuse de savoir qui sont ces personnalités importantes mais ce ne sont absolument pas ses affaires. Puis elle avait compris depuis bien longtemps que la curiosité était une très mauvaise chose qui n'apportait que des ennuis. Ça sert à cela de vieillir, on a plus d'expérience sur les bonnes et surtout mauvaises choses. Quoiqu'il en soit, ce n'était pas le moment de penser à cela. Il fallait qu'elle se reconcentre sur sa tâche principale. Elle jetait des coups d'oeil de temps en temps vers Badd et les autres. La brune remarquait bien l'arrivée des trois procureurs mais elle n'avait pas plus le temps que ça de réagir. Les gens étaient quand même nombreux et elle préférait garder un œil avisé dessus. Même si pour l'instant cela allait, pour combien de temps encore avant qu'ils redeviennent impatients ? D'ailleurs si Badd pouvait parler moins fort ce serait sympa, déjà qu'elle se tue à leur dire qu'il n'y a plus de danger alors s'il fait exprès de dire que si... Elle était dans de beaux draps ensuite pour tenir tout le monde ! Espérons qu'ils soient préoccupés par autre chose. Vite, un sujet de discussion ! Parlons de la cuisine du Bellissima ! Ah non, mauvaise idée. Puis ce n'était pas très professionnel. Hm...

« Ah ! Sinon vous sentez bien ? Enfin je veux dire... Hm... Physiquement parlant ? Je me doute que psychologiquement ce n'est pas la grande forme, je vous comprends, mais je veux m'assurer qu'aucun de vous n'a été blessé. » dit-elle hésitante

Ok on avait franchement vu mieux mais entre les bombes et le Bellissima... Voilà où on se trouvait ! Peut-être qu'elle ferait mieux de retourner avec les autres en fait, ça serait moins ridicule. Elle prenait sa mission à cœur, il ne faut pas croire !


 © Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Ven 21 Oct - 1:21
L'émulsion autour d'eux commence à redescendre. Son adjointe, l'Inspectrice Yukama, a l'air d'avoir fait du bon boulot. Il n'avait pas pu garder l'oeil sur elle, mais si elle était Inspectrice c'est qu'elle connaissait les bases de son métier. Oui, elle a sûrement fait du boulot très pro.
En tout cas, Lang lui aussi a réagit rapidement pour maîtriser le suspect un peu plus tôt. Badd lui lance un regard satisfait quand celui-ci arrive à sa hauteur.

Les deux procureurs ont l'air assez secoués. Hunter parvient à articuler :



-En effet, on a désamorcé la bombe que vous voyez là. J'ai cru comprendre qu'il y en avait d'autres.

Puis, une jeune rousse ayant l'air de connaitre Hunter et Von Karma déboule :

« On a eu un problème. Une bombe. Dans le parking. Nous l'avons désamorcée avec un autre Procureur. Procureur O'Brien. Vous savez où est passé le procureur Celes ? J'étais avec lui pour désamorcer cette saleté, mais il est parti je ne sais où.

Elle se la joue New York PJ ? Tyrell lui montre également son badge.



-Badd. Désolé, je ne sais pas ou se trouve votre collègue mais il y a encore plus d'une centaine de civils dispersés dans le bâtiment. Mes hommes vont le retrouver et on vous l'amènera pour que vous puissiez témoigner.

Alors qu'il réfléchit à la marche à suivre, Yukama les rejoint également. Au même moment, une voix grésille dans sa radio.

-Inspecteur Badd, les démineurs et l'équipe médicale arrivent sur votre position dans deux minutes ! On nous signale une forte activité dans les autres salles du bâtiment. Apparemment d'autres salles se seraient verrouillées aléatoirement. J'ai reçu des ordres qui..

L'Officier de Police n'a pas le temps de finir sa phrase quand une voix trop singulière le coupe sur un canal prioritaire.

-Badd, laissez les démineurs s'occuper des bombes. Vous, nettoyez l'aile Ouest du bâtiment et assurez vous que les civils rejoignent les autres dans le Hall. Gant, terminé.

Le vieux briscard grogne et regarde le plafond. Quel intérêt d'aller sur le terrain si c'est pour faire le travail des stagiaires ?
Les démineurs et les docs arrivent par la porte. Un semblant d'organisation se forme. Tyrell hésite quelques instant à braver les ordres de Gant, puis se résigne. Rester docile, rester docile ... pour le moment. Il se tourne alors vers ses adjoints.



-Bien, il semble que le boss soit clair. On va se charger de nettoyer l'aile Ouest. On ne sera jamais trop de trois. Vous, vous pouvez venir avec nous si vous voulez, dit-il en s'adressant aux trois Procureurs présents. Tous nos effectifs sont déjà occupés et vous connaissez le bâtiment mieux que nous. Restez juste bien derrière.

Avant de partir, il avertit l'équipe de déminage de la présence de la bombe dans le parking. Ils sont déjà au courant, et en on apparemment localisé une troisième.

Tyrell sort de nouveau son colt et commence à avancer dans l'aile Ouest, guidé par les Procureurs. Il glisse à ses adjoints :

-Yukama, à mes côtés. Lang, tu couvre nos flancs.

Tyrell maudit une dernière fois Gant avant de se lancer dans un long couloir avec quelques portes fermées. Le sextet avance progressivement, prêt à réagir à la moindre menace. Le voyage plutôt calme, Badd engage la conversation.

-Désolé de t'avoir traîné là dedans Lang, j'avais pas trop le choix. Manque d'effectif. Mais plutôt qu'attendre comme un toutou qu'Interpol se décide à t’appeler, t'as pas envie de prêter main forte à la Police ? On en aurait bien besoin.

L'expertise de Lang serait la bienvenue sur certaines enquêtes qui pouvaient parfois se montrer coriaces.
Les portes qu'ils ont croisé jusqu'à présent mènent à des salles vides. La moitié de l'aile Ouest est nettoyée. Cette intervention est des plus passionnantes. Cependant, il y a du bruit derrière la prochaine porte. Badd fait signe à son groupe de faire silence, et approche son oreille de la porte. On y entend des gens s'énerver tout en essayant de se disputer le moins fort possible. Probablement des civils. Badd fait signe à ses adjoints de se tenir prêts, et aux Procureurs de bien libérer le couloir avant de toquer à la porte.

-Police ! Vous pouvez sortir, il n'y a plus rien à craindre.

Soudain, les personnes derrière la porte se taisent. Badd, ouvre celle-ci, et se retrouve face à quatre civils armés et visiblement terrifiés, pointant leurs armes sur lui.

Consignes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shi-Long Lang
Agent d'Interpol
avatar
Âge du Personnage : 30
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 156
Médailles :
Ven 21 Oct - 13:08
Après la question de l’inspecteur d’Interpol, Hunter donna une réponse claire même en ayant l’air quelque peu dérouté par ce qui venait de se passer. Attitude surprenante pour cet homme habituellement d’un calme légendaire. Effectivement, comme c’était suspecté au préalable, le procureur venait de désamorcer une bombe. Quelqu’un arriva ensuite en courant, une jeune femme qui semblait essoufflée. Elle aussi parlait d’une bombe désamorcée. Ce serait à la mode ici ? Aucune équipe de déminage n’était présente dans ce pays ? Ou alors c’était commun de voir des « civils » réussir à désamorcer des bombes… Cette pensée était fausse, la radio que portait Badd commença à émettre. Des démineurs et une équipe médicale arrivent prochainement. Nouvelle intéressante supplémentaire : D’autres salles aléatoirement verrouillées. Cela indiquait probablement une activité électromagnétique dans ces dites salles. Lang trouva ça assez intéressant mais il ne fallait pas forcement s’y atteler maintenant. La priorité est aux bombes. Aucune autre manœuvre n’est plus importante que celle-ci dans cette situation. Sécuriser les lieux pour permettre…

-Badd, laissez les démineurs s'occuper des bombes. Vous, nettoyez l'aile Ouest du bâtiment et assurez vous que les civils rejoignent les autres dans le Hall. Gant, terminé.

Gant, quelle bonne idée de le laisser parler maintenant. Surtout pour raconter une connerie comme ça. Laisser une autre équipe sécuriser les lieux et aller désamorcer les bombes alors que nous étions sur place… Quelle connerie. Les équipes commencèrent à cet instant à rentrer dans le bâtiment, ces dites 2 minutes sont passés à une vitesse plutôt folle, un stress ambiant ayant accéléré les choses ou juste les équipes qui buvaient un coup dans le coin et qui étaient plus proche que ce qu’on pensait ? Bonne question mais pas de réponses immédiates. Tyrell Badd prit les choses en main, demandant aux Inspecteurs, Yukama et Lang ainsi qu’aux trois procureurs ici présents de le suivre pour nettoyer l’aile Ouest du bâtiment. Sans y aller avec précipitation, le groupe de 6 se dirigea dans le long couloir en veillant à sécuriser chaque potentiel accès sur ce dernier.

“Louise c’est ça ? Tu n’as averti personne pour la bombe que tu as désamorcée ? Tu n’avais pas ton téléphone sur toi ?”

Question de base anodine mais qui, pour Shifu, avait son importance. Louise pouvait être le terroriste, c’était une possibilité. Tout comme les deux procureurs qu’étaient Hunter et Von Karma.Puis sans que rien ne puisse l’indiquer, Badd commença à entamer la discussion. Chose surprenante venant de lui :

-Désolé de t'avoir traîné là dedans Lang, j'avais pas trop le choix. Manque d'effectif. Mais plutôt qu'attendre comme un toutou qu'Interpol se décide à t’appeler, t'as pas envie de prêter main forte à la Police ? On en aurait bien besoin.

Des excuses ? Ce début de phrase était surprenant. Badd devait être sous pression pour dire quelque chose du style. La phrase suivante aurait pu être prise comme une remarque assez peu appropriée à la situation mais elle était typique de l’inspecteur. Prêter main forte à la Police ? Question pour le moins intéressante. Lang eut un léger rictus en répondant à cette question.


“Hum, aider la police de manière provisoire est une idée intéressante. Bosser pour Gant en est une autre pour le moins beaucoup moins intéressante. On en reparle plus tard.”

Shi-Long ne voyait pas de problème probant à travailler avec la police. Néanmoins travailler pour Damien Gant ne l’enchantait pas plus que ça. S’il pouvait avoir la validation d’Interpol pour enquêter sur ce dernier, la question ne se poserait plus.
Les salles s’inspectaient une par une et aucun problème n’était encore survenu jusqu’à lors. Néanmoins dans une salle adjacente à l’endroit où les inspecteurs se trouvaient, du grabuge pouvait s’entendre. Une dispute entre quelques personnes de par les voix que l’on pouvait ouïr. Badd organisa les positions puis il toqua à la porte avant de tenter de rassurer les personnes se trouvant à l’intérieur. Lang regardait l’intérieur assis sur le côté de cette dite porte à l’aide d’un petit miroir portatif. Quatre civils portant des armes à feu et pointant ces dernières avec celui ayant ouvert la porte ; Tyrell Badd. Lang ne s’était pas encore montré directement, il pouvait donc agir. Néanmoins, étant venu, à la base, en civil, il n’eut pas son arme sur lui, chose qui lui aurait été utile pour désarmer les 4 civils. Dans la situation présente, plus le temps s’écoulaient, plus la situation pouvait, soit se stabiliser, soit dégénérer. Et c’était donc quelque chose à éviter, aucun risque ne doit être prit dans ce métier.

Lang pensait à plusieurs solutions possibles dans cette situation. Il ne savait pas si l’inspectrice ici présente était à l’aise au tir. Lui prendre donc son arme pour essayer de tirer sur les pistolets des civils serait une idée. Calmer tout simplement les choses est une idée mais non sans risque également. Les mots doivent être bien choisis et Shi-Long n’est pas un habitué de ce genre de situation. La dernière solution qui lui venait à l’esprit était tout bonnement d’aller dans la salle adjacente où Lang se trouvait il y a quelques secondes de cela pour, par exemple, frapper un mur, cela risquant de décontenancer les civils. Néanmoins, il fallait, après cela que Badd ait la présence d’esprit de réagir et il fallait également que sous l’effet de surprise les civils ne tirent ni sur Badd, ni sur Shi-Long de l’autre côté du mur. Après, du au stress, les tirs risquaient d’être peu précis ce qui était tout aussi dangereux.

La réflexion se faisait longue, quelques dizaines de secondes s’étaient déjà déroulé sans que rien ne se passe. Shi-Long n’avait pas été confronté à ce genre de situation depuis quelques années déjà. Il se reprit en main. Son axe de réflexion était faux depuis le début. Pourquoi des civils seraient-ils armés ? Cela n’avait aucun sens quand on y pensait. La salle où ils se trouvaient n’était pas une salle où de base on pouvait trouver des armes. Néanmoins leurs réactions étaient surprenantes, il n’y avait que peu de chances qu’ils puissent être les terroristes recherchés en ce moment. Il faudrait enquêter par la suite. Pour l’heure, cela avait trop duré, il fallait agir. Dans ce genre de situation, les civils ne concentrent leur attention que sur l’inspecteur leur faisant face. Lang, agent d’Interpol avait bien évidemment reçu des entrainements pour intervenir dans ce genre de situation. Il s’approcha furtivement vers le bas de la porte, passa sur le côté des civils puis il attendit la suite des évènements. Etant légèrement en biais par rapport aux civils, il pouvait agir mais sans être sûr de la suite des évènements s’il n’arrivait pas à tous les neutraliser. 15 secondes à peine s’étaient déroulées depuis le début des évènements et la tension restait palpable.

Spoiler:
 

EDIT 22/10/2016 02h25 Ajout mise en forme
Revenir en haut Aller en bas
Louise O'Brien
Graphiste
Procureure
avatar
Âge du Personnage : 26
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 284
Médailles :
Ven 21 Oct - 15:48
Pendant qu'ils progressaient dans les couloirs, O'Brien s'efforçait d'expliquer la situation à l'agent d'Interpol. La situation était tellement... surréelle.

« Il n'y a pas de réseau dans un endroit pareil, et on ne pouvait pas sortir du parking non plus. Un compte à rebours s'est déclenché au moment où on a ouvert le carton. Ce n'était pas une bombe normale, on n'a pas eu à toucher au mécanisme mais à résoudre une sorte de... jeu bizarre, grimaça-t-elle. Plus elle faisait son récit et plus elle avait l'impression d'être sortie d'un asile psychiatrique.

Celes aurait pu l'aider à apporter du poids à son témoignage, mais il était reparti on ne sait où. Elle avait l'impression de raconter une histoire absolument surréelle. Est-ce que c'était comme ça que ses témoins se sentaient dans la Cour ?
Les deux inspecteurs poursuivirent leur conversation tandis que les Procureurs leur montraient le chemin au sein des couloirs du Tribunal. Ils s'arrêtèrent devant une porte fermée, derrière laquelle on entendait des respirations et voix étouffées. Louise fit un pas de recul, prête à décamper si ce qui se trouvait derrière cette porte s'avérait mauvais. Un groupe de civils complètement paniqués en train de pointer des armes sur eux, par exemple.
La tension était palpable au sein de la pièce, ce qui était compréhensible mais pas moins effrayant pour Louise qui blêmit à vue d'oeil. L'Agent qui lui avait parlé quelques minutes plus tôt s'était déplacé sans même qu'elle le remarque, probablement pour agir si cela tournait mal. Ce qui allait probablement arriver si ils continuaient à se regarder en chien de faïence sans rien dire.

« On ne vous veut aucun mal ! » déclara sa voix grave, dans laquelle elle réussit à cacher sa nervosité. Elle n'avait aucune envie de finir comme le manteau de Badd.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Le Juge
Maître du Jeu
Juge Suprême
avatar
Âge du Personnage : 100.000 ans
Messages : 172
Ven 21 Oct - 18:38
A l'intérieur de la pièce, l'hésitation. Les civils murmurent entre eux, ils se concertent.

-Prouvez ... Prouvez nous que vous êtes de la police ?
Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Jeu 10 Nov - 15:21
Les civils continuent nerveusement à le viser. Lang choisi de profiter du manque de luminosité dans la salle pour passer discrètement sur le coté et prendre leurs flancs. "On ne vous veut  aucun mal",  tente la Procureure rousse. Puis, les civils demandent une preuve qu'ils étaient de la police.



-Je vais doucement sortir ma plaque. Aucun geste brusque.

Il attrape son porte insigne en cuir dans la poche intérieure de sa veste, et le sort tout doucement, sans aucun mouvement rapide pouvant laisser présager qu'il s'agit d'une arme. Il se sentait presque humilié, car c'est normalement lui qui braque les autre.
Il déplie son porte-carte et le montre bien droit aux hommes armés devant lui. Quelques secondes s'écoulent et ... la lumière se rallume. L'un des civils, une femme, a activé un interrupteur au fond de la pièce. Les yeux de Badd parcourent la pièce rapidement. Des bancs, des casiers, des ... uniformes ? L'Inspecteur en charge comprend son erreur et fait signe à Lang de baisser son arme.

Cette salle est le vestiaire des Huissiers. Et les armes qu'ils tiennent ... sont des pistolets tazer. Badd soupire et range son badge.



-Rangez vos jouets, idiots.

-Inspecteurs ! Excusez-nous, mais on nous a dit de nous retrancher et de ne pas sortir avant qu'on revienne nous chercher !



-Qui vous a dit ça ?

-On ne sait pas, on nous l'a dit à travers la porte ! Mais avec tout ce qu'il s'est passé, on a pensé qu'il valait mieux obéir.

Badd lève les yeux au ciel. Il se retourne vers ses accompagnants derrière lui.



-Bien, vous savez s'il reste encore beaucoup de salles à nettoyer dans cette aile ?



-Non, il ne reste que deux salles.

Bien, Badd en a marre et veut juste retourner à ses investigations. Il demande aux Huissiers de rester là pour tirer les choses au clair une fois la palpitante mission de Gant terminée.
Le groupe tourne à l'angle du couloir et en voit enfin le bout. Il ne reste plus que deux portes sur la droite. Même procédure que d'habitude, première salle vide.

"Enfin ..."


-La dernière est une salle de Préparation de l'Accusation.

Badd ouvre la porte, son arme levée, suivi par Lang et Yukama. La salle est éteinte. L'Inspecteur cherche l’interrupteur, le trouve et allume.


Cette salle n'a rien d'extraordinaire. C'est une salle d'accusation comme toutes celles que Badd a pu voir dans sa carrière. Seulement, celle-ci à un corps gisant en son centre. Pas n'importe quel corps non plus, car celui-ci est élégamment vêtu. Un costume noir élégant, des gants blancs aux mains, et un haut de forme noir vissé sur la tête.
Badd fit signe à Lang d'aller voir, pendant que Tyrell et sa collègue gardent leurs armes braquées sur le corps.

“Mort”, déclare Lang.

Le Procureur Hunter s'approche légèrement. Sa chevelure lui évoque quelqu'un. Il dévisage le défunt.



-C'est ... C'est Gabriel Celes, l'un de nos Procureurs.

Le corps sans vie de Gabriel, dans la tenue du terroriste gisait dans les bras de Lang, sous le regard horrifié de tous les Procureurs présents.

HRP : Fin du de l'intro ! Tous les participants postent leur réaction et on clôture ! N'hésitez pas à faire du feed-back :) Le staff va prendre quelques jours pour préparer l'enquête et nous lancerons les investigations de DL- 1 !
Revenir en haut Aller en bas
Louise O'Brien
Graphiste
Procureure
avatar
Âge du Personnage : 26
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 284
Médailles :
Jeu 10 Nov - 15:59

Le plus silencieusement possible, ils franchirent la porte ouverte. L'officier en imperméable s'arrêta soudainement et une chape de plomb sembla s'abattre sur la pièce. Louise pencha la tête pour découvrir ce qui se passait, mais voulait-elle réellement savoir ?
Un cadavre. Un cadavre se trouvait dans la pièce.
Louise sentit un frisson d'horreur la parcourir des orteils au bout du crâne lorsqu'Hunter prit la parole.

- Que... Que... QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ?!

Le teint de Louise prit la couleur des murs d'albâtre autour d'elle tandis que sa bouche s'entrouvrait en une expression incrédule. Mais elle l'avait vu il y a à peine vingt minutes ! Non ? Est-ce qu'elle était en train de devenir folle ?

Tout était devenu irréel. Ça ne pouvait pas possiblement arriver. C'était une erreur, une terrible erreur et ils allaient bientôt trouver une explication rationnelle. Il le fallait.
Un horrible, horrible pressentiment s'empara de Louise alors qu'elle sentait les regards dévier vers elle.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Shi-Long Lang
Agent d'Interpol
avatar
Âge du Personnage : 30
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 156
Médailles :
Jeu 10 Nov - 20:37
C'était pour le moins surprenant. Des huissiers. Une histoire qui semblait pour le moins surnaturelle pour l’instant mais Lang n’avait pas encore tout vu. Le groupe se dirigea ensuite vers les 2 salles restantes. La première était vide, quelques affaires sur le sol mais rien d’important. La salle suivante était apparemment une salle utilisée par les procureurs. Rentrant dans les mêmes temps que Tyrell Badd situé juste à côté de lui, Shifu eut un léger moment d’absence en voyant ce qui se passait devant lui. Un homme habillé en costard allongé au milieu de la salle. Lang reprit rapidement ses esprits et il commença à se rapprocher de ladite personne au sol pendant que l’inspecteur derrière lui était préparé au pire. L’Agent d’Interpol se mit dos à la personne affalée au sol, lui bloqua le bras extérieur au cas où se serait un quelconque piège puis ne remarquant pas de réaction, commença à sentir son pouls au niveau du cou de la personne…



" Mort. "

Shi-Long, ne jetant aucun autre regard qu’au cadavre devant lui, retourna ensuite ce dernier sur le dos. Quelques secondes après qu’un silence se soit installé, Benjamin Hunter s’exclama le nom de la personne sur le sol : « Gabriel Celes ». Il ne fallut qu’un très court instant avant que Louise ne crie à son tour. Hautement compréhensible, on ne croise pas souvent des cadavres et ce n’est jamais une mince à faire d’en voir sans se sentir mal. C’est encore pire quand c’est une personne que l’on connait au moins de visu. Lang reposa ensuite le corps au sol sur le dos. Cette journée allait se retrouver bien plus détestable que ce que Lang aurait pu imaginer ce matin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» Football Hall of fame
» Le Hall
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Enquête Archéologique (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Tribunal Fédéral :: Le Hall-
Sauter vers: