Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

Visite de courtoisie [RP avec Will]

 :: IRP → Ville :: Bâtiment du barreau :: Bureaux des procureurs :: Bureau de Will Brenner Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Sam 8 Oct - 21:43
C'était une journée tout à fait normale au Bâtiment du Barreau. Comme à son habitude, Sebastian était présent de bonne heure. Après tout, il valait mieux ne pas faire mauvaise impression à peine arrivé dans le district. Le seul problème, c'était qu'il n'avait pas grand chose à faire pour l'instant : Il n'avait pas encore d'affaire à traiter, son bureau était encore parfaitement rangé... Bref, l'ennui allait guetter. À ce moment qu'une idée traversa son esprit : Peut-être qu'il pourrait essayer de faire un effort et chercher le contact avec les procureurs qui allaient maintenant être ses nouveaux collègues ? Ca lui semblait être un bon début. Il découvrirait de nouvelles personnes qui pourraient finir par être des bons camarades de travail, et il passerait aussi un peu le temps par la même occasion.

Sebastian tenta de parler avec plusieurs de ses compères, mais ce fut plus difficile que ce qu'il pensait : La majorité des procureurs qu'il a vu étaient débordés de travail et par conséquent ont refusé de parler avec lui, mais il ne pouvait pas leur vouloir, leur travail était prioritaire. Il continua de faire le tour des bureaux des différents procureurs sans grand succès, jusqu'à arriver jusqu'au bureau d'un certain Will Brenner. Apparemment, il était arrivé peu après Sebastian, et n'avait eu son badge que depuis peu. Il n'allait quand même pas déjà être affecté à une affaire à peine installé dans son bureau ?
Finalement, Sebastian décida de voir s'il était présent dans son bureau, et s'il allait souhaiter avoir une discussion avec lui. Il donna deux coups à la porte. En attente d'une réponse, il imagina à quoi Brenner pouvait bien ressembler, et comment son bureau était organisé.

Pas le moindre bruit. Peut-être était-il trop occupé à imaginer des choses pour entendre une quelconque réponse. Dans le doute, il retapa à la porte. Ce coup-çi, il entendit une réponse, et put donc entrer.

En ouvrant la porte, il vit au centre un bureau très bien ordonné. et derrière une fenêtre donnant sur la ville, comme son propre bureau. Son oeil fut vite fait le tour de la pièce, et son regard fut attiré par ce qui semblait être des récompenses posée sur l'armoire, ainsi que par différents cadres, certains contenant des photos de personnes. La curiosité de Sebastian était piquée, il voulait en savoir plus maintenant.

Derrière le bureau au centre était assis un jeune homme aux cheveux bruns plutôt ébouriffés et avec une tenue qui ne donnait pas l'impression procureur : Veste en cuir, T-Shirt, cravate nouée autour du cou... C'était donc lui, Will ? Il ne correspondait pas trop à l'image qu'il s'en était faite avant d'entrer. Malgré tout, il était présent ici c'est parce qu'il le méritait, peu importe son accoutrement. Et Sebastian n'était pas le mieux placé pour parler de ça. Après tout, c'était bien lui qui portait encore son uniforme scolaire après toutes ces années.

Sebastian fit le premier pas et commença par se présenter :

- Bonjour, M. Brenner. Je m'appelle Sebastian Debeste. Je suis comme vous nouveau dans le district, donc je pensais que l'on aurait pu discuter un petit peu. Apprendre à connaitre ses collègues est une bonne chose, vous ne pensez pas ?

Il attendait maintenant de voir la réaction de Will. Peut-être allait-il refuser de lui parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Dim 9 Oct - 0:10
Alors que Will était sur l'ordinateur de son nouveau bureau entrain de remplir des documents administratifs " beaucoup trop longs et chiants à remplir " selon les termes exacts de celui-ci, quelqu'un frappa à la porte. Qui cela pouvait bien-t-il être ? Il n'attendait aucune visite et même le procureur général ne lui avait adressé un courrier afin de prendre rendez-vous. Premièrement, il ne dit rien, sûrement pour s'assurer que la personne veuille vraiment lui adresser la parole. Puis, on frappa une seconde fois. Will leva un sourcil. Le proc' général peut-être ? Will ne prit pas de risques et leva le ton en direction de la porte :

Oui ? Entrez !

L'homme qui entra ne fut pas vraiment l'homme à qui il s'attendait. C'était un jeune homme, semblant avoir quelques années de moins que lui. Il avait une chevelure châtain et une unique mèche folle sur le haut de sa tête. Bien que visiblement procureur, il portait encore son uniforme de la Themis. Will, lui, avait laissé son uniforme d'université en Amérique, chez ses parents. Puis, son visiteur engagea la conversation :


- Bonjour, M. Brenner. Je m'appelle Sebastian Debeste. Je suis comme vous nouveau dans le district, donc je pensais que l'on aurait pu discuter un petit peu. Apprendre à connaitre ses collègues est une bonne chose, vous ne pensez pas ?

Will souria. Des visites si courtoises chez les procureurs ? Pourquoi pas après tout. Il se poussa en arrière de son bureau, puis se leva, arborant sa ceinture remplie de pistolets militaires factices. Il se dirigea vers Sébastien et lui serra la main.

Enchanté monsieur Debeste. Je ne refuse pas une petite discussion entre collègues en effet. Alors, dites moi : vous aussi vous débutez ? Il finit sa phrase en insistant des yeux sur son uniforme de la Themis.

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Dim 9 Oct - 10:42
Les deux jeunes hommes échangèrent une poignée de main peu après s'être rencontrés. Visiblement, Will n'avait pas l'air d'être une mauvaise personne, au contraire. Il avait déjà l'air d'être quelqu'un de poli et de ne pas être renfermé sur lui-même, ce qui rassura un peu Sebastian.

Enchanté monsieur Debeste. Je ne refuse pas une petite discussion entre collègues en effet. Alors, dites moi : vous aussi vous débutez ?

Il pouvait sentir le regard de Will fixé sur son uniforme bleu. Et il pouvait parfaitement comprendre pourquoi ce dernier pensait qu'il était nouveau : Sebastian devait surement être le seul à encore porter cette tenue alors qu'il avait terminé ses études il y a quelques années auparavant. Mais il l'aimait bien. Il aimait bien le bleu, et l'uniforme en lui-même était très confortable.

- Oh, non, pas du tout. Je suis arrivé récemment dans le district, mais j'ai déjà plusieurs années d'expérience, vous savez !

6 années, et il portait toujours l'uniforme Themis. “Maintenant que j'y pense, je devrais vraiment essayer de trouver une autre tenue...”, pensait-il.

- N'empêche, vous devez être quelqu'un de très doué, malgré votre manque d'expérience. Il pointa du doigt ce qui était posé sur l'armoire. C'est rare de voir un nouveau procureur avoir plusieurs récompenses ! Je suppose que vous avez fait vos études ici, en Europe ?

Sebastian voulait en savoir plus sur Will. Non seulement il semblait être quelqu'un d'amical, mais aussi quelqu'un de talentueux. Après tout, si c'était bel et bien diverses récompenses, alors il était vraiment un génie pour en avoir cinq ! Il avait sûrement travaillé dur dans une université très renommée pour en avoir autant. Peut-être que Will avait étudié en Allemagne ? Après tout, les Von Karma, procureurs de prestiges, venaient de là.
Ce qui était sûr, c'est que contrairement à Sebastian, il devait mériter ces prix. Vu le procureur général actuel, il n'y avait pas la moindre chance pour que ce soit le résultat de pots de vin, ou quelque chose de la sorte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Dim 9 Oct - 16:21
Après avoir insisté du regard son l'uniforme de Sébastian, celui-ci compris rapidement à quoi Will faisait allusion. Il lui répondit :

Oh, non, pas du tout. Je suis arrivé récemment dans le district, mais j'ai déjà plusieurs années d'expérience, vous savez !

Lui, plusieurs années d'expérience ? Il semblait pourtant bien plus jeune que Will mais en fait, c'était sûrement le contraire... Et il avait toujours son uniforme d'université... Nostalgique sûrement. Personnellement, Will n'aimait pas trop son uniforme de la Lawfield et l'a tout de suite accroché chez ses parents, entre tous les uniformes d'université et militaires. Puis, son interlocuteur continua:

N'empêche, vous devez être quelqu'un de très doué, malgré votre manque d'expérience.  Il pointa du doigt ce qui était posé sur l'armoire. C'est rare de voir un nouveau procureur avoir plusieurs récompenses ! Je suppose que vous avez fait vos études ici, en Europe ?

Will souria. Cet homme était en effet tres sympathique et il commençait à prendre plaisir de partager cette conversation avec lui. Il répondit :

Et bien, vous êtes en effet tres observateur. Seulement, trois de ces cinq trophées sont des récompenses militaires. Et puis, les deux restants, ils viennent de mon université en Amérique, Lawfield, d'ailleurs affiliée à la Themis vous saviez ?
Il continua :
Car oui, contrairement à ce que vous aviez pu penser, j'ai étudié aux États-Unis. Mais dites moi, comment se fait-il que vous gardez votre uniforme de Themis alors que cela fait plusieurs années que vous êtes en service ? Et puis, d'ailleurs - sans vouloir être indiscret - quel âge avez-vous ?

Ce Sébastian était sûrement un surdoué ayant sauté plusieurs classes. Il paraissait VRAIMENT plus jeune que Will...

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Lun 10 Oct - 13:06
Et bien, vous êtes en effet très observateur. Seulement, trois de ces cinq trophées sont des récompenses militaires. Et puis, les deux restants, ils viennent de mon université en Amérique, Lawfield, d'ailleurs affiliée à la Themis vous saviez ?

Sebastian fut surpris quand à la réponse de son interlocuteur. Il avait étudié à Lawfield. Il en avait vaguement entendu parler : Il s'agissait d'une université très renommée aux États-Unis, au point que certains l'appelaient même “la Themis américaine”. Il ne savait pas que les deux universités étaient affiliées par contre, ce qui finit par faire tilt dans son esprit quand il repensa au surnom qu'on lui avait donné.
Il repensa à ses années étudiantes et se dit qu'il aurait peut-être été aller faire son stage là-bas s'il avait eu vent de cette affiliation dans le passé. Quoique... Sebastian était mauvais en anglais. Très mauvais. Ce n'était peut-être pas si mal qu'il n'aie su ça que maintenant du coup. Il se prépara à lui répondre, quand ce dernier reprit la discussion :

Car oui, contrairement à ce que vous aviez pu penser, j'ai étudié aux États-Unis. Mais dites moi, comment se fait-il que vous gardez votre uniforme de Themis alors que cela fait plusieurs années que vous êtes en service ? Et puis, d'ailleurs - sans vouloir être indiscret - quel âge avez-vous ?

Définitivement, l'uniforme Themis avait l'air de perturber Will, pour qu'il demande l'âge de Sebastian ainsi que la raison pour laquelle il portait encore l'accoutrement. Il était vrai qu'il aurait pu changer de tenue, mettre quelque chose de plus professionnel... Mais ça lui allait très bien, peu importe ce que les gens pouvaient en penser, donc il l'a toujours gardé. Et puis, c'était une preuve qu'il avait étudié dans une des meilleures universités du pays, après tout.
Après un petit temps pour s'assurer qu'il n'avait rien d'autre à dire, il réagit aux divers points évoqués par Will :

- Vous avez donc fait un service militaire, ou quelque chose dans le même genre ? Vous en avez du courage ! Je suis sûr que je n'aurais pas tenu le coup personnellement ! Il rigola un peu, puis reprit. Félicitations en tout cas, je sais que c'est dur d'obtenir autant de récompenses ! Et pour répondre à vos questions, j'ai 23 ans et je continue de porter l'uniforme en souvenir du passé. Et aussi parce que je ne suis absolument pas à l'aise dans des tenues plus formelles.

Avec une telle réponse, il était sûr que Will allait lui poser des questions sur son passé. Sebastian n'avait pas trop envie d'y repenser et encore moins d'en reparler.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Lun 10 Oct - 20:15
- Vous avez donc fait un service militaire, ou quelque chose dans le même genre ? Vous en avez du courage ! Je suis sûr que je n'aurais pas tenu le coup personnellement !Il rigola un peu, puis reprit.Félicitations en tout cas, je sais que c'est dur d'obtenir autant de récompenses ! Et pour répondre à vos questions, j'ai 23 ans et je continue de porter l'uniforme en souvenir du passé. Et aussi parce que je ne suis absolument pas à l'aise dans des tenues plus formelles.

Will sortit un couteau de sa ceinture, et le fit tourner entre ses doigts. Son interlocuteur insistait drôlement sur son passé. Qu'est-ce qui a bien pu se passer dans la vie de ce jeune procureur innocent qui ne ferait pas de mal à une mouche - enfin, il était quand même plus âgé que lui et lui devait un minimum de respect. Il continua la discussion :

Merci pour vos compliments Mr. Debeste Vous savez, rien n'est impossible dans la vie. D'ailleurs, le motto de mon père a toujours été : "Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir." Vous savez, alors que j'ai eu mon badge à l'âge de 18 ans, j'étais faible. VRAIMENT faible, mentalement et physiquement. Alors mes parents m'ont pris en main et je peux enfin commencer ma carrière maintenant, à 21 ans. Il lança le couteau au centre d'une petite cible attachée au mur. Il reprit en souriant :
Personne n'est jamais assez faible pour un service militaire. Vous savez, avec de l'acharnement, on peut devenir qui on veut. Et puis, pour revenir aux tenues, moi je garde la tenue de scout dans mon régiment de l'armée après tout, plus free on fait pas. Alors ne vous sentez pas seul. Il alla décrocher le couteau de la cible, le remit dans son ceinturon et reprit :
Alors, dites moi Sébastien, vous êtes ici à 26 ans en tant que new du discrict. Où étiez vous avant alors ? Je ne connais pas très bien la France, je l'ai quittée alors que j'était qu'enfant. Alors je ne connais pas vraiment les autres disticts de proc' aux alentours. Une petite instruction ne serait pas de refus.

Will en était maintenant sûr : il adorait discuter avec Sébastian. C'était visiblement quelqu'un de très modeste ( pas vraiment comme lui ) et qui cachait surement bien son jeu. Il sentait que ce Mr. Debeste allait être un rival de taille.

Spoiler:
 

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Lun 10 Oct - 23:55
Sebastian vit Will commencer à sortir un couteau. Il commençait à prendre un peu peur. Quel procureur possédait un couteau sur soi ? Il s'avéra finalement qu'il ne faisait que jouer avec, mais quand bien même, n'était-ce pas un peu dangereux ?

- Merci pour vos compliments Mr. Debeste. Vous savez, rien n'est impossible dans la vie. D'ailleurs, le motto de mon père a toujours été : "Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir." Vous savez, alors que j'ai eu mon badge à l'âge de 18 ans, j'étais faible. VRAIMENT faible, mentalement et physiquement. Alors mes parents m'ont pris en main et je peux enfin commencer ma carrière maintenant, à 21 ans.

À peine fini-t-il de prononcer ces mots qu'il lança le couteau sur une cible accrochée sur le mur. “...Mais il est fou ?!”, pensa Sebastian. Il avait l'impression de suer à grosses goutes et n'arrivait pas à détacher son regard du couteau, étant enfoncé au cœur de la cible.

- Personne n'est jamais assez faible pour un service militaire. Vous savez, avec de l'acharnement, on peut devenir qui on veut. Et puis, pour revenir aux tenues, moi je garde la tenue de scout dans mon régiment de l'armée après tout, plus free on fait pas. Alors ne vous sentez pas seul. Il alla décrocher le couteau de la cible, le remit dans son ceinturon et reprit : Alors, dites moi Sébastien, vous êtes ici à 26 ans en tant que new du discrict. Où étiez vous avant alors ? Je ne connais pas très bien la France, je l'ai quittée alors que j'était qu'enfant. Alors je ne connais pas vraiment les autres disticts de proc' aux alentours. Une petite instruction ne serait pas de refus.

Il avait eu du mal à se concentrer sur ce que disait Will. Il était surtout focalisé sur l'expression souriante de ce dernier ainsi que son couteau. Il avait l'air de s'amuser avec ça, mais était-il conscient que ses gestes étaient dangereux ? Qu'il pouvait vite se blesser ?

- Hé... Hé bien, je pense que vous avez un peu raison : Il n'y a pas grand chose d'impossible dans la vie si on se donne la peine de tenter des choses, même un service militaire. Même si je dois vous avouer que je ne suis pas du genre à apprécier l'exercice physique, au contraire. Il s'était un petit peu calmé, puis continua. En tout cas, je suis sûr que vous vous efforcez de suivre le motto de votre père du mieux que vous pouvez. Après tout, vu comment vous me parlez de vos parents, ils ont l'air de vous avoir énormément guidé lors de vos débuts et de beaucoup compter à vos yeux.

Les parents motivant le fils... Sebastian pouvait comprendre. Il avait été lui-même motivé à devenir procureur en voyant son père, ancien procureur en chef, et c'était grâce à lui qu'il était là actuellement. Il reprit ensuite la parole :

- Au sujet des tenues, c'était bien ce que je me disais, ce n'est pas une tenue “normale” de procureur, mais mieux vaut une tenue qui nous plait à nous ! Sebastian était un peu rassuré d'avoir un collègue portant une tenue peu appropriée. En effet, tous les procureurs qu'il connaissait portaient des tenues très formelles, et c'était rafraichissant de voir quelqu'un d'un peu plus “je m'en foutiste” à ce niveau. Pour vous répondre Will, je travaillais dans le district de Toulouse, dans le sud, avant de remonter ici à Paris. Je ne pensais pas être muté ici mais quand on m'en a offert la possibilité, j'ai sauté sur l'occasion : C'était pour moi l'occasion de revoir d'anciens collègues et potentiellement de travailler avec eux ! Et puis, j'avoue que j'avais du mal avec le climat du sud, là où je me porte mieux ici. Mais du coup, je suis curieux : Vous avez vécu beaucoup de temps en Amérique ? Je n'y suis jamais allé, donc je me demande à quel point c'est différent de chez nous. Le changement de système doit aussi être perturbant par moments, non ?

Au fil de la discussion, il se rendait compte que Will et lui avaient des choses en commun. Plus qu'il ne l'aurait imaginé au premier abord.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Mar 11 Oct - 1:21
Et bien ! Si Will avait su que son nouveau collègue avait aussi peur des lames, il n'aurait jamais sortit le couteau... Bien que ça lui ait donné un idée. Sébastian répondit :

Hé... Hé bien, je pense que vous avez un peu raison : Il n'y a pas grand chose d'impossible dans la vie si on se donne la peine de tenter des choses, même un service militaire. Même si je dois vous avouer que je ne suis pas du genre à apprécier l'exercice physique, au contraire.Il s'était un peu calmé, puis continua.En tout cas, je suis sûr que vous vous efforcez de suivre le motto de votre père du mieux que vous pouvez. Après tout, vu comment vous me parlez de vos parents, ils ont l'air de vous avoir énormément guidé lors de vos débuts et de beaucoup compter à vos yeux.

En effet, sans ses parents, Will de demandait même s'il serait ici à l'heure qu'il est... Puis, Debeste repris :


- Au sujet des tenues, c'était bien ce que je me disais, ce n'est pas une tenue “normale” de procureur, mais mieux vaut une tenue qui nous plait à nous ! . Pour vous répondre Will, je travaillais dans le district de Toulouse, dans le sud, avant de remonter ici à Paris. Je ne pensais pas être muté ici mais quand on m'en a offert la possibilité, j'ai sauté sur l'occasion : C'était pour moi l'occasion de revoir d'anciens collègues et potentiellement de travailler avec eux ! Et puis, j'avoue que j'avais du mal avec le climat du sud, là où je me porte mieux ici. Mais du coup, je suis curieux : Vous avez vécu beaucoup de temps en Amérique ? Je n'y suis jamais allé, donc je me demande à quel point c'est différent de chez nous. Le changement de système doit aussi être perturbant par moments, non ?


En fait, ce Debeste était quelqu'un de très bavard, un point commun de plus alors. Mais il viendrait de Toulouse ? Will en avait vaguement entendu parler, mais pourquoi muter à Paris un procureur Toulonnais ? Et il aurait des contacts à Paris ? Sebastian commençait vraiment à être de plus en plus intrigant. Des anciens collègues même ! Clairement, ce " TheBest " n'était vraiment pas n'importe qui. Tant de questions qui fusaient de la tête de Will, celui-ci aura bien du mal à exprimer toutes ses idées en même temps... Il commença d'abord par répondre à la question posée :

Et bien, pour répondre à votre question, je suis parti de la France à l'âge de 8 ans, pour rejoindre les États-Unis et j'y suis resté jusqu'à il y a deux semaines. En gros, 13 ans oui. Alors je suis parfaitement bilingue Il lâcha l'un de ses sourires habituels, puis repris :
Et puis, question système judiciaire, c'est assez similaire au système français, à quelques petits détails près, comme le fait que les deux parties n'ont pas 24 heures pour se préparer au procès mais bien une semaine entière. Mais dans le principe c'est la même chose. Et puis si vous n'êtes jamais allé aux States, dès que vous en avez l'occasion, allez-y sans réfléchir, c'est une valeur sûre.
Sentant que son ceinturon mettait sûrement mal à l'aise Sébastian, il décrocha celui-ci et le déposa sur son bureau, sans commentaires. Il continua :
Mais, expliquez moi quelque chose Sebastian... Comment de fait-il que quelqu'un de Toulouse soit muté à Paris ? Et vous dites connaître des gens ici en tant qu'anciens collègues ? Sans vouloir être indiscret, de qui s'agit-il ?

HRP:
 

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Mer 12 Oct - 9:35
- Et bien, pour répondre à votre question, je suis parti de la France à l'âge de 8 ans, pour rejoindre les États-Unis et j'y suis resté jusqu'à il y a deux semaines. En gros, 13 ans oui. Alors je suis parfaitement bilingue.

En effet, Will avait vécu là-bas un sacré moment. Et il était du coup capable de parler à la perfection l'anglais et le français. Sebastian était un peu jaloux : Malgré tous ses efforts, il était bien incapable de faire une phrase un tant soit peu correcte.

- Et puis, question système judiciaire, c'est assez similaire au système français, à quelques petits détails près, comme le fait que les deux parties n'ont pas 24 heures pour se préparer au procès mais bien une semaine entière. Mais dans le principe c'est la même chose. Et puis si vous n'êtes jamais allé aux States, dès que vous en avez l'occasion, allez-y sans réfléchir, c'est une valeur sûre.

Il posa son ceinturon et par la même occasion le couteau sur son bureau après ces mots. Visiblement, il avait remarqué que c'était génant et décida d'arrêter. Le geste était agréable, venant de lui. Sebastian pouvait maintenant se focaliser plus sur les propos de Will et moins sur ses actes. Il fut surpris d'apprendre que les systèmes américains et français étaient si similaires, puisqu'il pensait que c'était tout le contraire. Regarder des séries télé américaines avait sûrement joué un rôle pour qu'il puisse penser une telle chose.
Et aller aux States ? Pourquoi pas. Ce n'était pas forcément l'envie qui lui manquait mais plutôt... Et bien, la possibilité de savoir s'exprimer correctement en anglais.

- Mais, expliquez moi quelque chose Sebastian... Comment de fait-il que quelqu'un de Toulouse soit muté à Paris ? Et vous dites connaître des gens ici en tant qu'anciens collègues ? Sans vouloir être indiscret, de qui s'agit-il ?

- Hé bien... Je ne sais pas trop non plus, je dois vous dire. Je vous aurais bien dit que c'est grâce à mes compétences, mais je ne suis clairement pas le meilleur procureur ici. “Et aussi parce que je ne suis plus le prétentieux que j'étais à l'époque”, pensa-t-il. Après, j'ai eu la possibilité d'être muté dans d'autres districts, mais j'avoue qu'avoir la possibilité d'être ici... Je n'y ai pas trop réfléchi. C'est un peu bizarre, pour un “petit” procureur comme moi. Il prit un temps d'arrêt, et continua. Et oui, je connais des personnes ici. Franziska Von Karma et Benjamin Hunter, parmi d'autres. Je suis sûr que vous devez connaitre ces deux noms !

Qui ne les connaissait pas ? La première était une prodige procureur, ayant obtenu son badge de procureur à 13 ans et s'étant faite une sacrée réputation en Allemagne, et le second avait beaucoup fait parler de lui au fil de sa carrière, de ses supposées manipulations de preuves à sa promotion en tant que chef procureur.

- En effet, j'ai eu la chance de travailler avec eux, lors de ma première année en tant que procureur. Autant dire que je suis content qu'ils étaient présents : Sans eux, mon manque d'expérience lors de mes premières affaires aurait conduit à des erreurs judiciaires... Et puis... M. Hunter m'a aidé à me sortir d'une passe difficile, donc je lui dois une fière chandelle. Honnêtement, je ne sais pas si je serais ici s'il n'avait pas été présent. Il essayait de ne pas trop y penser.

Maintenant, Sebastian avait un peu peur de la réaction de Will. Après tout, un procureur venant de Toulouse muté à Paris dans le même district que le procureur en chef actuel, et qui le connait car ils avaient bossé ensemble par le passé ? Beaucoup de personnes trouveraient ça bizarre. Comme si Sebastian avait joué de ses relations pour s'assurer une bonne place. Il pensait qu'à un moment de sa carrière ici, il aurait à faire face à ces rumeurs. Mais il était prêt à les affronter, après tout il savait qu'elles étaient fausses.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Mer 12 Oct - 18:11
- Hé bien... Je ne sais pas trop non plus, je dois vous dire. Je vous aurais bien dit que c'est grâce à mes compétences, mais je ne suis clairement pas le meilleur procureur ici. Après, j'ai eu la possibilité d'être muté dans d'autres districts, mais j'avoue qu'avoir la possibilité d'être ici... Je n'y ai pas trop réfléchi. C'est un peu bizarre, pour un “petit” procureur comme moi. Il prit un temps d'arrêt, et continua. Et oui, je connais des personnes ici. Franziska Von Karma et Benjamin Hunter, parmi d'autres. Je suis sûr que vous devez connaitre ces deux noms !

" Ne soyez pas si modeste " pensa Will. Il était sur que Sebastian était bourré de talent, en tous cas surement plus que lui, car il n'avait pas encore techniquement fait d'accusation de sa vie... pas directement en tous cas. Et puis, évidemment qu'il connaissait Benjamin Hunter, c'était un procureur international de renom, tout comme l'a été sa mère ( avec une bonne génération d'écart cependant... ). Et puis, Franziska Von Karma... Il avait souvent entendu parler des Von Karma, surtout il y a quelques années après que le tribunal de Paris ait déclaré Manfred Von Karma coupable d'un crime s'étant déroulé à l'époque il y a une quinzaine d'années. Et puis, Mlle Von Karma était réputée pour manier le fouet durant les procès... Pas pire qu'un couteau ou une ceinture de fausses armes à feu après tout. Sebastian repris :

- En effet, j'ai eu la chance de travailler avec eux, lors de ma première année en tant que procureur. Autant dire que je suis content qu'ils étaient présents : Sans eux, mon manque d'expérience lors de mes premières affaires aurait conduit à des erreurs judiciaires... Et puis... M. Hunter m'a aidé à me sortir d'une passe difficile, donc je lui dois une fière chandelle. Honnêtement, je ne sais pas si je serais ici s'il n'avait pas été présent.


Quand même, ce Sebastian n'était pas n'importe qui alors ! Il a surement été pris sous l'aile du procureur général après sa sortie de la Thémis, probablement grâce à ses capacités en tant de procureur. Surement qu'il y a eu un peu de piston, ça se voyait... Mais bon, après tout, c'est aussi grâce à sa mère qu'il a pu intégrer le district aussi rapidement. Et puis, ce Sebastian avec ses histoires de " passe difficile " et d' "erreur judiciaire", il cherchait VRAIMENT à ce que l'on parle de son passé à ce stade là. Will répondit :

- Dites moi, Sebastian... Vous insistez drôlement sur votre passé non ? J'ai remarqué ça depuis le début de notre conversation et ça en est limite compulsif chez vous... Si vous voulez que l'on parle directement de nos histoires respectives, take a seat et parlons en plus posément voulez-vous ?   Will montra la chaise du bureau informatique à Sebastian et lui fit comprendre de venir s'assoir au niveau du bureau principal. Il ouvrit le placard et en sortit un paquet de pain de mie, visiblement acheté récemment ( du à l'étiquette française ) et du beurre de cacahouètes, quant à lui assurément acheté en Amérique. Il posa le tout sur la table, ouvrit un tiroir où était rangé un couteau - à beurre cette fois - et sortit deux assiettes. Puis demanda à Sebastian :  

- Alors... Expliquez moi cette histoire avec Mr Hunter et Mlle Von Karma : Que s'est-il passé exactement pour que vous puissiez les rencontrer ? Et puis, n'oubliez pas les passages sur lesquels vous avez insisté n'est-ce pas ? Will lâcha l'un de ses sourires radieux. Il commença à ouvrir le pot et le sachet et se fit une tartine. Il s'adressa une nouvelle fois à Sebastian, après avoir posé les pieds sur son bureau [ de l'autre côté de la nourriture, bien entendu ] :

- Rassurez moi : Vous aimez le beurre de cacahouète ?

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Jeu 13 Oct - 12:06
- Dites moi, Sebastian... Vous insistez drôlement sur votre passé non ? J'ai remarqué ça depuis le début de notre conversation et ça en est limite compulsif chez vous... Si vous voulez que l'on parle directement de nos histoires respectives, take a seat et parlons en plus posément voulez-vous ?

- Oh... Je suis désolé, ça n'était pas dans mes intentions... C'est juste que, des fois, il y a des évènements qui vous marquent à vie. Vous voyez de quoi je parle ? Dit-il en prenant la chaise de bureau et en s'asseyant face à Will. Mais vous avez raison : Je pense aussi que se raconter nos histoires passées serait un bon moyen d'en apprendre plus l'un sur l'autre.

- Alors... Expliquez moi cette histoire avec Mr Hunter et Mlle Von Karma : Que s'est-il passé exactement pour que vous puissiez les rencontrer ? Et puis, n'oubliez pas les passages sur lesquels vous avez insisté n'est-ce pas ?

Pendant qu'il parlait, Will était en train de se faire une tartine au... Euh... Sebastian ne savait pas exactement ce que c'était. Ça avait l'air d'être de la pâte Speculoos à en juger par la couleur. Will lui demanda :

- Rassurez moi : Vous aimez le beurre de cacahouète ?

- Pas vraiment, non. C'était bien loin de ce qu'il pensait. Et de toute façon, j'ai déjà mangé avant d'arriver au bureau. Mais merci quand même de proposer, c'est gentil de votre part !

Vraiment quelqu'un d'agréable, ce Will. Il sentait qu'il allait beaucoup apprécier la compagnie de son collègue.

Sebastian réfléchissait maintenant par quel bout il allait commencer à raconter sa propre histoire, même si tout se recoupait au final. Au final, il finit par se dire que faire de façon chronologique serait sûrement le mieux à faire. Il appréhendait une partie en particulier, mais tôt où tard, il allait bien devoir en parler, donc autant se lancer et ne pas trop y penser.

- Alors... J'avais réalisé mes études à Themis. Tout s'était extrêmement bien passé, et mes résultats étaient plus qu'excellents : En effet, j'ai eu récompense sur récompense et j'ai finalement obtenu mon badge à 17 ans. A peine un mois après, j'avais déjà été placé sur une nouvelle affaire par le P.I.C. C'est lors de cette affaire que j'ai rencontré pour la première fois M. Hunter. Au final, même si j'étais le procureur affecté, je ne peux pas vraiment dire que c'est moi qui ait résolu l'affaire. Si jamais il n'avait pas été présent, l'enquête aurait abouti sur l'arrestation d'un mauvais suspect. Le même scénario s'est reproduit lors de ma seconde affaire : M. Hunter est arrivé et a résolu de lui-même non seulement l'affaire, mais aussi un dossier vieux de plus de 20 ans !

Sebastian fit une petite pause, avant de reprendre.

- Ma troisième affaire, par contre, fut plus compliquée. Puisqu'en effet, elle a impliqué plusieurs membres du P.I.C., dont mon père, Blaise Debeste, et encore une fois, M. Hunter était présent. Je ne sais pas si vous êtes au courant étant donné que vous êtes revenu récemment, mais c'était un ancien procureur en chef. Autant vous dire qu'il était un peu comme mon idôle, et la raison pour laquelle j'étais devenu procureur. Mais à mesure que l'enquête avançait, j'ai fini par me rendre compte que mon père n'était pas la personne que je pensais. En effet, il avait commis énormément d'actes douteux pour un chef procureur : Ventes de preuves lors d'enchères secrètes, falsification de preuves... Et il était en plus le meurtrier que l'on cherchait. C'est lorsque j'ai finalement voulu révéler qu'il était coupable qu'il m'a révélé une vérité qui m'a fait craquer. Sebastian sentait quelques larmes couler sur ses joues. Il avait abusé de son influence pour manipuler tous les résultats que j'avais eu à l'université. Vous comprenez ce que ça signifie ? Je n'étais pas devenu procureur parce que j'en avais les capacités, mais parce que mon père l'avait souhaité... Et c'est là que M. Hunter est intervenu. Dans la période où j'étais le plus vulnérable, il a réussi à me faire reprendre confiance en moi. À me donner le courage de finalement faire face à mon père. Ce que j'ai finalement réussi à faire : J'ai finalement été le procureur qui a fait tomber le verdict “coupable”.

Il cherchait un mouchoir dans sa poche. Au bout de quelques secondes, il finit par en trouver un et essuya ses larmes. Il reprit ensuite :

- C'est ce moment qui a tout changé pour moi. La vision que j'avais du système, l'opinion que j'avais de mon père et mon but en tant que procureur. Même si mon père était quelqu'un de corrompu, je pouvais quand même le remercier : Grâce à lui, j'étais devenu procureur, et je savais que je n'allais pas suivre la même voie que lui. J'allais agir pour résoudre des affaires, et redoubler d'efforts pour montrer que même si mon père avait influencé les choses, j'avais quand même les capacités nécessaires pour être un bon procureur. Finalement, on m'a laissé une chance de faire mes preuves et j'ai su la saisir. Après tout, je ne serais pas ici autrement, non ?

Il chercha une poubelle pour jeter le mouchoir qu'il tenait encore dans ses mains. Après un rapide coup d’œil, il vit une poubelle sur la droite du bureau et le déposa dedans.

- Voilà, vous savez tout sur mon passé, Will. Et si l'on parlait de vous, maintenant ? Je suis sûr que votre histoire sera déjà plus positive que la mienne !
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Jeu 13 Oct - 19:21
Il n'aimait pas le beurre de cacahouète ? Vu sa réaction, il semblait n'en jamais avoir goûté en fait... Mais là n'était pas le plus important, Sebastian allait enfin lâcher le morceau et allait déballer toute son histoire. Will adorait les histoires - et dire la sienne par la suite -... Sebastian commença :

- Alors... J'avais réalisé mes études à Themis. Tout s'était extrêmement bien passé, et mes résultats étaient plus qu'excellents : En effet, j'ai eu récompense sur récompense et j'ai finalement obtenu mon badge à 17 ans. A peine un mois après, j'avais déjà été placé sur une nouvelle affaire par le P.I.C. C'est lors de cette affaire que j'ai rencontré pour la première fois M. Hunter. Au final, même si j'étais le procureur affecté, je ne peux pas vraiment dire que c'est moi qui ait résolu l'affaire. Si jamais il n'avait pas été présent, l'enquête aurait abouti sur l'arrestation d'un mauvais suspect. Le même scénario s'est reproduit lors de ma seconde affaire : M. Hunter est arrivé et a résolu de lui-même non seulement l'affaire, mais aussi un dossier vieux de plus de 20 ans !


Et bien ! Will savait que Sebastian était doué ! " Too much modesty... ", se disait-il. Et son badge à 17 ans ! Évidemment qu'il avait sauté une classe ! Et puis, ce n'étaient que ses premières affaires, il est normal de manquer de perfection... Et puis, quelle chance que le procureur général l'ait aidé, sinon les choses auraient pu mal tourner, selon ce que disait Sebastian en tous cas...
Will avala une bouchée de tartine et Sebastian continua :

- Ma troisième affaire, par contre, fut plus compliquée. Puisqu'en effet, elle a impliqué plusieurs membres du P.I.C., dont mon père, Blaise Debeste, et encore une fois, M. Hunter était présent. Je ne sais pas si vous êtes au courant étant donné que vous êtes revenu récemment, mais c'était un ancien procureur en chef. Autant vous dire qu'il était un peu comme mon idôle, et la raison pour laquelle j'étais devenu procureur. Mais à mesure que l'enquête avançait, j'ai fini par me rendre compte que mon père n'était pas la personne que je pensais. En effet, il avait commis énormément d'actes douteux pour un chef procureur : Ventes de preuves lors d'enchères secrètes, falsification de preuves... Et il était en plus le meurtrier que l'on cherchait. C'est lorsque j'ai finalement voulu révéler qu'il était coupable qu'il m'a révélé une vérité qui m'a fait craquer. Sebastian sentait quelques larmes couler sur ses joues. Il avait abusé de son influence pour manipuler tous les résultats que j'avais eu à l'université. Vous comprenez ce que ça signifie ? Je n'étais pas devenu procureur parce que j'en avais les capacités, mais parce que mon père l'avait souhaité... Et c'est là que M. Hunter est intervenu. Dans la période où j'étais le plus vulnérable, il a réussi à me faire reprendre confiance en moi. À me donner le courage de finalement faire face à mon père. Ce que j'ai finalement réussi à faire : J'ai finalement été le procureur qui a fait tomber le verdict “coupable”.

Oh... En effet, l'histoire de son interlocuteur n'était pas rose, loin de là. Avoir à accuser son propre père et le déclarer coupable après qu'il vous ait révélé qu'il a truqué les notes d'université... " That was hard...", pensa Will. C'était maintenant logique pourquoi Sebastian insistait, même inconsciemment, sur son passé. Pendant que Sebastian parlait, des larmes avaient coulées sur ses joues. Après que celui-ci les ait séchées, il finit son speach :


- C'est ce moment qui a tout changé pour moi. La vision que j'avais du système, l'opinion que j'avais de mon père et mon but en tant que procureur. Même si mon père était quelqu'un de corrompu, je pouvais quand même le remercier : Grâce à lui, j'étais devenu procureur, et je savais que je n'allais pas suivre la même voie que lui. J'allais agir pour résoudre des affaires, et redoubler d'efforts pour montrer que même si mon père avait influencé les choses, j'avais quand même les capacités nécessaires pour être un bon procureur. Finalement, on m'a laissé une chance de faire mes preuves et j'ai su la saisir. Après tout, je ne serais pas ici autrement, non ?


Will resta muet quelques secondes. Ce que cet homme avait parcouru était sûrement beaucoup plus éprouvant que deux ans intensifs de service au final, question de point de vue. Avant que Will ait pu répondre, Sebastian dit à Will :


- Voilà, vous savez tout sur mon passé, Will. Et si l'on parlait de vous, maintenant ? Je suis sûr que votre histoire sera déjà plus positive que la mienne !

Will répondit :

- Oh, c'est donc à mon tour non ? Avant de commencer, sachez que je compatis pour ce qui vous est arrivé, je n'aurais peut-être pas du lancer le sujet. Anyway, à moi donc. Il rigola et commença à raconter son histoire :

- Sooooooo..., je pense que remettre les choses dans son contexte est tout d'abord primordial. Mon père, Jack Brenner, est un ancien général militaire américain, et ma mère, Irelia Leroy, une procureure internationale française. Improbable non ? Il sourit, puis continua :
-Je n'ai pas eu les détails de leur rencontre, mais pour résumer, mon père est venu en France pour une raison ou une autre et a rencontré ma mère. Après leur rencontre, mon père a décidé de rester en France, tout en continuant de servir l'armée américaine, donc il a rejoint les soldats de l'ONU et est resté sur le sol français.
Il avala un bout de tartine, et reprit :
-Donc, à l'âge de mes huit ans, ils décidèrent de faire l'inverse, en partie dans mon intérêt. Il faut dire que grâce à ce changement de pays, je suis maintenant bilingue et pour ça je ne les remercierait jamais assez. J'ai aussi pu accéder à la LawField school, mon univerisité de droit, grâce à eux. Et puis, vint le moment de la fin de mes études. A dix-huit ans, mon badge en poche, je pouvais enfin exercer. Seulement, mes parents n'étaient pas de cet avis, leur point de vue étant que je fasse une année en tant qu'assistant procureur ( aux côtés de ma mère ) et deux années de service. Autant vous dire qu'à l'époque, vous ne m'aurez pas reconnu. J'étais carrément maigre, et puis je me laissais toujours faire. J'avais, comme le disait si souvent mon père : " A will power as strong as a cardboard " Mais, têtu comme je l'était, je voulais absolument exercer en tant que procureur. Mes parents m'ont laissé... Sans contrepartie, ça ne serait pas drôle par contre. Le pari était : Coupable ou les trois ans.  
Il se tourna vers sa droite afin d'attraper deux verres et une bouteille d'eau. Il déposa le tout sur la table, s'en servi un et en proposa un à Sebastian. Il bu quelques gorgées puis continua :
- Finalement, comme vous avez sûrement pu vous en douter, je me suis fait LI-TE-RA-LE-MENT roulé dessus. Se me souviens, à l'époque j'avais eu la même réaction que vous au sujet du service militaire. Car oui, si l’année en tant qu'assistant n'était qu'un promenade de santé, le service lui, l'était moins, If u know what I mean. Et devinez qui était le général de la douzième division - la division dans laquelle j'ai été affecté - ? Mon père. Ça peut paraître amusant comme ça mais j'étais terrorisé rien que de penser à cette idée. Et ne croyez pas que parce que c'était mon père il allait me faire des cadeau, c'était même l'exact opposé !   Il prit une fléchette posée juste à côté de lui, poussa sa chaise vers la gauche et visa la cible où le couteau était planté au part avant. "Twenty, that's middling " Il se repositionna en face de Sebastian, cette fois les pieds sous la table, et continua :  
- Chaque mois qui passait était comme une éternité. Chaque tests physiques étaient tous plus durs que les autres et j'étais toujours en bas de la liste. Aux examens physiques, pareil. mais comme mon père était le général de ce régiment, et qu'il avait convenu avec tous ses collègues que je ne partirai pas avant deux ans, je ne suis en effet pas parti avant deux ans. Mais les semaines passèrent et j'ai commencé à m'améliorer de plus en plus, jusqu'à exploser les listes d'examens physiques.
Il reprit une fléchette, refit le même schéma qu'il y a à peine trente secondes et lança à nouveau une fléchette, " Fifty, great" , et se replaça, pour reprendre :
- Après ces trois années de formation psychologiques et physiques, j'ai enfin pu accéder à mon badge. Au final, je ne peux pas dire que je sois mécontent du résultat. Et bon, mes parents étaient fiers de moi, et c'est une chose qui m'importe beaucoup, même à 23 ans oui. Puis, je décidai de partir en France, sur les traces de ma mère. Mon père était assez sceptique, mais ma mère l'était beaucoup moins et c'était compréhensible. Il y a deux semaines, avant d'embarquer mes parents sont venus me voir. Je leur ait promis de venir les voir dès que je pouvais. Puis, la dernière chose que mon père me dit fut : bonne chance mon fils, et n'oublie pas : " Hope Never Dies " Will fit une pause de quelques secondes avant e commencer à rigoler. Il s'expliqua :
- Ça me fait rire, la fin on dirait que je l'ai racontée comme une fin de film ou de série, plus cliché tu fais pas ! Il se calma un peu, et repris :
- J'ai donc décidé de garder ma tenue de scoot, que je porte actuellement, en souvenir de ces trois années passées à lutter pour devenir plus fort. Alors tout ce que j'ai, y compris mes récompenses, je les dois à mes parents, car moi tout seul je n'aurai jamais pu y arriver. Et voilà que deux semaines plus tard, je tombe sur un certain Mr "TheBest" avec qui je partage nos histoires communes. Will lâcha un sourire " made in Brenner ", avant de se refaire une tartine.
"
"J'espère que ça lui a plut ! ", pensa Will en rigolant intérieurement. Puis, Will demanda a Sebastian :

- Dites moi, vous avez dejà goûté du beurre de cacahouète au moins ? Et puis vu que l'on en parle, vous aimez quoi à manger vous ? La France n'est-il pas le pays de la gastronomie ? Oui, j'apprécie tout particulièrement manger comme vous avez pu surement le remarquer. Et puis, je ne prends pas un gramme alors I don't mind

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Ven 14 Oct - 10:45
- Oh, c'est donc à mon tour non ? Avant de commencer, sachez que je compatis pour ce qui vous est arrivé, je n'aurais peut-être pas du lancer le sujet. Anyway, à moi donc.

C'était agréable de voir Will comprendre sa situation. Il était désolé, mais ça n'était pas grave : Même si ça avait rouvert de vieille cicatrices au sens figuré, c'était du passé et Sebastian était finalement parvenu à aller de l'avant. Il fit un signe de tête à Will, de façon à lui faire comprendre que ça ne l'avait pas tant dérangé de devoir en parler. Maintenant, c'était à Sebastian d'entendre l'histoire de son interlocuteur.

- Sooooooo..., je pense que remettre les choses dans son contexte est tout d'abord primordial. Mon père, Jack Brenner, est un ancien général militaire américain, et ma mère, Irelia Leroy, une procureure internationale française. Improbable non ? Je n'ai pas eu les détails de leur rencontre, mais pour résumer, mon père est venu en France pour une raison ou une autre et a rencontré ma mère. Après leur rencontre, mon père a décidé de rester en France, tout en continuant de servir l'armée américaine, donc il a rejoint les soldats de l'ONU et est resté sur le sol français.

Le fils d'un militaire venant d'Amérique et d'une procureure française ? Pas commun, en effet. “Je suppose que quand on aime quelqu'un, on est vraiment capable de faire de sacrées choses, comme s'installer dans un autre pays...”, pensa Sebastian. Will fit une petite pause le temps de prendre une bouchée de sa tartine, puis reprit :

- Donc, à l'âge de mes huit ans, ils décidèrent de faire l'inverse, en partie dans mon intérêt. Il faut dire que grâce à ce changement de pays, je suis maintenant bilingue et pour ça je ne les remercierait jamais assez. J'ai aussi pu accéder à la LawField school, mon univerisité de droit, grâce à eux. Et puis, vint le moment de la fin de mes études. A dix-huit ans, mon badge en poche, je pouvais enfin exercer. Seulement, mes parents n'étaient pas de cet avis, leur point de vue étant que je fasse une année en tant qu'assistant procureur ( aux côtés de ma mère ) et deux années de service. Autant vous dire qu'à l'époque, vous ne m'aurez pas reconnu. J'étais carrément maigre, et puis je me laissais toujours faire. J'avais, comme le disait si souvent mon père : " A will power as strong as a cardboard " Mais, têtu comme je l'était, je voulais absolument exercer en tant que procureur. Mes parents m'ont laissé... Sans contrepartie, ça ne serait pas drôle par contre. Le pari était : Coupable ou les trois ans.

Il avait eu son badge à 18 ans ? Il ne le laissait pas penser, mais en réalité, Will était quelqu'un de sacrément doué. Avoir son badge aussi tôt, c'est quelque chose de très compliqué, surtout quand on doit bosser de soi-même pour le mériter. Et en plus, il avait dû passer tous ses examens en anglais...
Malgré tout, il était relativement confiant pour vouloir exercer directement. Mais même si ses parents ne voyaient pas ça d'un bon oeil, obtenir un verdict coupable ou bien passer 1 an en tant qu'assistant et 2 en service militaire... N'était-ce pas un peu exagéré ?
Pendant que Sebastian y réfléchissa, Will sortit deux verres et une bouteille d'eau. Il se servit un verre puis lui en proposant un. Sebastian accepta volontiers : Sa gorge était un peu sèche suite à leur discussion. Les deux jeunes hommes burent quelques gorgées, puis Will reprit là où il s'était arrêté.

- Finalement, comme vous avez sûrement pu vous en douter, je me suis fait LI-TE-RA-LE-MENT roulé dessus. Se me souviens, à l'époque j'avais eu la même réaction que vous au sujet du service militaire. Car oui, si l’année en tant qu'assistant n'était qu'un promenade de santé, le service lui, l'était moins, If u know what I mean. Et devinez qui était le général de la douzième division - la division dans laquelle j'ai été affecté - ?

Son père, peut-être ? En effet, pour poser une telle question, c'est que ça devait être une personne qu'il connaissait. Et vu que son père était un général, ça pouvait être ça... Non, ça devait sûrement être ça.

- Mon père. Ça peut paraître amusant comme ça mais j'étais terrorisé rien que de penser à cette idée. Et ne croyez pas que parce que c'était mon père il allait me faire des cadeau, c'était même l'exact opposé !

On dirait bien qu'il avait vu juste.

- Chaque mois qui passait était comme une éternité. Chaque tests physiques étaient tous plus durs que les autres et j'étais toujours en bas de la liste. Aux examens physiques, pareil. mais comme mon père était le général de ce régiment, et qu'il avait convenu avec tous ses collègues que je ne partirai pas avant deux ans, je ne suis en effet pas parti avant deux ans. Mais les semaines passèrent et j'ai commencé à m'améliorer de plus en plus, jusqu'à exploser les listes d'examens physiques.

Pendant son speech, Will prit des fléchettes et les lança sur la cible attachée au mur. Visiblement, il aimait beaucoup jouer avec tout et n'importe quoi : Un couteau, des fléchettes... A ce stade c'en était  presque un tic. Tout comme les bouts de phrases en anglais présents dans son discours. Sebastian arrivait néanmoins vaguement à les comprendre grâce aux moments où ils étaient placés. Il prit une autre gorgée dans son verre d'eau, puis continua à écouter Will :

- Après ces trois années de formation psychologiques et physiques, j'ai enfin pu accéder à mon badge. Au final, je ne peux pas dire que je sois mécontent du résultat. Et bon, mes parents étaient fiers de moi, et c'est une chose qui m'importe beaucoup, même à 23 ans oui. Puis, je décidai de partir en France, sur les traces de ma mère. Mon père était assez sceptique, mais ma mère l'était beaucoup moins et c'était compréhensible. Il y a deux semaines, avant d'embarquer mes parents sont venus me voir. Je leur ait promis de venir les voir dès que je pouvais. Puis, la dernière chose que mon père me dit fut : bonne chance mon fils, et n'oublie pas : " Hope Never Dies " .Will fit une pause de quelques secondes avant de commencer à rigoler. Il s'expliqua :

- Ça me fait rire, la fin on dirait que je l'ai racontée comme une fin de film ou de série, plus cliché tu fais pas !

Sebastian eut aussi un sourire aux lèvres. Les deux hommes avaient tous les deux réalisé à quel point ça faisait cliché

- J'ai donc décidé de garder ma tenue de scoot, que je porte actuellement, en souvenir de ces trois années passées à lutter pour devenir plus fort. Alors tout ce que j'ai, y compris mes récompenses, je les dois à mes parents, car moi tout seul je n'aurai jamais pu y arriver. Et voilà que deux semaines plus tard, je tombe sur un certain Mr "TheBest" avec qui je partage nos histoires communes.

- Je vois que vous aussi, vous portez votre tenue en souvenir du passé. En tout cas, même si ça a dû être 3 années difficiles, surtout le service militaire, elles ont clairement forgé votre caractère !

Sebastian réalisait qu'au final, leurs histoires étaient diamétralement opposées : Lui, il n'avait quasiment rien eu à faire avant de pouvoir commencer à travailler. Pas comme Will, qui avait du se battre pendant 3 ans pour avoir son badge. Mais ce n'était pas le seul point où leurs histoires se différenciaient, il y avait aussi le rapport qu'ils avaient avec leurs parents.
Mais là où les deux histoires se recoupaient , c'était que le passé les avait endurci et que les parents avaient eu un rôle important. Sebastian et Will n'avaient pas à dire un mot de plus. Ils savaient maintenant ce que l'autre avait vécu, et ils étaient capable de comprendre comment ça avait affecté leur personne.
Will ayant fini sa tartine, il décida d'en refaire une autre, et demanda :

- Dites moi, vous avez dejà goûté du beurre de cacahouète au moins ? Et puis vu que l'on en parle, vous aimez quoi à manger vous ? La France n'est-il pas le pays de la gastronomie ? Oui, j'apprécie tout particulièrement manger comme vous avez pu surement le remarquer. Et puis, je ne prends pas un gramme alors I don't mind.

- J'en ai déjà gouté par accident, oui. Je pensais que c'était de la pâte à tartiner Speculoos, mais quand j'ai mangé une tranche de pain avec ça dessus... C'était pas terrible. Mais vu que vous appréciez manger, vous devriez en gouter un de ces jours, je suis sûr que vous aimeriez bien !

Malgré son absence, Will avait entendu parler de la France comme un pays riche en termes de variété de nourriture. Mais Sebastian n'était clairement pas la personne la plus à l'aise avec ce sujet...

- Hé bien, Will... C'est vrai que l'on est dans le pays de la gastronomie, mais je dois avouer que c'est pas mon domaine de prédilection. Je sais à peine cuisiner, donc je ne varie que très peu les plaisirs. Il rigola un petit peu de son incompétence, puis reprit. Après, ce que j'aime manger... Surtout es choses de jeunes, vous savez. Des hamburgers, des pizzas... Qui n'aime pas ça ? Je commence à bien connaitre les bons coins de la ville, maintenant. Donc si un jour, vous voulez dévorer un bon hamburger, vous savez à qui vous adresser ! Sebastian fit un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Sam 15 Oct - 14:45
- J'en ai déjà gouté par accident, oui. Je pensais que c'était de la pâte à tartiner Speculoos, mais quand j'ai mangé une tranche de pain avec ça dessus... C'était pas terrible. Mais vu que vous appréciez manger, vous devriez en gouter un de ces jours, je suis sûr que vous aimeriez bien !

Will avait l'habitude de prendre son café avec un biscuit à côté, mais ne prenait jamais de Speculoos. Pourquoi pas essayer un jour après tout. Sebastian repris :

- Hé bien, Will... C'est vrai que l'on est dans le pays de la gastronomie, mais je dois avouer que c'est pas mon domaine de prédilection. Je sais à peine cuisiner, donc je ne varie que très peu les plaisirs. Il rigola un petit peu de son incompétence, puis reprit. Après, ce que j'aime manger... Surtout es choses de jeunes, vous savez. Des hamburgers, des pizzas... Qui n'aime pas ça ? Je commence à bien connaitre les bons coins de la ville, maintenant. Donc si un jour, vous voulez dévorer un bon hamburger, vous savez à qui vous adresser ! Sebastian fit un sourire.

Will n'était pas contre un peu de légèreté dans cette discussion. En effet, après avoir déballé des dossiers sur leur personne, les deux jeunes hommes n'en seraient surement pas contre. C'est alors que le ventre de Will envoya un signal de détresse. Un grand gargouillement sorti du ventre de Will. Il faut dire que Will n'avait pas touché à un gramme de nourriture, mis à part ses deux pauvres tartines. Gêné, il continua la conversation :

- Weeeeeell, comme vous avez surement déjà du le remarquer... Je n'ai pas vraiment mangé ce matin. Et parler de nourriture m'a relancé dans mon intense envie de manger quelque chose de consistant. Et donc vous dites connaître des endroits pour manger ? Si, par le plus grand des hasards, vous connaissez le nom d'un café qui peut servir un petit déjeuner à... Will regarda l'Horloge ...onze heures, je suis preneur. Et pourquoi pas faire une petite visite à pied du quartier pendant qu'on y est non ? Will sourit.

HRP:
 

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Dim 16 Oct - 13:32
Quelques moments après avoir parlé de ses goûts culinaires, un bruit qui semblait être un gargouillement brisa le silence. Will regarda Sebastian d'un air gêné, puis relança la discussion.

- Weeeeeell, comme vous avez surement déjà du le remarquer... Je n'ai pas vraiment mangé ce matin. Et parler de nourriture m'a relancé dans mon intense envie de manger quelque chose de consistant. Et donc vous dites connaître des endroits pour manger ? Si, par le plus grand des hasards, vous connaissez le nom d'un café qui peut servir un petit déjeuner à... Will regarda l'Horloge ...onze heures, je suis preneur. Et pourquoi pas faire une petite visite à pied du quartier pendant qu'on y est non ?

Il était déjà 11 heures ? Sebastian était tellement plongé dans la discussion qu'il n'avait pas vu le temps passer. Et pour être honnête, il commençait aussi à avoir faim, mais pas autant que Will.

- Je commence aussi à avoir envie de manger quelque chose, donc pourquoi pas ? Je ne suis pas sûr que les endroits que je connais servent à cette heure, mais on peut toujours tenter. Ce sera en plus l'occasion pour vous de découvrir un peu les environs, si l'on visite le quartier ensuite ! Sebastian souria.

Clairement, ça serait un bon moyen de forger un lien avec Will que de manger avec lui et l'aider à prendre ses repères dans la ville. Sebastian se leva de sa chaise et la remit au niveau du bureau d'ordinateur, puis dit :

- On se met en route, du coup ? Si c'est le cas, je vous conseille de vous couvrir un peu, il fait quand même assez froid dehors. Il faudra juste qu'on s'arrête vite fait devant mon bureau, que je prenne ma veste. L'uniforme Themis est confortable mais pas très chaud ! Il rigola.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Dim 16 Oct - 16:05
- Je commence aussi à avoir envie de manger quelque chose, donc pourquoi pas ? Je ne suis pas sûr que les endroits que je connais servent à cette heure, mais on peut toujours tenter. Ce sera en plus l'occasion pour vous de découvrir un peu les environs, si l'on visite le quartier ensuite !Sebastian souria.

Will était content de savoir que Sebastian avait aussi faim. Au moins, il n'était pas seul à être dans cette situation...

- On se met en route, du coup ? Si c'est le cas, je vous conseille de vous couvrir un peu, il fait quand même assez froid dehors. Il faudra juste qu'on s'arrête vite fait devant mon bureau, que je prenne ma veste. L'uniforme Themis est confortable mais pas très chaud ! Il rigola.

Oui, d'ailleurs, il faudrait que Will prenne quelque chose lui aussi. Il attrapa son caban posé sur le porte manteau et ouvrit la porte. Il s'adressa à Sebastian :

Allons y alors. Si monsieur Debeste veut bien se donner la peine... Il fait un signe de main vers la porte.

_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Ace Spriter
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 183
Médailles :
Dim 16 Oct - 17:46
C'était décidé, donc. Sebastian et Will allaient chercher un endroit ouvert pour manger un petit coup, et ensuite ils iraient faire un tour du quartier. Ce qui n'était qu'une simple visite de courtoisie finira éventuellement par un repas entre collègues ainsi qu'une balade, ainsi que peut-être le début d'une bonne relation entre les deux hommes. Pas mal du tout.

Will prit un vêtement qui était sur son porte-manteau, ouvrit la porte de son bureau et s'adressa à Sebastian.

- Allons y alors. Si monsieur Debeste veut bien se donner la peine...

- Voyons, Will, pas besoin d'être formel. Vous pouvez m’appeler Sebastian !

Sur ces mots, Sebastian passa le seuil de la porte, suivi de Will. La seule question qui se posait encore était où exactement ils allaient manger, mais ils avaient tout le temps d'y réfléchir sur le trajet.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Raymond Shields
Avocat de la Défense
Cabinet Hunter
avatar
Âge du Personnage : 44
Messages : 171
Médailles :
Dim 16 Oct - 17:59
FIN RP


_________________
Quand Ray propose un câlin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une simple visite de courtoisie ? [Jia Li]
» Une petite visite guidée----->avec Guigui
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» - Event IV - Visite de Courtoisie
» WAB: visite de courtoisie chez nos voisins strasbourgeois en août

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Bâtiment du barreau :: Bureaux des procureurs :: Bureau de Will Brenner-
Sauter vers: