Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

[EVENT] Tic, Tac, Tic, Tac ... [Franziska & Benji]

 :: IRP → Ville :: Tribunal Fédéral :: Le Hall Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Le Juge
Maître du Jeu
Juge Suprême
avatar
Âge du Personnage : 100.000 ans
Messages : 172
Lun 12 Sep - 19:36
12/09/2026
Tribunal Fédéral


C'est une journée comme les autres au tribunal, ou du moins, presque. En effet, toutes les salles d'audience sont pleines. Pas moins d'une demi-douzaine de procès se tiennent aujourd'hui au sein du tribunal fédéral.
Avec tous ces procès, la fréquentation du bâtiment explose naturellement, et nombreux sont les civils venus prendre part à l'audience d'un procès. Egalement, divers Avocats, Procureurs et Juges sont présent.

Parmi les affaires du jour, quelques vols, des meurtres. Plusieurs journalistes sont présents. Tous attendent devant la salle d'audience, que l'accusé sorte en homme libre ou condamné.

Consignes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Franziska Von Karma
Modératrice
Procureure
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 129
Médailles :
Mer 14 Sep - 19:50
Ce jour restera dans les esprits comme étant celui où le tribunal fut le plus chargé. Ce n'était pas tellement compliqué d'expliquer ce phénomène. Dernièrement, les procès s'enchaînaient et s'accumulaient de manière assez déconcertante. Du simple larcin au meurtre, toutes les salles sont remplies soit par des civils, plus précisément des étudiants de l'académie qui veulent voir la théorie en pratique ou de simple badauds impressionnés par la manière dont ces procès sont rondement menés. Juges, procureurs et avocats étaient évidemment à leur place. Sauf en ce qui concerne la jeune Franziska Von Karma, qui avait décidé de sortir d'une des salles surchargées à la minute où l'avocat avait décidé de détruire une affaire, pourtant parfaitement parfaite, à la manière d'un certain autre avocat de la Défense qui faisait parti de son entourage.

Elle avait proposé à Hunter la veille, en voyant le planning chargé de la maison de la Justice, de venir assister à un procès. l'un de ces arguments étant le fait qu'il était procureur général et qu'il se devait donc d'être un procureur irréprochable et rien de mieux pour cela que de constamment travailler et étudier la méthode et technique de ces opposants et compères. L'autre argument, assez convaincant celui ci, fut son fidèle fouet qui s'était obstiné à refuser la réponse non. Elle avait cependant laisser son petit frère ce matin et pris de l'avance et pour l'instant, elle n'avait pas encore eu l'occasion de le croiser. Mais dans tous les cas, elle n'accepterait pas d'excuses quelconques. S'il avait cru pouvoir y échapper simplement parce qu'elle n'était pas après lui ce matin, il se trompait fortement malheureusement et elle ne se priverait pas de l'en informer à l'aide de son argument numéro 2.

Refusant de retourner à l'intérieur à un moment aussi ridicule du procès mais voulant tout de même laisser à Hunter le bénéfice du doute, elle décida de rester dans le hall encore un petit moment pour l'y attendre. Evidemment elle n'était pas seule, d'autres personnes, semblant aussi exaspéré par la foule de gens qu'elle, avaient préféré patienter à l'extérieur, sans se rendre compte qu'ils formaient maintenant une foule tout aussi envahissante dans le petit hall. Il y avait aussi les huissiers de justice qui tentaient vainement de modérer les entrées et sorties abusives et de garder un niveau sonore assez respectable.
L'horloge sur le mur indiquait que son cher procureur préféré était introuvable depuis bien trop longtemps déjà et alors qu'elle se demandait déjà combien de fois elle ferait claquer son fouet, la porte vers la salle d'audience s'ouvrit une énième fois, laissant passer un groupe de personnes. Ceux qui patientaient à l'extérieur profitèrent de cela pour rentrer et dans ce flot de personnes, Franziska espéra voir la veste du Procureur Général.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin Hunter
Fondateur
Procureur Général
avatar
Âge du Personnage : 34
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 780
Médailles :
Mer 14 Sep - 23:49
S'il y avait bien un jour ou ne pas aller au tribunal, c'était celui-ci. Hunter l'avait marqué comme jour noir quand le nombre d'affaires à plaider ce jour ci avait commencé à déborder de son agenda. Le Procureur Général avait donc prévu une journée de travail exclusivement au bâtiment du Barreau, loin de la foule.

Mais c'était sans compter sa grande sœur Franziska, qui comme toute grande sœur faisait tout pour le faire grincer des dents. Elle l'avait invité -certain diraient sommé- de venir au tribunal pour assister à quelques procès bas de plafond. Tout cela pour entretenir ses connaissances sur ses adversaires de la Défense. Tous étant des crânes dégarnis ayant dépassé la cinquantaine, leurs stratégies n'avaient pas changé depuis des siècles selon Hunter. Mais Benjamin s'y était tout de même rendu. Pas par soif de connaissance, mais surtout pour Franziska. La charge de boulot était telle qu'il ne l'avait pas vu depuis un moment. En dehors du travail, plus précisément. Et, au grand étonnement de Benjamin, elle lui manquait. Peut être même trop.

Il était donc venu en avance et avait assisté ici et là à divers procès, sans réussir à trouver sa grande sœur. Puis, après sa troisième audience, Benjamin aperçu le gilet de Von Karma, dans le hall. La Procureure, les bras croisés avait l'air de l'attendre depuis un moment. Hunter se dirigea vers elle. Arrivé en face de sa collègue et amie, il se passa quelque chose d'étrange.
Ils ne se saluaient habituellement que verbalement. Pas de poignée de main, encore moins d'étreinte. Mais instinctivement, Hunter avait eu cette fois ci envie de s'approcher d'elle et de la prendre dans ses bras. Surpris, le Procureur Général tenta de reprendre ses esprits et salua sa grande sœur comme d'habitude.

-Franziska.

Il se prépara à se faire remonter les bretelles. Autour d'eux la foule étant dense, et on pouvait difficilement se déplacer. Quelque peu claustrophobe depuis l'accident de l'ascenseur avec son père, Hunter essaya de se concentrer sur Franziska Von Karma pour penser à autre chose. Ses yeux se portèrent sur son gilet, parfaitement repassé, son fouet, impeccablement roulé et prêt à frapper, ses longues jambes ornées d'un collant, ses bottines superbement cirées. Puis son regard remonta vers elle. Tout allait bien.

_________________

Billie Jean is not my lover o/
Revenir en haut Aller en bas
Franziska Von Karma
Modératrice
Procureure
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 129
Médailles :
Ven 16 Sep - 15:57
Il ne fallut pas longtemps pour repérer Hunter se faufilait pour pouvoir la rejoindre.

- Franziska.
- Contente de te voir tellement enthousiaste, petit frère.

Elle se contentait de cette simple civilité et son éternel regard froid et sérieux mais se surprit à espérer un peu plus durant une fraction de seconde. Une vague envie qu'elle préféra minimiser en taquinant son cher petit frère avec. Pour avoir déjà tenté de résoudre ce problème de plus en plus récurent , elle savait déjà que se permettre d'y penser plus sérieusement dans l'immédiat ne mènerait qu'à quelque chose de plus confusant, ce qu'elle souhaiterait éviter pour l'instant.


- Cela étant dit, n'espère pas que je me satisferai seulement de te voir sortir de cette salle d'audience. J'espère que tu as pris des notes durant le procès.

Rien de bien remarquable évidemment du côté de la Défense comme du côté de l'Accusation, et la jeune procureure en avait conscience. Malgré tout, ne rien demander de plus, reviendrait à admettre que tout ceci n'avait aucun sens, ce qu'elle n'était pas prête à faire.
Franziska croisa le regard d'Hunter, et prenant enfin conscience que la foule ne faisait pas que gêner ses mouvements, elle proposa à Hunter de sortir un instant mais ils furent stopper alors qu'ils allaient passer le pas de la porte principale:

- Monsieur Hunter, mademoiselle Von Karma !

Un homme en uniforme se fraya un passage jusqu'à eux, un paquet en main. Il le tendit à Benjamin.

- Et que contient ce paquet exactement ?

Le garde haussa les épaules et tourna les talons sans un mot de plus...

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin Hunter
Fondateur
Procureur Général
avatar
Âge du Personnage : 34
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 780
Médailles :
Ven 16 Sep - 18:27
Alors qu'il s'attendait à un coup de fouet, la réaction de Franziska fut plus ... douce que prévue. Sa grande soeur semblait même ... perturbé.
Des notes ? Evidemment, il en avait pris. Il avait en effet gribouillé quelques mots par ci par là dans un carnet, mais hors de question de le montrer à Franziska, elle lui ferait assurément manger. La vérité, c'était qu'aujourd'hui les procès étaient pauvres. Les avocats ne cherchaient plus à trouver la faille dans les témoignages, mais à repérer le vice de procédure, alors que les Procureurs accusaient aveuglement, sans remettre leur dossier en question. L'Âge Sombre de la Loi, dans toute sa splendeur.

-Ne t'inquiète pas, j'ai tout ce qu'il me faut dans ce carnet. De quoi remporter encore tous nos procès jusqu'à la prochaine décennie, lanca t-il sans cacher son sarcasme.

Pendant que le garde apportait le paquet à Franziska, Benjamin se retourna pour saluer un juge qui l'avait attiré son attention.
En se retournant, le garde était devant lui, et lui mis le paquet dans les mains. Qu'est-ce qu'il était lourd ! Benjamin leva un sourcil et lança un regard interrogateur à sa collègue et amie, avant de l'ouvrir prudemment ... Il n'aimait pas du tout ça.

_________________

Billie Jean is not my lover o/
Revenir en haut Aller en bas
Le Juge
Maître du Jeu
Juge Suprême
avatar
Âge du Personnage : 100.000 ans
Messages : 172
Ven 16 Sep - 21:00
Lorsque Benjamin Hunter ouvrit le carton, ce qu'il vit lui glaça le sang, et pourtant il ne put le jeter au sol. A l'intérieur, ce qui ressemblait à un engin explosif surmonté d'un entonnoir, ainsi que d'un compte à rebours déjà déclenché. Egalement, ce qui avait l'air d'être une tablette bon marché. Elle affichait un grand logo "Play". Après qu'un des deux Procureurs appuya dessus, quelqu'un apparu à l'écran, et les volets électriques de tout le bâtiment descendirent en même temps.

A l'écran, une silouhette. Une forte lumière blanche émane de derrière elle, on ne distingue donc pas son visage à contre jour. En revanche, on peut observer qu'il porte un chapeau haut de forme, et une veste de costume, qu'on devine aux épaules carrées.
Celui-ci reste immobile quelques secondes, puis une voix excessivement grave -sûrement trafiquée- sort de l'appareil. Le volume est relativement fort, et toutes les personnes présentes autour peuvent entendre la vidéo.


-Mes hommages, Procureure Von Karma, Procureur Général Hunter.
Je ne vais pas tourner autour du pot avec vous. Vous avez entre vos mains un appareil explosif, qui vous enverra tous à la mort si vous ne la désamorcez pas à temps.


Un mouvement de panique gagna toutes les personnes présentes, qui se ruèrent sur les portes du tribunal. Mais celles ci avaient l'air scellées.

Dites leur que c'est inutile, j'ai pris soin de verrouiller les portes, et comme il faut. Il faudra attendre que la police arrive avec l'un de ses béliers pour espérer sortir. A mon avis, cela n'arrivera pas avant 10 bonnes minutes. Quelle ironie, vraiment, il me semble que le compte à rebours indique moins de 5 minutes.

L'homme marqua une pause.

-Je suis sincèrement désolé de vous mêler à tout ça ma chère Franziska, mais vous Monsieur Hunter, méritez une correction. En effet, j'ai eu accès à certaines données de votre district et ce que j'ai vu m'a beaucoup déplu.
Si je devais donner un exemple, je dirais toutes les requêtes "spéciales" venant du Commissariat, signées de la main de Gant. Et que disent-elle ? "D'ignorer" certaines pièces à conviction, lors de procès à venir. Et qu'est-ce que j'ai trouvé ensuite ? Des lettres de confirmation adressée à Gant avec la signature de Benjamin Hunter ! Lui-même ! Oui Monsieur le Procureur Général, vous êtes coupable de falsification et  de destruction de pièces à conviction ! C'est à cause de gens comme vous que l'Âge Sombre de la Loi existe aujourd'hui !


Des photos des dites lettres s'affichèrent à l'écran. Hunter évita le regard de sa collègue. Ses yeux étaient emplis de honte.

-D'ailleurs je crois qu'il comptait mettre les voiles. C'est en tout cas ce que j'en ai déduis de sa lettre de démission ainsi que de sa lettre de recommandation pour Franziska Von Karma au poste de Procureure Générale, dans son tiroir.

-Dites nous juste ce qu'il faut qu'on fasse ! hurla Hunter à l'homme sur l'écran.

-J'y viens. Sur votre gauche se trouve deux bidons bleus, que vous n'avez sûrement pas remarqué à votre arrivé.


-Ils sont non gradués. Le plus grand peut contenir 5 litres et le plus petit 3 litres. Si vous voulez désamorcer cette bombe, il faudra verser 4 litres d'un coup dans l’entonnoir qui y est relié.. Soyez extrêmement précis ! Une goutte de plus ou de moins.. Et c'est l'explosion !
Vous ne devez pas utiliser d'eau, mais le contenu du jerrycan juste à côté.



Vous pouvez vous permettre d'en gaspiller un peu, j'en ai mis plus, juste au cas ou.
Et n'essayez pas de désamorcer la bombe d'une autre manière, elle vous exploserait entre les doigts. Bonne chance à vous, je détesterais voir des innocents mourir à cause de votre incapacité à résoudre une simple énigme.


L'écran s'éteignit, et laissa les deux Procureurs seuls au milieu d'une foule en panique, avec un peu moins de 3 minutes pour désamorcer la bombe.
Revenir en haut Aller en bas
Franziska Von Karma
Modératrice
Procureure
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 129
Médailles :
Mar 20 Sep - 21:24
Franziska suivit le regard étonné de son petit frère et se figea. Dans le petit carton à l'air innocent se trouvait ce qui avait tout l'air d'une bombe... Évidemment , ce n'était pas une experte etant donne qu'elle n'avait jamais eu à approcher un engin explosif auparavant mais  il n'y avait malheureusement aucun doute sur la nature du colis. Autour d'eux, la foule était bien trop occupée pour se soucier de l'air inquiet sur les visages des deux procureurs. Leur attention fut rapidement attirée par une tablette (qu'elle n'avait pas remarqué dans un premier temps) qui s'activa. À l'écran, on pouvait maintenant apercevoir une silhouette. On pouvait aisément deviner la forme d'une personne portant un haut de forme. Il ne se passa rien de spécial pendant un instant et les deux procureurs, encore sous le choc, n'osèrent pas bouger. Finalement, une voix s'éleva dans le hall et captiva l'attention des personnes qui ne prêtaient pas attention.

- Mes hommages, Procureure Von Karma, Procureur Général Hunter.
Je ne vais pas tourner autour du pot avec vous. Vous avez entre vos mains un appareil explosif, qui vous enverra tous à la mort si vous ne la désamorcez pas à temps.

Alarmé par la dernière phrase, la foule s'agita assez rapidement, certains, plus alertes, s'étaient précipités sur les portes comme pour tester ce que leur ravisseur  venait de dire
En ce qui concernait les principaux visés par cette vidéo, Franziska attendait la suite, car de toute évidence la mystérieuse personne avait d'autres choses à dire. Ce serait mentir de dire que l'annonce de la présence d'une bombe dans le tribunal ne la perturbait pas plus que cela néanmoins, elle ne pouvait pas se permettre de céder à la panique comme tous les autres pour l'instant. Surtout quand Benjamin prenait aussi sur lui pour maîtriser une certaine panique qui  le tracassait certainement.

- Dites leur que c'est inutile, j'ai pris soin de verrouiller les portes, et comme il faut. Il faudra attendre que la police arrive avec l'un de ses béliers pour espérer sortir. A mon avis, cela n'arrivera pas avant 10 bonnes minutes. Quelle ironie, vraiment, il me semble que le compte à rebours indique moins de 5 minutes.

Elle avait évidemment pris soin de régler ce détail et pourtant, autour d'eux, les gens continuaient de tambouriner sur les portes. Rien n'avait été laissé au hasard, Franziska l'avait assez rapidement compris. La seule manière de sortir d'ici serait sans doute de jouer le "jeu"...  Encore fallait-il qu'une idée sur la manière de désactiver cette bombe leur soit donné et la silhouette comptait le faire, autrement, tout ça n'aurait pas  lieu d'être. Mais avant cela, elle semblait avoir encore des choses à rajouter:

- Je suis sincèrement désolé de vous mêler à tout ça ma chère Franziska, mais vous Monsieur Hunter, méritez une correction. En effet, j'ai eu accès à certaines données de votre district et ce que j'ai vu m'a beaucoup déplu.
Si je devais donner un exemple, je dirais toutes les requêtes "spéciales" venant du Commissariat, signées de la main de Gant. Et que disent-elle ? "D'ignorer" certaines pièces à conviction, lors de procès à venir. Et qu'est-ce que j'ai trouvé ensuite ? Des lettres de confirmation adressée à Gant avec la signature de Benjamin Hunter ! Lui-même ! Oui Monsieur le Procureur Général, vous êtes coupable de falsification et  de destruction de pièces à conviction ! C'est à cause de gens comme vous que l'Âge Sombre de la Loi existe aujourd'hui !

Une liste de ce qu'elle prétendait être ces soi-disants lettres apparut. Elle ignorait pour quelles raisons ces lettres défilés à l'écran. Si le but du preneur d'otages était de semer la discorde entre les deux procureurs, Franziska espérait que l'ombre de la vidéo savait que cette partie du plan était vouée à l'échec. Il n'y avait strictement aucune chance pour qu'elle ne croie cette personnes qui lui était inconnu et qui n'inspirait pas confiance de par ses actes. La jeune procureure leva les yeux un instant pour croiser ceux d'Hunter et en une fraction de seconde, de voir son collègue détourner le regard, elle se mit à douter de ce qui était pourtant une évidence jusqu'alors... Elle n'eût pas le temps de se poser plus de questions sur le comportement de son petit frère :

- D'ailleurs je crois qu'il comptait mettre les voiles. C'est en tout cas ce que j'en ai déduis de sa lettre de démission ainsi que de sa lettre de recommandation pour Franziska Von Karma au poste de Procureure Générale, dans son tiroir.

La voix d'Hunter retentit, presque aussi forte que le brouhaha ambiant, prenant Franziska par surprise. Mais pas plus que cette dernière partie...
Une lettre de démission?  Une lettre de recommandation...? Elle avait du mal à le croire. Elle ne devrait pas le croire à vrai dire, c'était là le piège, mais l'attitude du... Procureur Général, généralement plus posé qu'elle ne l'aidait pas, au contraire. Et elle avait beau se forcer à se concentrer sur le vrai problème (autrement dit la bombe), son attention était monopolisée par les dernières phrases. Tellement, qu'elle eut du mal à suivre une partie des explications qui suivaient.

- J'y viens. Sur votre gauche se trouve deux bidons bleus, que vous n'avez sûrement pas remarqué à votre arrivé

Démission...?

- Ils sont non gradués. Le plus grand peut contenir 5 litres et le plus petit 3 litres. Si vous voulez désamorcer cette bombe, il faudra verser 4 litres d'un coup dans l’entonnoir qui y est relié.. Soyez extrêmement precis

Elle ne pouvait pas se permettre de mettre en danger une foule tout entière, mais les sons semblaient lointains et inaudibles.

...

Ses sourcils se froncèrent alors qu'elle repensait à cette liste de lettres réclamant toutes d'ignorer des pièces à conviction.

- N'essayez pas de désamorcer la bombe d'une autre manière, elle vous exploserait entre les doigts. Bonne chance à vous, je détesterais voir des innocents mourir à cause de votre incapacité à résoudre une simple énigme.

L'écran noir mit fin à cette conversation, permettant à Franziska de redescendre sur Terre et de gagner un peu de composure...

La bombe indiquait un peu moins de 3 minutes...
Elle ne pouvait consacrer ce précieux temps a questionner son frère, pourtant c'était bien la seule chose qu'elle souhaitait faire.

Elle avisa les deux bidons de 3 et 5 litres puis le jerrycan. La foule continuait de s'agiter autour d'elle, elle réclama l'aide du personnel local pour calmer la panique générale et une fois que le niveau sonore eut atteint un niveau assez propice a la réflexion, elle se tourna vers Benjamin sans dire un mot de plus.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin Hunter
Fondateur
Procureur Général
avatar
Âge du Personnage : 34
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 780
Médailles :
Sam 24 Sep - 15:55
Dans le carton, une bombe, un timer, et une tablette. L'homme à l'écran leur explique la situation. Calmement, comme si tout ça n'était qu'une vaste blague. Malheureusement, ça ne l'était pas. L'homme au chapeau aborda le cas Benjamin Hunter. Toutes les accusations et les preuves qu'on lui présentait sous ses yeux lui firent l'effet d'un couteau qu'on lui plantait dans la poitrine. Tout cela lui rappelait l'affaire dans laquelle il avait été mis en cause il y a quelques années. Benjamin essaya de se concentrer et oublia tout ceci. Il leva simplement ses yeux vers Franziska, trahissant la douleur et la culpabilité qu'il pouvait ressentir. Elle avait un regard sévère, et un peu froid. En tous cas, c'est ce qu'il ressentait.
L'homme mystérieux évoqua le contenu du tiroir de son bureau. Le Procureur Démon serra les dents. Puis, il hurla sur la tablette, comme si cela pouvait arranger les choses.

-Dites nous juste ce qu'il faut qu'on fasse !

Dépassé par les événements et la foule, la sécurité peinaient à garder le calme autour d'eux. L'énigme, sous ses airs complexe, avait l'air solvable. Il fallait juste réfléchir un peu. L'agitation autour était néanmoins un handicap. Alors que la vidéo s'achevait, Hunter senti les yeux de Franziska sur lui. Il pris une inspiration et se tourna à son tour vers elle.

-Bien, ne perdons pas de temps. Tu es avec moi ? Je pense que le plus complexe sera de ne pas verser une goutte de trop.

Les gardes firent taire la foule autour, et restaurèrent un semblant de calme. Benjamin observa les deux bidons bleus tout en passant la main dans ses cheveux, afin de réfléchir.

-Je pense comprendre le genre d'énigme dont il s'agit. Il faut commencer par remplir le bidon de trois litres, et le transvaser dans celui de cinq litres. Ce serait un bon début ...

Benjamin espérait que Franziska ne pensait pas trop à toutes les accusations qu'avait prononcé l'homme au chapeau. Ils ne devaient pas se laisser distraire.

_________________

Billie Jean is not my lover o/
Revenir en haut Aller en bas
Franziska Von Karma
Modératrice
Procureure
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 129
Médailles :
Dim 2 Oct - 20:00
- Bien, ne perdons pas de temps. Tu es avec moi ? Je pense que le plus complexe sera de ne pas verser une goutte de trop.

Benjamin cherchait activement une solution au problème posé, rien de bien sorcier évidement, les deux procureurs y viendraient à bout dans le temps imparti, tout ce qu'ils  avaient à faire, c'était de prendre le temps de réfléchir malgré le timer qui décomptait toujours et le brouhaha ambiant. Elle lança un regard assassin à l'huissier qui faisait de son mieux pour calmer et rassurer les visiteurs, en vain maintenant.

- Je pense comprendre le genre d'énigme dont il s'agit. Il faut commencer par remplir le bidon de trois litres, et le transvaser dans celui de cinq litres. Ce serait un bon début...

Un bon début ?.. Certes.
Voyant que les efforts de l'huissier étaient vains et comprenant qu'ils devraient faire avec les bruits de fond, Franziska décida de lui attribuer une autre tâche. Elle attira son attention, toujours sans dire un mot, c'est-à-dire à l'aide de son fouet, et lui fit signe de s'emparer du bidon rempli de liquide pour exécuter la première idée de Benjamin. Le jeune homme eût du mal à comprendre, mais Franziska, qui s'obstinait à ne pas parler, parvint finalement à se faire comprendre non sans peine.

Pendant ce temps, la jeune procureure tenta de prendre un peu d'avance avec le raisonnement de Benjamin. Elle ne pouvait se permettre de suivre simplement ses instructions sans réfléchir.
"le plus complexe sera de ne pas verser une goutte de trop."
En pensant à cela, elle stoppa l'assistant temporaire alors qu'il était en train de remplir le premier bidon. Elle leva les yeux vers Hunter et ne se fit pas d'illusions, il lui faudrait converser avec lui pour justifier son geste..

- ...Faut-il remplir ce bidon à ras bord pour qu'il contienne 3 litres ? Si oui, après avoir transvasé ces 3 litres dans le second bidon, vous remplirez à nouveau le premier bidon de 3 litres.

Si non, alors, le premier problème se poser. Il faudrait trouver un moyen d'être précis.
L'huissier acquiesça alors qu'il semblait évident qu'il craignait de ne pas avoir totalement compris. Après cela, il était évident qu'il leur faudra transvaser à nouveau de manière à avoir un bidon contenant un litre et l'autre remplit par cinq litres. A part si Benjamin avait réussi à penser à une autre manière d'opérer, il lui semblait avoir compris le principe et trouver la solution.

- J'imagine que tu n'as aucune objection, Benjamin Hunter ?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin Hunter
Fondateur
Procureur Général
avatar
Âge du Personnage : 34
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 780
Médailles :
Mer 5 Oct - 19:21
Le fouet de Franziska avait parlé, et un huissier s’exécuta pour commencer la procédure de désamorçage. Hunter se fit une réflexion sur le fait de laisser l'avenir de dizaines de vies à un inconnu, mais se dit qu'il n'avait pas vraiment le choix. L'homme était bien plus costaud que lui, et il n'était pas question de renverser du liquide et se tromper dans les dosages.
Par désespoir, Benjamin jeta un coup d’œil autour de lui de nouveau afin de trouver une issue. Mais la personne qui avait organisé cet attentat s'était bien renseigné. Juste avec sa logique, il savait qu'il n'y avait aucune issue.

- ...Faut-il remplir ce bidon à ras bord pour qu'il contienne 3 litres ? Si oui, après avoir transvasé ces 3 litres dans le second bidon, vous remplirez à nouveau le premier bidon de 3 litres.

Benjamin hocha la tête.



-En effet, Si les bidons n'ont pas de graduation, nous ne pouvons que compter sur le fait qu'ils doivent être rempli à ras bord. Je vois que tu as aussi compris l'énigme.

Malgré tout, le doute emplissait la tête du Procureur Général, et sûrement celui de sa collègue. L'énigme était plutôt simple, mais malgré tout, des dizaines de vies dépendaient d'eux. Et s'il y avait un piège ? Il n'oserait pas ?

- J'imagine que tu n'as aucune objection, Benjamin Hunter ?

Hunter secoua la tête.

-Aucune. Huissier, une fois que le bidons de 3 litres est à nouveau rempli, versez ce que vous pouvez dans le baril de 5 litres. Il devrait donc rester un seul litre dans le premier baril. Videz ensuite le baril de 5 litres, et versez le litre restant à la place.

Il se tourna vers elle.

-Procureure Von Karma, je vous laisse terminer ?

Il l'aurait habituellement dit avec un ton chaleureux et un sourire, mais le moment n'était absolument pas le bon, et les regards que lui jetait sa grande sœur ne faisait que lui glacer le sang. Il aurait aimé que des mots sortent de sa bouche, mais il ne pouvait pas.

"Franziska ..."

_________________

Billie Jean is not my lover o/
Revenir en haut Aller en bas
Le Juge
Maître du Jeu
Juge Suprême
avatar
Âge du Personnage : 100.000 ans
Messages : 172
Mer 5 Oct - 19:26
Temps restant : 00:01:03
Revenir en haut Aller en bas
Franziska Von Karma
Modératrice
Procureure
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 129
Médailles :
Ven 7 Oct - 17:05
Benjamin semblait en être sûr mais le doute ne quittait pas Franziska. Après tout, il n'en savait pas plus qu'elle, il avait été entraîné dans cette situation au même titre qu'elle à la différence qu'elle n'avait pas la raison de la présence de cette bombe dans l'entrée principale de cette Cour de Justice.

- Huissier, une fois que le bidons de 3 litres est à nouveau rempli, versez ce que vous pouvez dans le baril de 5 litres. Il devrait donc rester un seul litre dans le premier baril. Videz ensuite le baril de 5 litres, et versez le litre restant à la place.

Il semblerait que Benjamin ne comptait pas s'inquiéter plus que ça alors peut-être devrait-elle envisagé d'en faire autant ? L'huissier exécutait fidèlement les ordres du Procureur. Il leur restait une bonne minute quand il s'arrêta soudain:

- Procureure Von Karma, je vous laisse terminer ?

Elle s'efforça de ne pas accorder une importance quelconque au ton employé et d'adressa à l'huissier.

- Faut-il réellement que je vous donne tout le protocole ? A partir de là, il vous suffit de remplir le bidon de 3 litres une dernière fois puis de transvaser son contenu dans le deuxième bidon. Après cela, vous verserez ces quatre litres dans la bombe et cette ridicule perte de temps prendra fin.

Elle se tourna vers Benjamin puis vers la foule qui s'était étrangement calmée au cours de l'opération sans qu'elle ne s'en rende compte

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Juge
Maître du Jeu
Juge Suprême
avatar
Âge du Personnage : 100.000 ans
Messages : 172
Lun 10 Oct - 3:57
Alors que l'Huissier versait avec l'aide de ses collègues les quatre litres dans l'entonnoir relié à la bombe, la foule se crispa. Le moment de vérité. Certain se roulèrent en boule, d'autre détournèrent simplement les yeux.
Une fois que la dernière goutte fut versée par des Huissiers en sueurs, un moment de silence se fit. Interrompu par une voix sortant de la tablette.

-Hahaha ! Vous auriez dû vous voir, c'était désopilant ! Tout ce drame pour une énigme si simple ! Mademoiselle Von Karma, vous devriez sérieusement vous détendre ... Essayez le yoga !

Puis, la voix toujours déformée se fit soudain plus sérieuse.

-Vous devriez aussi faire plus attention à votre entourage, et à qui il est réellement. Ce que je vous ai montré, ce n'étaient pas de fausses preuves comme vous les aimez tant chez les Von Karma, mais bien des papiers que j'ai déniché dans le bureau du Procureur Général.
Benjamin Hunter, croyez moi, vous allez payer pour les crimes dont vous vous êtes rendus coupables. D'ailleurs, oups, il se pourrait que j'ai envoyé tous ces documents à la presse il y a une heure. Tout crime doit se payer, tout comme votre cher ami Phoenix Wright a dû payer pour les siens. Et la dissimulation et de destruction de preuves n'y font pas abstraction. Et encore, est-ce la partie émergée de l'iceberg ? Si je m'amuse à creuser, est-ce que je vais trouver pire ? En attendant, faites très attention à ce que vous faites, je vous surveille de très près. Et préparez vous à devoir choisir un camp.
Tiens ? Je crois qu'on toque à la porte.


Grésillement, étincelle, plus de tablette. Puis, les portes du hall tonnèrent et tremblèrent sous les coups d'un bélier qui chargeait de l'autre côté. Celui de la Police. Les grandes portes en bois massif tenaient bon malgré tout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin Hunter
Fondateur
Procureur Général
avatar
Âge du Personnage : 34
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 780
Médailles :
Ven 14 Oct - 22:27
Une erreur, et c'était terminé. Le noir complet. Il aurait été mensonger de dire qu'il ne craignait pas la mort. Mais il craignait encore plus de devoir quitter ce monde avec certaines choses inaccomplies. Quand les Huissiers versèrent le baril, tous ses muscles se contractèrent. Franziska à côté, il tenta de cacher sa peur. Il resta droit, regardant les hommes travailler. Heureusement, rien ne se passa.
Soulagé, il pu se détendre quelques secondes avant d'entendre de nouveau la voix de l'homme au chapeau. Encore des accusations. Ce qui changeait cette fois, c'était qu'il se ventait d'avoir envoyé ses preuves à la presse.

-Non ...

Hunter ne pût garder ses lèvres scellées. Ce qu'il craignait depuis quelques temps se produisait, sous ses yeux, malgré toutes ses précautions. Il serra la mâchoire si fort qu'il sentit le goût du sang dans sa bouche. Quand le terroriste mis fin à la conversation, les portes se mirent à trembler au rythme des coups que la Police donnait à l'extérieur. Il se tourna vers Franziska, et la pris doucement mais fermement par les épaules. Chose qui lui arrivait rarement, les mots se bousculaient dans sa tête.

*BOUM*

-Franziska ... Je suis désolé de ne pas t'en avoir parlé plus tôt, mais ... Je dois démissionner. Je ne peux plus assumer mon rôle pour le moment. Et personne n'est aussi qualifié que toi pour me remplacer..

*BOUM*

-Mais tu dois aussi me croire, cette histoire de destruction de preuves est un mensonge. Destiné à te faire douter de moi.

*BOUM*

Les yeux de Franziska sondaient son âme, jamais ceux-ci ne l'avait à ce point effrayé. Même la bombe était ridicule à côté.

-Tu dois me croire. Je t'en prie.

La main droite d'Hunter descendit jusqu'à celle de son amie d'enfance, qu'il saisit tout en plongeant son regard dans le sien.

*BOUM*

-Je t'aime.

*BOUM*





*BOUM*





*BOUM*

_________________

Billie Jean is not my lover o/
Revenir en haut Aller en bas
Franziska Von Karma
Modératrice
Procureure
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 129
Médailles :
Jeu 20 Oct - 22:18
Après plusieurs secondes, la tension commençait à disparaître graduellement. La voix soigneusement trafiquée retentit dans la salle, mettant fin à l'interminable silence. L'inconnu crut bon de donner à Franziska quelques conseils pour se détendre, conseils dont elle se passait volontiers, après tout, Benjamin et elle ne pouvait pas se faire avoir par une idiotie de la sorte, c'était une évidence. De plus, elle n'avait pas de conseils à recevoir... Ce n'était pas tant le risque de voir la bombe se déclencher qu'il l'avait tendue contrairement à ce qu'il s'amusait à croire (après tout, c'était un risque inexistant) mais plutôt toutes les informations qu'elle avait eu le temps de réétudier, pendant qu'elle dirigeait l'opération avec son collègue.

Entre les accusations et les lettres pour les prouver, ainsi que l'attitude de Benjamin qui ne démentait en rien tout cela, elle ne pouvait plus espérer que tout n'était que des mensonges malheureusement mais néanmoins, une chose était toujours sûre. Son but était de détruire la confiance qu'elle portait à Benjamin. Par des moyens qu'elle n'avait pas encore identifiés mais qu'elle pouvait aisément imaginés, cette personne avait réussi à trouver ces informations incriminantes pour les lui soumettre. Dans des circonstances quelques peu particulières qui plus est. L'idée était réfléchie et le but était... atteint. Difficile d'en dire autrement. Voir clairement à quoi il jouait n'avait pas réellement aider Franziska à faire échouer ce ridicule plan. Elle aurait souhaité que rien de tout cela ne s'était avéré vrai...

Franziska se rendit finalement compte qu'elle fronçait ses sourcils plus que d'habitude et que son bras commençait à dangereusement s'engourdir... Elle ferait peut-être mieux de se concentrer sur ce que la tablette avait à dire dans ce cas.

- Benjamin Hunter, croyez moi, vous allez payer pour les crimes dont vous vous êtes rendus coupables. D'ailleurs, oups, il se pourrait que j'ai envoyé tous ces documents à la presse il y a une heure. Tout crime doit se payer, tout comme votre cher ami Phoenix Wright a dû payer pour les siens. Et la dissimulation et de destruction de preuves n'y font pas abstraction. Et encore, est-ce la partie émergée de l'iceberg ? Si je m'amuse à creuser, est-ce que je vais trouver pire ? En attendant, faites très attention à ce que vous faites, je vous surveille de très près. Et préparez vous à devoir choisir un camp.

C'était sans aucun doute ce qu'il comptait faire dès le départ, il ne fallait pas se faire d'illusions à ce niveau. Dévoiler à la presse ce qu'il avait découvert sur l'affreux Procureur Démon et le système judiciaire qui est bel et bien corrompu. Partager cette juteuse histoire avec le reste du monde. Le Barreau devra donc faire face à une foule de civils mécontents. Ils devront répondre de ses actes devant eux sans compter sur l'aide ou le support de la Police. Cela semblait inévitable.
Qui était-il pour être capable de les surveiller d'une telle manière ? Pour avoir accès à de tels renseignements ?

- Tiens ? Je crois qu'on toque à la porte.

La conversation prit fin suite à cela, juste au moment où les portes commençaient à s'ébranler. Franziska prit encore une fois pleinement conscience que cet homme, ou femme, en savait plus qu'elle sur beaucoup trop de points.
Alors que, jusque là, la foule avait été muette et calme, car captivée par la vidéo, les premiers coups semblèrent la ramener à la réalité et chaque personne se mit à brailler et à se précipiter vers la porte comme si cela allait permettre d'accélérer le processus d'ouverture des portes... La jeune procureure s'apprêtait à aider à contenir la foule une nouvelle fois mais Benjamin l'en empêcha.

- Franziska ... Je suis désolé de ne pas t'en avoir parlé plus tôt, mais ... Je dois démissionner. Je ne peux plus assumer mon rôle pour le moment. Et personne n'est aussi qualifié que toi pour me remplacer..

Il ne l'avait jamais tenu au courant de beaucoup de choses et jusque là, elle avait su faire avec. Là n'était pas le problème, il ne semblait pas le comprendre...
"Le remplacer" ? "Pour le moment" ? Elle l'aurait sans doute interrompu d'un coup de fouet avant de le fusiller du regard mais il la tenait assez fermement par les épaules, elle devait par conséquent se contenter du regard.

- Mais tu dois aussi me croire, cette histoire de destruction de preuves est un mensonge. Destiné à te faire douter de moi.

C'était donc ce que c'était alors ? Un mensonge ? La question ne se posait pas plus longtemps, il ne savait pas lui mentir. Et elle pouvait assez difficilement croire un parfait inconnu et douter de ce qui lui disait son petit frère bien qu'une partie d'elle avait déjà assimilé ce mensonge comme une vérité. Il ne savait pas lui mentir...? Elle faisait de son mieux pour rester impassible et comme à chaque fois, elle avait l'affreuse impression qu'elle n'y parvenait pas.

Il la priait de le croire et ses doutes volaient en éclats de seconde en seconde. Gant n'était pas un homme de confiance. Cet idiot, qui se cachait derrière un modulateur de voix et un ridicule costume venait à l'instant de prouver son idiotie. Mais, en ce qui concernait Benjamin, elle ne pouvait se permettre de douter de lui. Il lui prit la main en lui adressant un regard désespéré et l'évidence s'imposa à elle: il n'avait pas pu détruire des preuves.

La porte continuait de résister aux coups réguliers des officiers, la foule ne semblait pas prête à coopérer et les huissiers avaient apparemment eux aussi abandonnés pour se mêler à celle-ci. Et malgré tous les bruits ambiants, elle l'avait entendu:

- Je t'aime.

Les mots n'étaient pas anodins et pourtant pas aussi déconcertants qu'ils auraient dû... Tellement de significations et de manières de l'interpréter que ce n'était pas très dure de trouver quelque chose de conciliant. Ce qui fût réellement désarçonnant, c'était sa première réaction. Celle régit par son impulsivité et seulement par ça. Surement imperceptible certes mais pas pour elle. Une réaction déconcertante sur bien des points qu'elle s'était efforcée d'éviter pendant un moment.

- Je ne compte pas te laisser partir d'une manière aussi furtive et idiote, Benjamin Hunter et ce ne sont pas tes ridicules excuses qui changeront quoi que ce soit. Mais sache que, je ne doute pas de toi aussi étonnant que ça puisse être.


Sa seule envie était de le rassurer sur ce point tout en mettant fin à cette conversation pour l'instant. En faisant de son mieux pour reprendre un visage relativement indifférent, Franziska se tourna vers les portes juste au moment où celles-ci cédèrent finalement. Les civils, comme on pouvait s'en douter, se jetèrent à l’extérieur alors que les forces de l'Ordre tentaient de se frayer un passage et plusieurs visages connus passèrent cette porte d’ailleurs.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Tribunal Fédéral :: Le Hall-
Sauter vers: