Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

Le petit prodige [pv Sebastian]

 :: IRP → Ville :: Themis Legal Academy :: Couloir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Reika Yukama
Inspectrice
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 31 ans
Fiche du Personnage : Fiche de Reika
Messages : 29
Lun 18 Juil - 1:07



















 ❝ Le petit prodige ❞
feat Sebastian




Retour en terrain connu. Après tant d'années, voilà que Reika remettait les pieds pour la première fois dans l'école de justice la plus célèbre du pays, formant les avocats, procureurs et juges de demain, toujours plus talentueux les uns que les autres. Elle y avait passé du temps ici, quelques années d'études dans le groupe des futurs avocats. Cela représentait de beaux souvenirs avec ses amis qu'elle ne voit presque plus aujourd'hui, ses professeurs, les cours et toutes les activités annexes. Beaucoup de travail, elle s'en souvenait. Mais elle tâchait plus que tout à devenir avocate. Les années ont été longues et très compliquées, si bien que la japonaise ne réussit jamais examen final. La note triste de l'histoire. Mais quand elle revint devant cette école, absolument pas pour étudier cette fois, elle préféra se contenter de se remémorer les bons moments. Aujourd'hui, son objectif était une sorte de cours de prévention pour tous les élèves. En effet, le fameux "Age sombre de la Loi" avait commencé, il ne faudrait pas que les plus jeunes soient mal influencés. Il fallait les mettre face à la réalité, les prévenir... Aussi, la conférence servait aussi à présenter les procureurs et les policiers qui travaillent à leurs côtés, ainsi que leurs différents fonctionnements. Certes, la grande majorité ne rejoindra pas les rangs de la police car ils ne sont pas là pour ça, mais ils doivent apprendre comment elle fonctionne car après tout, peu importe de quel côté du barreau on est, tous travailleront avec la police plus tard. Lorsqu'ils auront leur insigne, on leur souhaite.

En compagnie de quelques-uns de ses collègues du commissariat et ceux du Bureau de procureur, Reika était finalement rentrée dans l'amphithéâtre. Pour le moment, le bâtiment était totalement comme dans ses souvenirs et la salle ne fit pas exception. Il y avait un peu de tout : procureur, officier, inspecteur, chef, scientifique, médecin légiste... Pour tous les goûts ! Chacun y allait de son commentaire, de son explication liée à son métier... C'était quand même le chef qui garda le monopole, surtout pour expliquer ce qu'il se passait en ce moment. La brune ne voulait pas de futur magistrats corrompus. Elle se contentait d'écouter son chef et d'acquiescer. Après tout, elle ne pouvait qu'être d'accord, c'était son supérieur.

Le temps passait et une fois que tout le monde avait fini sa présentation, elle y comprit, le groupe d'intervenants sorti de la pièce à la suite des élèves. Reika espérait qu'ils avaient bien compris le poids qu'ils allaient avoir sur les épaules et les différents rôles de la police. Oui, c'est important cela aussi ! Alors que certains de ses collègues allaient chercher à boire ou à manger, prendre l'air ou bien encore fumer, la japonaise se contenta de rester dans le couloir un temps. Cela faisait peu de temps qu'elle était revenue en ville mais pourtant, elle ne cherchait pas plus le contact que cela. Il serait temps qu'elle côtoie davantage ses collègues ! C'est bien de mieux connaître avec qui on travaille, surtout qu'elle n'avait pas trop d'affaires en cours en ce moment. C'était bien ennuyeux ça d'ailleurs, mais avec Gant aux commandes, tout allait très vite. C'était peut-être une bonne chose, l'inspectrice ne savait pas trop quoi en penser. Elle ne connaissait pas assez le passé du commissaire mais une chose est sûre : ce type est intimidant et elle ne penserait jamais à le remettre en question. Elle tient à la vie !

Pendant qu'elle attendait on ne sait trop quoi, elle remarqua l'un de ses collègues éloignés sortir. Il l'avait marquée en tout cas ! Peut-être son style, sa façon de parler ou ses études... Premier de sa classe pendant toute sa promotion c'était quand même un exploit ! L'inverse de l'asiatique, elle passait toujours à la limite chaque année. Elle avait entendu très peu parler de lui, mais le peu était l'histoire d'un jeune garçon un peu maladroit et pas très sûr de lui. Mais après, la brune aime bien avoir son propre avis. Et puis, sérieusement, on ne peut pas devenir procureur aussi jeune et avec un si bon parcours scolaire sans être un génie pas vrai ? Cependant, Reika essaya de ne pas trop laissé ses émotions transparaître même si on pouvait quand même deviner qu'elle était un peu troublée. Cela ne l'empêchait pas d'arborer son éternel sourire. Après tout, il n'y avait pas de raison de faire la tête, pas vrai ?

« Je suis impressionnée ! Vous êtes vraiment très fort ! Votre parcours ici est un véritable exemple pour tous. » finit-elle par dire pour engager la discussion

Pourtant, son parcours semblait un peu opposé à son caractère. Sur scène, il avait l'air à la fois confiant et stressé. Elle ne pensait rien là-dessus. Elle comprenait qu'à son âge on puisse encore être un peu mal à l'aise, même s'il n'est pas tout nouveau et qu'il a autant d'expérience que la brune, en beaucoup plus jeune. Enfin, ce n'est peut-être pas plus mal comme ça ! Il y a pas mal de procureurs coincés, ultra stricts ou un peu stupides... Et oui, désolée de cracher sur ses collègues, mais elle le pensait vraiment pour certains. Heureusement, ce n'était pas la majorité ! Sebastian lui était hors-catégorie pour le moment, tant qu'elle n'en savait pas plus sur lui. C'est toujours bizarre pour elle de se dire qu'elle est aux commandes d'un plus jeune qu'elle ! Bien que dans le fond, elle n'est attitrée à aucun procureur en particulier. Elle vient d'arriver et ne sait toujours pas mettre des noms sur tous les visages de la police et du Bureau. C'est horrible, il ne faut surtout pas qu'elle se retrouve en face d'un inconnu, genre le chef des inspecteurs ! C'est qui déjà ? Elle ne savait pas. Elle connaissait le nom du procureur général et du commissaire, c'est déjà pas mal non ? Arrêtant de réfléchir à tout et n'importe quoi, Reika tenta une nouvelle fois de faire la discussion. Elle verra vite si cela dérange son partenaire ou pas ! Si oui, elle fuira loin rejoindre les autres en mode ni vue ni connue. Ou ira-t-elle parler aux autres élèves ? On ne sait, pour le moment, la brune se concentra sur cette discussion.

« Cela fait longtemps que vous êtes ici, dans cette ville ? Vous êtes... Jeune pour un procureur ! Vous avez commencé très tôt c'est épatant ! Cela m'a grandement étonnée quand vous vous êtes présenté. »

Et pourtant des prodiges ce n'est pas ce qu'il manquait au Bureau des procureurs. Par contre dans la police y en avait pas. Les gens sont moins intéressés et il n'y a pas la super école Thétis spécialisée dans la police. Reika se contentait de se tenir contre le mur, droite, tout en regardant son jeune collègue. Bon elle n'est pas super vieille non plus, loin de là (n'est-ce pas ?) mais elle n'avait pas l'habitude encore de côtoyer tant de monde inconnu. Toujours connaître avec qui on travaille, c'est très important. Et puis la japonaise était sociable, il ne restait qu'à espérer que son interlocuteur aussi.


 © Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Modérateur
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 189
Médailles :
Sam 24 Sep - 23:38
L'académie Themis. Un endroit dont Sebastian ne se souvenait que trop bien, puisque c'était là qu'il avait fait ses études. C'était là qu'il avait obtenu son uniforme ainsi que sa veste fétiches, qu'il n'avait toujours pas quitté depuis toutes ces années. Tellement de souvenirs lui revenaient en mémoire, aussi bien les meilleurs que les pires. Mais s'il était présent aujourd'hui, ce n'était pas pour le plaisir, ou pour passer une visite de courtoisie à ses anciens professeurs comme certaines personnes ont l'habitude de faire : Il avait été invité à participer à sa plus grande surprise à une conférence et à y donner un discours. Il n'était pas le seul d'ailleurs, plusieurs autres personnes avaient aussi répondu à l'appel, aussi bien des procureurs que des inspecteurs... Même s'il ne connaissait pas toutes les personnes présentes, elles avaient toutes un lien avec la loi, et tous ensemble, leur but était de faire de la prévention. Ils allaient aussi présenter leurs professions, mais ce n'était pas forcément leur but principal.

En rentrant dans l’amphithéâtre, Sebastian ne put s'empêcher de constater que rien n'avait changé : Le bâtiment était toujours aussi resplendissant que par le passé, et les amphithéâtres apparemment toujours aussi remplis ! Certes, c'était pour une conférence, mais en jetant un rapide coup d’œil dans les rangs, il ne vit aucune place de libre. Visiblement, l'académie était toujours aussi fréquentée.
Il s'installa à côté de ses collègues sur l'estrade au centre de la salle, puis laissa le chef de la présentation diriger l'intervention. Tout allait pour le mieux, mais malgré tout, Sebastian commençait à se sentir de plus en plus stressé. En effet, les autres membres invités passaient chacun leur tour pour parler un peu d'eux, de leurs carrières, raconter leurs expériences, etc. Jusqu'au moment où ce fut à son tour de prendre la parole. Il se dirigea d'un pas un peu tremblant vers le micro, puis le prit dans ses main. À ce moment, il ne pouvait s'empêcher de sentir tous les regards braqués sur lui : “C'est pas le moment de flancher”, se disait-il.

- Avant de commencer, j'aimerais préciser que c'est un honneur pour moi d'être présent ici et de participer à cette conférence. Je ne pensais pas être invité aussi tôt dans une intervention de ce genre, et je tiens à remercier ceux qui ont voulu que j'en fasse partie. Mon nom est Sebastian Debeste, j'ai 23 ans et je suis procureur depuis mes 17 ans. Comme vous pouvez le voir de par ma tenue, j'ai étudié ici, à l'académie Themis, pour avoir mon badge.

Ça n'avait pas l'air d'être un trop mauvais début, pensait-il. Il continua :

- J'aimerais vous dire à tous, que peu importe qui vous êtes, vos résultats qu'ils soient bons ou mauvais : Vous êtes tous présents ici car vous le méritez. Vous souhaitez pour la plupart devenir des avocats ou des procureur, et j'ai un conseil à vous donner : Trouvez votre voie et les raisons pour lesquelles vous souhaitez vraiment le devenir, et le chemin sera bien moins difficile pour vous.  Je parle avec ma propre expérience ici. En effet, j'ai toujours eu les meilleurs résultats de ma promotion à l'époque de mes études ce qui m'a valu plusieurs récompenses, mais ce n'est pas ce qui importe. Quand j'ai eu mon badge, et par la suite, j'ai eu une passe difficile parce que je n'avais pas forcément pensé aux raisons de ce choix de carrière. Heureusement, j'ai finalement trouvé les réponses à ces questions et c'est ce qui a fait de moi la personne que je suis maintenant.

Sur ces derniers mots, il rendit le micro au chef de la conférence, le stress en lui avait laissé place à une certaine confiance. Même si ça n'était peut-être pas le cas pour les autres, il avait à ses yeux réussi à faire un bon discours.
La conférence continua son cours, et une fois que les dernières personnes invitées firent leurs propres discours, tout le monde quitta la salle. D'abord les élèves, puis ensuite Sebastian ainsi que les autres participants de l'intervention.

En sortant, la première chose que Sebastian décida de faire fut d'aller chercher une bouteille d'eau au distributeur le plus proche. Ce qui tombait bien, puisque si ses souvenirs étaient bons, il y en avait un au bout de ce couloir ! Il commença à se diriger vers le fond du couloir quand il entendit une voix l'interpeller :

« Je suis impressionnée ! Vous êtes vraiment très fort ! Votre parcours ici est un véritable exemple pour tous. »

Il se retourna et fit face à son interlocutrice : Une jeune femme brune, probablement typée asiatique à en juger par son visage. Le jeune homme l'avait déjà vu : Elle faisait en effet partie des participants lors de l'intervention, et était une des premières à avoir fait son discours. Malgré tout, il ne lui avait jamais parlé avant. Sebastian n'eut même pas le temps de dire la moindre chose avant qu'elle continua :

« Cela fait longtemps que vous êtes ici, dans cette ville ? Vous êtes... Jeune pour un procureur ! Vous avez commencé très tôt c'est épatant ! Cela m'a grandement étonnée quand vous vous êtes présenté. »

En l'entendant parler, il avait l'impression qu'il était un génie à ses yeux. N'importe qui se serait senti flatté, mais Sebastian savait que ça n'était pas vrai, bien au contraire. Il ne savait pas trop comment répondre, mais il allait devoir le faire. C'était la moindre des choses, il n'allait pas l'ignorer et aller chercher de l'eau comme si de rien n'était.

- V-Vous trouvez ? Je vous avoue qu'il y a des procureurs avec des parcours bien plus exemplaires que le mien, Mademoiselle... Yukama, c'est ça ?

Il pouvait citer bon nombre de procureurs qui, à ses yeux, sont plus des exemples que lui : Benjamin Hunter, Franziska Von Karma... Bon, c'était les deux seuls noms qui lui venaient en tête à ce moment, mais il pourrait clairement en trouver d'autres s'il y réfléchissait un petit peu. Mais ce n'était pas le sujet de la conversation.

- Ça fait quelques années que je vis dans la zone, et... Oui, je suppose que je suis plutôt jeune pour un procureur, surtout si on prend en compte l'âge que j'avais au début de ma carrière ! En tout cas, je dois vous avouer que je suis surpris de vous entendre dire ça !

Il se sentait gêné au point qu'il pouvait sentir son visage rougir. Il passa sa main dans l'arrière de ses cheveux, et attendait de voir comment elle allait lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Reika Yukama
Inspectrice
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 31 ans
Fiche du Personnage : Fiche de Reika
Messages : 29
Ven 2 Déc - 21:01



















 ❝ Le petit prodige ❞
feat Sebastian




Le couloir n'était pas forcément l'endroit le plus adapté pour rencontrer des gens et pourtant, c'était bien là que Reika avait décidé d'entreprendre une conversation. Étrange pourtant, elle aurait pu attendre plus tard un moment plus convenable. Mais y avait-elle pensé ? Ce n'était même pas sûr. En tout cas, sa cible aujourd'hui était le jeune procureur, quoiqu'il n'était pas forcément si jeune mais par rapport à la japonaise, c'était le cas. Ne pas dire qu'elle est vieille par contre, ce n'est pas vrai. Elle est dans la moyenne des inspecteurs ! Toujours est il que la jeune femme avait décidé d'interrompre Sebastian dans sa quête d'elle ne savait trop quoi. Évidemment qu'il n'allait pas rester dans le couloir sans raison, à part celle d'attendre quelqu'un, il ne semblait pas y en avoir d'autre légitime. La brune faisait videuse en sens inverse, elle empêchait les gens de sortir. Etrange en effet, mais pour une policière ce n'était pas si anodin. Sauf que la raison n'était pas du tout celle-ci. Non, elle souhaitait juste interpeller le procureur car son histoire l'avait intéressé. N'empêche avoir son badge à 17 ans... Reika n'arrivait pas à savoir exactement comment il avait pu réussir un tel exploit que celui de finir encore plus tôt qu'elle avait commencé ses études à l'académie. Mais de toute manière, elle avait l'habitude des prodiges. Et même si elle était admirative, elle ne les enviait guère. Surtout que les trois quarts prennent la grosse tête alors qu'ils ont été pistonnés. Sauf que Reika ne se préoccupait pas plus de ce détail que cela, même si cela l'agaçait, elle gardait ses pensées dans sa tête, rien que pour elle. Elle jugera par autre chose qu'un simple discours dans le cas de Sebastian.

D'ailleurs, une fois qu'elle avait fini ses questions, elle laissa le jeune homme répondre, bien que de toute manière elle n'avait rien à ajouter dans l'immédiat. Lorsque celui-ci parla de procureurs plus exemplaires que lui, elle ne put que rigoler un peu. Non pas pour se moquer, mais il faut croire qu'exemplaire n'est pas forcément le mot qu'elle aurait choisi pour qualifier les procureurs auxquels elle pensait. Notamment ceux qui ont commencé à travailler alors qu'elle débutait seulement ses études pour sa part. Reika pensait surtout à tous qui sont liés de près ou de loin au vieux procureur Von Karma. Lui en tout cas il n'y avait rien à lui envier ! Et puis elle pensait que c'étaient plus les relations et l'aide qu'ils avaient reçu qui leur valait leur... mérite. Même si elle s'était promis de ne pas juger, c'était compliqué d'évincer toutes ses pensées. D'ailleurs, elle ne connaissait pas trop Sebastian mais peut-être que lui aussi faisait partie du groupe des « mes parents m'aident à devenir le meilleur ». Non parce que sincèrement, devenir procureur à 13 ans alors que les gens normaux sont au collège... C'était de la connerie. Quelle enfance en plus. C'était certain, la japonaise ne leur enviait rien. De l'admiration, sans plus. Surtout qu'à cet âge, il n'est même pas sûr que les enfants captent vraiment ce qu'il se passe. Tout vient des parents, dans la logique de l'inspectrice du moins.

« Oui c'est cela. Plus exemplaire... Je ne sais pas exactement à quoi ni qui vous faites référence, mais sachez que devenir procureur tôt ne signifie pas d'être meilleur. Ce n'est pas une course, même si je crois que certains comprennent ça comme un moyen de se démarquer et de battre ce pseudo record. »

Elle soupira. Oui cette idée la rendait malade. Mais elle comprit très vite qu'en parlant de ça, elle mettait un peu Sebastian dans le même panier. Oui, on avait vu mieux pour engager une discussion qu'en critiquant plutôt ouvertement. Surtout que Reika n'aimait pas critiquer, mais elle avait vraiment du mal avec cette philosophie. Elle aussi a étudié à Thémis, elle aussi a fréquenté des personnes très jeunes (dont elle ne faisait pas du tout partie). Peut-être que ce léger mépris venait du fait qu'elle avait échoué face à des personnes qui avaient parfois cinq ans de moins qu'elle ? Rien n'est moins sûr. Mais on ne peut pas tout dévoiler maintenant. En tout cas, une chose qu'elle avait compris était que les enseignements différaient énormément en fonction des pays, elle l'avait appris de certains de ses collègues ou simplement amis. Bien évidemment que cela dépend des relations et du milieu social aussi, ce sera trop beau que d'imaginer que la justice ne fonctionnait qu'en terme de talent. Et on appelle ça la justice ? Quelle ironie. Et dire que même en sachant tout cela, en sachant comme se passaient les procès, les enquêtes dont elle avait pu faire partie, Reika continuait de croire même si ce n'est qu'un peu à cet idéal lointain de justice. Ah, dire qu'elle est encore si naïve à son âge. Surtout que venant des échos qu'elle a eut, ce n'est pas dans ce quartier que cela s'arrangerait, il suffit de voir le commissaire. Sauf que ce n'est que du blabla pour le moment, elle attend de voir ça de ses propres yeux, pas seulement des ouïs dires. Mais elle avait de l'espoir quand même, cela finirait bien par changer un jour !

« Enfin... Pourquoi, ou plutôt comment êtes-vous devenu procureur aussi jeune ? Comment avez-vous réussi à faire vos études aussi vite ? C'est ça que j'admire, c'est incroyable de tout faire aussi rapidement. Mais peut-être avez-vous eu un cursus particulier ? » demanda-t-elle, intriguée

Par ailleurs, il est possible qu'ils aient été dans l'académie au même moment ? Pas dans le même groupe en tout cas, Reika avait presque 10 ans de plus. Et en plus elle suivait les études pour avocat. En somme, ils n'ont vraiment pas grand-chose en commun. Seule l'académie les mettaient en commun, du moins pour le moment, mais peut-être qu'ils vont se découvrir d'autres intérêts commun ? Si ça intéresse quelqu'un. L'asiatique n'était pas contre faire connaissance ! C'est toujours utile d'avoir des contacts dans ce genre de métier. Et puis la brune était juste sociable, il ne faut pas chercher plus loin, aucune raison particulière. Peut-être que cela peut étonner mais cela existe les gens qui aiment parler ! En regardant la réaction du jeune procureur, l'asiatique ne voyait, pour le moment, rien de méchant ou de négatif chez lui. Il semblait plutôt honnête et pas spécialement froid ni hautain. Après elle le voit comme ça aujourd'hui, il a probablement évolué depuis ses débuts, comme il l'a indiqué pendant son discours.

« 17 ans... Je n'étais même pas encore ici à cet âge, c'est pour vous dire ! En tout cas moi je suis nouvelle ici depuis que je travaille comme inspectrice. On se croisera peut-être à l'avenir qui sait. » finit-elle en souriant

Bon ce n'était pas totalement vrai, elle avait 17 ans et 11 mois quand elle est arrivée à l'école. C'est presque 18 mais encore 17. Sauf que là, c'est ce qui s'appelle chipoter pour pas grand-chose. Reika aimait bien et puis de toute façon, son interlocuteur n'avait aucun moyen de vérifier. Et puis tout le monde s'en fiche ! Par contre il ne semblait pas très à l'aise dites donc ! En voyant Sebastian rougir, la brune eut pour réflexe de sourire grandement, mais loin de là l'idée de se moquer, attention. Quoi, serait-elle la première à lui faire ce compliment ? Ou était-il simplement timide ? Ou très émotif ? Quoiqu'il en soit, c'était légèrement comique cette réaction.


 © Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Modérateur
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 189
Médailles :
Mar 6 Déc - 14:06
À en juger par sa réaction, Reika n'avait pas l'air de porter les procureurs de génie dans son cœur, et ça se ressentait aussi dans son discours. Et au final, elle n'avait pas vraiment tort. On avait déjà vu bien assez de « prodiges » au fil des années, et de plus en plus jeunes. Ça faisait presque peur : Peut-on vraiment être apte à pratiquer un métier avec d'aussi lourdes responsabilités aussi jeune ? Il ne pouvait pas en être sûr à cent pour cent, Sebastian sentait que c'était aussi une des critiques que l'inspectrice avait à faire à ce sujet. Et malgré des remarques plutôt négatives, elle n'avait pas l'air de voir Sebastian d'un mauvais œil. Au contraire, elle était même intéressée par son parcours et comment il avait bien pu être diplômé à 17 ans quand elle n'étudiait pas encore ici...Une minute. C'était une ancienne étudiante à Themis, elle aussi ? Le jeune homme comptait bien lui poser la question tôt ou tard.

Il était quand même plus que gêné par la façon dont Reika le voyait. Elle n'était pas donc pas au courant ? Bon, après, il y a eu des événements bien plus importants à l'époque et en conséquence ça n'a sûrement pas du faire beaucoup de bruit, mais quand même. C'était la même année que celle où « l'âge sombre de la loi » avait commencé. Et pour être honnête, Sebastian n'avait pas vraiment envie d'en parler. Il n'avait pas envie qu'on mentionne toujours ce qu'il s'était passé quand il avait 17 ans quand on parlait de lui, tout comme il n'avait pas envie d'y revenir encore et encore. « Grandis un peu, enfin !», se disait-il. Il fallait aller de l'avant à un moment ou à un autre.

- Hé bien... Mon père m'a beaucoup aidé à l'époque, puisqu'il était ex-procureur en chef. Peut-être même trop, d'ailleurs. C'est pour ça que j'ai gravi les échelons aussi vite, en fait.

Bon, ça n'était pas totalement honnête dit comme ça, mais ça n'était pas totalement faux non plus. Et puis, si Reika voulait vraiment en apprendre plus à ce sujet, elle insistera sûrement sur ça. Pour l'instant, Sebastian s'en tiendra à ça. Même si pour être franc, ça ne le gênerait pas tant que ça de lui raconter toute l'histoire. Oui, il y a quelques instants à peine il se disait qu'il fallait qu'il passe à autre chose. Mais... Il sentait qu'il pouvait lui dire, qu'elle pourrait comprendre le pourquoi du comment. Elle n'avait pas l'air d'être du genre à le juger ou quelque chose de la sorte.

- Il y a une question qui me trotte en tête. Vous avez étudié ici, à Themis ? Je n'avais pas la moindre idée qu'il y avait un cursus spécialement pour les futurs membres des forces de l'ordre...

Aussi loin qu'il pouvait se souvenir, il n'y avait jamais eu de formation pour les inspecteurs en devenir à Themis. Bon, il pouvait y avoir plusieurs explications à ça. Elle avait pu été rajoutée après qu'il ait quitté l'académie, ou bien il n'en avait juste jamais entendu parler... Mais c'était bizarre dans tout les cas : Themis était réputée pour former des juristes, pas des policiers. Peut-être les gens à la tête avaient décidé d'élargir leur champ d'action et de créer des filières dédiées à ces derniers ? La possibilité n'était pas à écarter, et ça avait du sens. Procureurs, avocats, juges, policiers... Même si tous ces groupes ne sont pas forcément du même côté, ils devaient quand même travailler de concert sur toutes sortes d'affaires, donc c'était loin d'être idiot.

- ...Et vous êtes vraiment nouvelle dans le métier ? Je ne l'aurai pas deviné vu votre discours. Mais oui, on sera sûrement voués à travailler ensemble à un moment ou à un autre dans notre carrière ! Et qui sait, peut-être que ce jour arrivera plus vite qu'on ne le croit ?

Le sourire qu'elle affichait sur son visage s'était aussi dessiné sur celui de Sebastian, par dessus ses joues toujours un peu rouges. C'était une des choses que le jeune homme avait toujours apprécié, travailler en groupe. Alors l'idée d'avoir à travailler avec l'inspectrice Yukama dans le futur... Ça ne lui déplaisait guère, au contraire !
Revenir en haut Aller en bas
Reika Yukama
Inspectrice
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 31 ans
Fiche du Personnage : Fiche de Reika
Messages : 29
Sam 28 Jan - 19:47



















 ❝ Le petit prodige ❞
feat Sebastian




Une chose est sûre, dans les métiers de la justice, les relations aident toujours. Surtout quand on est au Barreau ou chez les avocats, c'est un peu moins vrai chez les policiers. Enfin, moins vrai quand on est dans les échelons les plus bas sinon, c'est exactement pareil ! On a déjà vu plein de preuves comme cela, à croire que c'était un peu récurrent dans ce quartier. Mais où Reika venait-elle de mettre les pieds ? Dans le monde de la corruption la plus totale ? Elle avait été mutée pour devenir une vraie inspectrice, chose qu'elle appréciait évidemment, mais on ne lui avait pas donné le choix de la destination. Enfin, c'était toujours mieux que sa campagne perdue où il n'y avait pas grand-chose à faire et autant dire que d'être ici la changeait grandement. Plus d'action, plus d'affaires, plus de complexité aussi. Aucun rapport avec sa vie précédente mais un bon moyen d'évoluer ! Et toute seule, na ! Après, Reika n'avait jamais trop compris pourquoi une policière d'une petite bourgade avait été mutée dans un commissariat aussi immense et important du pays. Surtout que ce n'est pas du tout la meilleure de son ancien commissariat, enfin elle était plutôt douée parmi les officiers mais ce n'était qu'un ''petit'' grade. Bon on va dire que c'est parce que c'est calme en ce moment ! C'est ce qui se dit en tout cas.

Fils de l'ex-procureur en chef hein ? Attendez à quelle époque ? Sebastian Debeste, hm... Sans doute qu'elle devait connaître l'ancien procureur si elle était au moins dans ses études non ? Même si ce n'était absolument pas une personne liée à son cursus scolaire, une personne d'un tel niveau doit forcément être connue, pas vrai ? Reika croisa les bras, l'une de ses mains posée sous le menton, ses yeux admirant le plafond. La brune réfléchit intensément. Elle devait bien en avoir entendu parler n'est-ce pas, alors pourquoi elle ne s'en souvenait pas ? La mémoire ce n'est pas ça, mais alors pas du tout du tout. Ngh. Elle allait finit par s'arracher les cheveux. Debeste chose... Chose Debeste... Pff ! Pas moyen ! Reika devait être dans les vapes à ce moment-là de l'histoire sûrement pas si vieille que cela. Félicitations !

« Dites... Ma question va être stupide, je sais que je connais la réponse mais je ne me souviens pas... Il s'appelle comment votre père ? »

Voilà c'est dit. Reika se tourmentait l'esprit, creusant dans le sol et ouvrant tous les tiroirs disposés dans son cerveau mais... Rien d'intéressant. Trop de choses, il va falloir faire un rangement interne des informations. Mettant les mains sur les hanches, Reika soupira, agacée. Ça craint ! En tout cas elle avait compris une chose, c'était grâce à son père qu'il avait réussi à grimper aussi vite. Ça lui rappelait quelqu'un d'autre tiens. Une question lui vint soudainement à l'esprit alors elle la posa immédiatement.

« Juste pour savoir... C'est vous qui vouliez devenir procureur ? Ou plutôt votre père qui voulait que vous deveniez comme lui ? »

Question vitale et super extrêmement importante. C'est vrai à 17 ans, enfin un peu avant, est-ce qu'on sait ce qu'on veut faire plus tard ? Après c'est courant chez les enfants de vouloir faire comme leurs parents, mais Sebastian devait être quand même assez grand pour choisir tout seul. Reika se demandait quand même de qui venait vraiment cette idée d'orientation. Elle se demandait aussi s'il ''méritait'' d'être procureur aussi jeune, c'est-à-dire s'il avait vraiment le talent pour ou s'il n'y avait vraiment uniquement que du piston derrière. Mais ça, elle le découvrira par elle même. Lâchant les bras, la japonaise écouta attentivement la question suivante du procureur. Évidemment, elle se doutait qu'il allait bien demander un jour.

« Ahah non ce cursus n'existait pas et il n'existe toujours pas d'ailleurs. J'ai fait mes études dans le cursus des avocats mais malheureusement, je n'ai pas réussi le concours final. J'ai donc changé de voie à la suite de cela. » dit-elle calmement, souriante

Tout un mythe qui s'effondre ! C'est un truc qu'elle évitait de raconter en général, pas qu'elle n'assumait pas d'avoir échoué au concours mais c'est plutôt sa réaction de fuite immédiate dont elle avait honte. Elle aurait pu réessayer l'année d'après mais non, elle avait abandonné. Voilà pourquoi elle se contentait de raconter son histoire à partir de son arrivée en tant qu'officier dans une petite ville pas très loin de la capitale, mais suffisamment pour avoir été écartée des scandales de celle-ci. Après, ce genre de chose court vite les rues.

« Nouvelle... Pas vraiment. Enfin, j'ai été promue il y a quelques mois seulement, je viens d'arriver en ville il y a quelques semaines, peu de temps après ma promotion en somme. Mais avant j'étais officier pendant... Presque sept ans. » répondit-elle

Et oui, elle n'a pas évolué très vite, rester sept ans dans le même métier, au même grade, ce n'est pas très glorieux. Mais quand on est dans un quartier calme, il n'y a pas d'actions héroïques qui vous font monter en puissance d'un coup. N'empêche, elle est nouvelle ici et est dans cette nouvelle dynamique qui est celle du commissariat de la ville, surtout depuis que Damien Gant est de retour. Cela collait à peu près à l'arrivée de Reika dans le bâtiment. Était-ce lié ? Il y avait des chances car c'est à cette occasion qu'il y a eu une belle vague de recrutements. Espérons qu'ils ont les moyens ! En tout cas, le salaire de Reika n'avait pas changé entre son ancienne ville et ici pour le même poste. Dommage ! Les sous, c'est important. Bon ce n'est pas en étant inspectrice qu'elle sera riche mais voilà.

En tout cas, Sebastian semblait un peu moins mal à l'aise qu'au début de la conversation. Est-ce que Reika avait réussi à le mettre en confiance ? Ce serait un exploit vu comment elle a commencé la discussion, de la manière la moins rassurante possible. Bien que des fois son attitude trahissait ses pensées, elle n'avait jamais eu l'intention de déstabiliser le jeune procureur. On va juste dire qu'elle n'est pas toujours très douée.

« En ce moment les affaires vont bon train mais elles sont résolues très vite, parfois il n'y a même pas de procès pour les affaires jugées basiques et faciles. Enfin, le jugement ne vient pas de moi bien sûr. Je n'ai encore jamais mis les pieds dans un tribunal pour une affaire dont j'avais la charge. »

Il y avait l'investigation, l'écoute des témoins et des accusés... Puis c'est tout. En deux jours ce fus clos et ce à chaque fois que Reika eut affaire à une enquête depuis son arrivée. Au moins on ne pouvait pas dire qu'ils étaient lents mais bon, elle trouvait les jugements un peu hâtifs des fois. Le plus souvent il y avait des accords entre les avocats et procureurs pour éviter un procès mais des fois, il n'y avait même pas d'avocat. Vraiment étrange. Mais bon, elle ne disait rien bien qu'elle y pensait beaucoup. Se remémorant les choses, elle regarda ensuite de nouveau Sebastian. Elle en avait déjà beaucoup trop dit. Elle arrêta donc de déblatérer pour le moment et regarda son interlocuteur toujours un peu rouge. Héhé, pauvre petit, il est assorti à sa veste !


 © Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Modérateur
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 189
Médailles :
Mar 14 Fév - 10:42
La discussion était maintenant partie sur les raisons pour lesquelles ils avaient décidé d'exercer leurs métiers respectifs. En même temps, à moins d'être un véritable génie, on ne devient pas juriste sur un coup de tête, et encore moins si l'on n'a pas de motivation à le devenir... Après quelques années, c'était un concept que Sebastian avait enfin assimilé, lui qui était devenu procureur un peu prématurément sans vraiment réfléchir à des questions de ce genre. Était-il vraiment bien placé pour en parler, par contre ? Pas sûr. Il avait peut-être quelques années d'expérience sous le coude, mais au fond il restait quand même un jeunot.
Reika s'interrogeait sur ce qui l'avait poussé à obtenir son badge ainsi que sur son père, qu'elle ne connaissait visiblement pas.

- Mon père ? C'est Blaise Debeste. Si ça peut vous aider à vous resituer, c'était lui qui occupait le poste de procureur en chef quand Manfred Von Karma exerçait encore en tant que procureur.

Manfred Von Karma... Un nom de « légende » qu'il avait vu dans ses livres d'histoire de Droit il y a déjà plusieurs années, et qu'il avait revu plus récemment en se replongeant dans le sujet il y a peu. C'était le mieux qu'il pouvait faire pour l'aider à voir qui était Blaise. Après, peut-être qu'elle ne savait juste pas, et il ne pouvait pas forcément lui en vouloir. Même s'il était lui-même procureur et qu'il travaillait de concert avec la police, Sebastian était incapable de retenir les chefs de la police.

- Pour ce qui m'a poussé à devenir procureur, mon père était un modèle pour moi quand j'étais plus jeune, mais j'ai choisi de le devenir de moi-même. Surtout pour qu'il soit fier de moi, pour être franc.

Il n'y avait pas grand-chose derrière les motivations de Sebastian, au contraire. Peut-être y allait-il avoir quelque chose de plus consistant pour celles de Reika ?

Elle lui expliqua donc qu'il n'y avait pas de nouveau cursus à Themis. En fait, au départ, Reika s'était inscrite dans le cursus des avocats mais à raté l'examen final, puis elle a décidé de se reconvertir en tant qu'inspectrice. Pourquoi pas, après tout : Peut-être qu'elle s'était rendu compte que ce n'était pas exactement ce qu'elle souhaitait faire et qu'elle à donc changé de voie ? Ça ne le regardait pas forcément. Dans tout les cas, elle n'avait pas l'air de mal le vivre à voir son sourire.

C'est à ce moment que la brune lui expliqua qu'elle n'était pas nouvelle. Enfin, oui, mais non. Elle était devenue inspectrice il n'y a pas si longtemps que ça, mais elle était au rang d'officier pendant 7 ans avant d'être mutée ici. 7 ans ? Puis après ça elle est devenue inspectrice ? Sebastian ne put s'empêcher de retenir sa surprise, ce qui se vit non seulement au niveau de son expression mais aussi au niveau de sa mèche de cheveux, maintenant droite comme un piquet. Clairement, elle avait de l'expérience.

- Je... Je n'aurais jamais cru que vous exerciez depuis si longtemps. Vous faites plutôt jeune pour une femme qui a travaillé pendant aussi longtemps comme officier et qui est maintenant inspectrice !

Reika se mit ensuite à expliquer son ressenti sur le traitement des affaires à l'heure actuelle. Sebastian n'était pas forcément surpris par ce qu'elle racontait. Des jugements à la va-vite ? Des affaires réglées sans même tenir un procès ? Il pouvait se reconnaître dans le premier cas, puisqu'il avait souvent tendance à pointer du doigt un coupable de façon hâtive lors de ses débuts, mais ne pas faire de procès... ? C'était clairement anormal, mais dans l'âge sombre de la Loi... C'était chose courante. Enfin, il supposait.

Il y avait quand même des choses louches dans le système. En arrivant ici, Sebastian avait entendu parler d'un ancien détenu qui avait réussi à se hisser au stade de chef de la police, et qui serait potentiellement responsable. Ce n'était que des rumeurs et il avait vu ça dans le journal une fois, donc il n'avait pas de réelles preuves. Mais Reika travaillait dans le milieu, elle. C'était donc l'occasion parfaite pour savoir si c'était bel et bien des rumeurs.

- D'ailleurs, vu que vous êtes inspectrice... Ces rumeurs sur le chef de la police, un certain Gant, elles sont vraies ? C'est vraiment un ancien meurtrier ?

Il ne comptait pas vraiment essayer de faire tomber Gant si ça s'avérait vrai. De toute façon, il n'était qu'un procureur lambda, et il y avait beaucoup de personnes plus qualifiées pour s'en occuper. Tout ce qu'il voulait savoir, c'était si le système était corrompu au point de placer un criminel en position de pouvoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Reika Yukama
Inspectrice
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 31 ans
Fiche du Personnage : Fiche de Reika
Messages : 29
Mer 26 Juil - 2:47



















 ❝ Le petit prodige ❞
feat Sebastian




Comment était-ce possible d'avoir aussi peu de mémoire ? On se demandait si elle habitait bien dans ce pays. Il est vrai qu'elle a connu à une époque des allers-retours récurrents entre la France et le Japon, si bien qu'elle commençait à mélanger un peu ce qu'il se passait dans la réalité, son esprit ayant du mal parfois à faire la différence entre les représentants de la loi en France et ceux de son pays d'origine. Heureusement, comme elle bougeait moins ces dernières années, il était un peu plus simple pour elle de s'y retrouver. Toujours est-il que pour mettre un nom sur un titre d'il y a un petit paquet d'années, c'était plus compliqué... Cependant, Sebastian ne sembla pas lui en tenir spécialement rigueur. Lorsqu'il lui donna le nom de son père avec en bonus un repaire temporel, la jeune femme eut une sorte de révélation. Ah ! Ne faignant pas sa surprise, la brune acquiesça aux paroles du procureur. C'est bon, elle se souvenait maintenant, bien sûr qu'elle en avait entendu parler de cet homme. Et comme bien trop souvent, quand on entend parler de vous, ce n'est pas en bien ni pour de bonnes raisons. La seule chose dont elle se souvenait clairement, c'était de son arrestation il y a bien des années maintenant, le temps passe vite. Histoire de marché noir, de manipulation et falsification de preuve... Quelqu'un qui avait bien profité de son statut pour faire de telles choses. Cela rappelait à Reika une certaine personne de retour.

Quand à Manfred von Karma, elle ne l'avait jamais rencontré et que ce n'était pas une perte ! Il a quitté ce monde de toute manière donc elle ne le verra jamais. Ce qui ne lui déplaisait pas forcément, ce n'était pas trop une personne avec qui elle aurait voulu travailler, vu toutes les histoires qu'il y a eu derrière ses verdicts coupables ''parfaits''. Heureusement que cette tyrannie est finie... Du moins, c'est ce que beaucoup pensaient, mais il semblerait qu'il y ait des repreneurs. Pour en revenir à Blaise, la jeune femme se disait que si les deux travaillaient ensemble, ce devait être un enfer pour les policiers et les avocats... Gloups ! Et donc Sebastian était le fils de cet homme ? Hm, voilà qui donne matière à réfléchir. L'inspectrice croisa les bras un instant, fixant le jeune homme en face d'elle.

« Hm... Hm... Oui je vois qui c'est maintenant que vous le dites. Quel drôle de duo cela devait être lorsqu'ils exerçaient ensemble... On n'en entend pas vraiment des belles à propos d'eux de nos jours. Ils représentent plutôt le mal et la dérive de ce que j'en ai compris moi-même. Quelque chose que j'espère il n'arrivera plus. » dit-elle en croisant les bras

Elle marqua une pause, soupirant un peu. Elle était perplexe, en repensant à cette histoire et à ces personnes, autant dire que ce n'étaient pas de bons souvenirs qui remontaient en tête. Un Bureau du procureur bien corrompu à cette époque, quelle tristesse. Mais ne ressassons pas le passé infiniment, il faut se tourner vers l'avenir maintenant et voir cela de façon positive ! Même si un certain commissaire semblait vouloir faire le contraire. Reprenant un sourire pour quitter cette atmosphère qui devenait trop sombre à son goût, surtout dans sa tête, l'inspectrice écouta attentivement les raisons pour lesquelles Sebastian était devenu procureur. Elle ne semblait pas vraiment étonnée, ça lui semblait logique en un sens. Un fils qui veut ressembler à son père, rien d'extraordinaire, c'est plutôt courant et légitime. Après tout pour les enfants, les parents sont des héros, pas vrai ? Du moment que cela était en adéquation avec ce qu'il voulait réellement et ce qu'il lui plaisait, c'était tant mieux. Se forcer à faire quelque chose pour faire plaisir, ceci est beaucoup moins agréable.

« Je vois... Il a été votre inspiration si je puis dire ! Eh bien tant que vous ne devenez pas comme lui, je vous souhaite de continuer ! Aujourd'hui, est-ce que ce métier vous plaît vraiment ? Je veux dire, vous n'avez pas de regrets sur votre choix ? »

Il avait choisi tôt et vite, il s'était accordé avec son père et le voilà procureur. Sauf qu'après avoir vu comment était son père, cela ne l'a-t-il pas quelque peu refroidi ? Même si elle ne le connaissait que peu, Reika avait du mal à imaginer Sebastian vouloir devenir comme son père tel qu'il était réellement. Ou alors elle avait très mal cerné le garçon, ce qui reste possible mais ce serait triste et décevant. Elle grattait un peu, essayant de récupérer davantage d'informations sur le procureur. Pas non plus au point d'en faire une biographie, simplement histoire de dresser le portrait d'une personne avec qui elle sera sans doute à même de travailler avec. Du moment qu'il ne devient pas un mini Blaise, tout va bien ! La japonaise était partie pour s'imaginer des scénarios improbables. Pourtant, ce n'est pas parce que c'est son fils qu'il est pareil, elle ne fait pas ce genre de raccourci.

Maintenant, c'était un peu à son tour d'être soumise au petit interrogatoire. Elle raconta son histoire à Thémis ainsi que son début de carrière qui n'avait absolument rien de spécial ni d'extraordinaire. C'est vrai que maintenant qu'elle y pense, il n'y a pas trop de légendes dans la police... Sauf Gant. Et c'était encore négatif. Elle se serait bien passée de cette pub pour le commissariat où elle venait d'atterrir. Il y a 7 ans, au tout début de son travail, il n'était pas là et c'était tout aussi bien. Bon après elle a vite changé de district mais elle ne s'attendait pas à revenir au beau milieu d'une telle situation. En tout cas, la brune ne manqua pas la surprise du procureur lorsqu'elle avait annoncé qu'elle n'était pas vraiment ce qu'on pourrait qualifier de nouvelle. Néanmoins, elle ne semblait pas bien comprendre cet étonnement soudain. Avait-elle dit quelque chose d'étrange ? Elle écouta la suite des paroles de Sebastian plutôt intriguée, avant de lâcher un petit rire.

« En somme, depuis aussi longtemps que vous à peu près ! Je ne suis pas spécialement en avance sur ma carrière cependant... Et puis je tiens à vous dire qu'à trente ans, on n'est pas vieux ! Mais je prends note du compliment, merci ! »

Rigolant un peu de nouveau, Reika ne savait pas exactement si elle faisait plus jeune que son âge ou si le travail d'inspecteur avait un effet particulier sur le vieillissement des policiers pour qu'elle paraisse jeune pour avoir travaillé si longtemps, il paraît. C'était si long sept ans ? Cela faisait un peu de temps, il est vrai. Il était cependant grand temps d'évoluer et de passer au rang supérieur. Ou alors peut-être qu'en réalité, elle faisait inexpérimentée ? Ce serait compréhensible, elle avait travaillé loin de l'agitation de la ville jusqu'à maintenant donc autant dire qu'elle était un peu perdue entre ses nouveaux collègues, son nouveau poste, le nouveau rythme de travail et ce nouveau système implanté par Gant. Oui elle ne faisait pas très professionnelle pour le coup, mais cela viendra.

Vint ensuite le grand moment d'explication sur le travail de la police en ce moment. Pour une cassure, c'en est vraiment une et pas des moindres ! Tout le monde est au taquet depuis que Gant est revenu. Pas toujours dans la bonne humeur, on ne va pas se mentir, mais au moins la police est plus efficace que jamais en terme d'horaires et de quantité. En terme de qualité, c'était une autre histoire, mais ce n'est pas forcément volontaire. Les temps ont changé et ils sont durs désormais, il fallait vivre avec cela. La japonaise était quelque peu dépitée par cela et ça se sentait dans ses paroles, on était loin d'un entrain légendaire. Sebastian voulait en savoir plus sur Gant et c'était légitime. Cependant, elle n'était pas certaine que ce soit le meilleur endroit pour en parler, au milieu d'une école où elle n'était pas certaine que tout le monde était impartial. C'était pour ça qu'il y avait eu cette réunion après tout et même si Gant n'est pas là et que la conférence s'est bien passée, on n'est jamais à l'abri d'un partisan ou d'une personne mal intentionnée. Bien loin d'elle l'idée de mal juger son supérieur, elle ne pouvait que dire ce qu'elle avait entendu et vu elle-même. Avant de répondre, elle marqua une longue pause, jetant des regards à droite à gauche, vérifiant que personne ne passait. En réalité, il y avait bien du monde mais personne ne restait. Néanmoins, par sécurité, la brune décida de baisser le volume. On n'était jamais trop prudent.

« Eh bien... Oui, c'est vrai. Comme je suis nouvelle ici, je passe mes soirées chez moi ainsi que mes temps libres au commissariat à faire quelques recherches, que ce soit sur les dernières affaires importantes, sur l'actualité juridique ou encore sur les policiers avec qui je travaille... Dont Damien Gant, évidemment. Au départ je ne connaissais que des rumeurs, comme vous, donc j'ai préféré trouver les réponses moi-même. Étrangement ou pas, j'ai eu beaucoup de mal à trouver quoique ce soit. Les sources sont extrêmement rares, je me demande si quelqu'un ne les a pas volontairement cachées... Enfin, je ne ferai pas de diffamation. Ce n'est peut-être pas pour ça qu'on ne trouve rien... »

Ayant bien trop parlé d'un coup, la japonaise leva les yeux en direction du couloir, inquiète. D'un coup, elle ne se sentait plus trop en sécurité. Elle avait l'habitude d'être impartiale, surtout qu'elle avait trouvé une histoire de condamnation lors d'un procès d'il y a dix ans mais... C'était quasiment tout. Informations volontairement manquées ou non, elle ne savait pas trop. La meilleure source restait les personnes qui ont occupé ce procès il y a dix ans. Mais de toute façon, elle avait eu l'une des meilleures preuves que cela était vrai : l'arrivée de Damien Gant au commissariat. L'attaque sur le juge, la peur sur les visages des policiers et procureurs présents... Sebastian n'était pas là ce jour-ci, mais il en avait sans doute entendu parler. La venue de Gant n'avait pas du tout été inaperçue, le juge s'en souviendra... Et pas que lui. Mais peut-être qu'il avait changé ? C'était difficile à croire mais après tout, certes il est un meurtrier mais certains ne sont pas si mauvais, ils font juste de mauvais choix dans leur vie. Il y a dix ans, Reika était dans cette école, apprenant par cœur ces cours et les lois. L'affaire avait eu un fort retentissement médiatique mais aujourd'hui, c'est comme si cela essayait d'être effacé. Est-ce que la théorie de la deuxième chance était valable pour Gant ? Seul l'avenir le dira à Reika. Cependant, choisir quelqu'un avec du sang sur les mains pour diriger le plus gros commissariat du pays, était-ce prudent ? C'était moyen pour l'image du système juridique, à moins que cela cache quelque chose de plus gros encore. On est toujours dans cette optique d'"Age sombre de la Loi". Vérifiant que personne ne traînait dans le coin, la brune reprit la parole doucement, manquant toujours légèrement d'assurance sur le sujet.

« Son arrivée n'a pas été très bien accueillie par tout le monde. Je n'ai jamais senti une tension aussi forte de toute ma vie, j'avais l'impression que les esprits de tout le monde quittaient la pièce, les corps fondaient sous une atmosphère pesante... Vu les regards des plus anciens, la réaction de certains policiers à son égard, l'action du juge qui lui a valu l'hôpital... Je pense que c'est la meilleure preuve de sa culpabilité d'antan. Et la pire à la fois... »

Elle était arrivée quelques jours avant celle officielle de Gant et elle a été vite mise dans le bain on peut dire. Sauf qu'elle s'en serait bien passé de cette histoire macabre. Du sang dans le commissariat, celui du juge, des cris, de la peur... de l'effroi. Peut-être que pour le coup, elle aimerait bien avoir une mémoire fuyante. Son regard s'était assombri et on ne peut pas dire qu'elle semblait très à l'aise. Trop de choses inattendues en si peu de temps. Mais ce n'était pas le moment de déprimer, non ! Secouant la tête, la jeune femme essaya de retirer toutes ses pensées négatives qui étaient arrivées toutes en même temps. Allez, la situation n'est pas si grave, pas vrai ? On lui donne du boulot, elle ne va pas se plaindre quand même ! Puis hormis cette arrivée mouvementée, il n'avait rien faire de mal encore ce Gant, pas vrai ? Elle se rassurait comme elle pouvait, c'était beau l'espoir. Croisant les mains devant elle, l'inspectrice prit une grande inspiration avant d'adresser un grand sourire à Sebastian. Elle n'avait rien à rajouter pour le moment mais ce n'était pas le moment de déprimer ! Au moins le procureur général n'était pas corrompu de ce qu'elle avait vu, le juge non plus, la majorité des policiers n'étaient pas enjoués de trouver Gant aux commandes... Rien n'était totalement perdu.


 © Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Debeste
Modérateur
Procureur
avatar
Âge du Personnage : 24
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 189
Médailles :
Jeu 10 Aoû - 19:44
Blaise Debeste et Manfred Von Karma, un drôle de duo... Plutôt un des duos les plus infâmes que les tribunaux avaient pu connaître, et Sebastian savait clairement pourquoi. Entre les innombrables magouilles de son père et la façon de voir les choses de Von Karma, il ne pouvait qu'imaginer à quel point c'était horrible. Rien que ce qu'il imaginait lui faisait se poser de sérieuses questions sur l'état du système à l'époque... « Pourquoi ce n'est que maintenant que l'on parle d'âge sombre de la Loi quand des procureurs pareils ont tant fait parler d'eux par le passé ? », pensait-il. Ce n'est qu'après y avoir réfléchi un peu qu'il réalisé que ça n'était pas si étonnant que ça : Il n'y avait que peu d'avocats et de procureurs honnêtes à l'époque et bien que ces derniers avaient réussi à faire changer un peu l'opinion publique, ça n'aura pas duré bien longtemps après les derniers scandales qui avaient eu lieu.

Alors qu'il était toujours en train de penser à l'état du système, Reika s'interrogeait sur comment Sebastian se sentait par rapport au métier de procureur actuellement. Mais surtout, elle espérait plus que tout qu'il ne devienne pas un second Blaise. Il pouvait le ressentir et il pouvait comprendre à juste titre sa façon de penser : Après tout, quand on vous dit que vous aviez décidé de faire un métier pour que votre père soit fier de vous et qu'après vous expliquez que ce dernier était plus que corrompu... Pas étonnant que les gens se posent des questions.

- Ah ah, ne vous en faites pas pour moi ! Après tous ces événements je ne deviendrai absolument pas comme lui, vous pouvez me croire. Et pour être franc, après l'arrestation de mon père j'ai commencé à me poser de sérieuses questions. Mais j'ai fini par y trouver les réponses, puis j'ai décidé de repasser l'examen du Barreau légitimement et me voilà, avec un badge de procureur que je mérite vraiment !

Ce fut une phase difficile pour lui et pas forcément de bons souvenirs, mais il avait été soutenu par plusieurs personnes qui l'ont aidé à trouver sa propre voie et quitter l'ombre de Blaise.

Peu de temps après, Reika rigola du fait qu'elle lui semblait jeune alors qu'elle avait la trentaine. Bien qu'elle avait fait une petite remarque à ce sujet, elle n'avait pas mal pris la remarque de Sebastian. Ouf ! L'atmosphère entre les deux commençait à se détendre et il commença à rigoler avec l'inspectrice. Jusqu'au moment ou il aborda le sujet Gant.

C'est alors qu'elle commençait à regarder de façon méfiante les alentours sans dire le moindre mot. La situation était-elle vraiment si terrible que ça ? Après avoir entendu ce que Reika avait trouvé sur Gant, ou plutôt sur le fait qu'on ne trouvait rien, Sebastian ne put s'empêcher de se sentir mal à l'aise. Comment peut-on ne rien trouver sur un homme qui est à la tête du commissariat ? Ça plus le fait qu'apparemment son arrivée fut plus qu'inattendue et perturbante... Il n'avait pas envie de faire de conclusions hâtives comme à l'époque, mais c'était vraiment pas normal. Tout en faisant attention à ne pas se faire entendre par toutes les personnes qui traversaient le couloir où ils étaient, il décida donc de donner son avis sur la situation.

- Je vois ce que vous voulez dire... Avec tout ce que vous venez de me dire, peut-être que les rumeurs sont vraies. Ce que je ne comprends pas, c'est que si c'était vraiment un meurtrier jugé pour un ancien crime... Comment peut-il arriver dans une position pareille ? Il doit y avoir quelque chose derrière et d'autres personnes qui tirent les ficelles dans l'ombre, c'est obligé !

L'évidence dans ses propos était claire, mais il n'en revenait pas. Pour lui, après les nombreux problèmes auxquels le système avait déjà fait face, une telle chose ne devrait pas se produire mais c'est ce qui est arrivé.

- Si c'est vraiment le cas, ça veut dire qu'on risque d'avoir une grosse affaire sous les bras. Je ne sais pas pour vous, mais je n'ai pas envie d'un système corrompu. En travaillant de concert, il doit bien y avoir moyen de faire quelque chose, non ? Si ça se trouve, je vous reverrai peut-être sur une affaire concernant Gant !

Sebastian faisait preuve d'un petit optimisme quand à la situation et affichait un sourire sur son visage. Gant ne pouvait pas être intouchable. Chaque fois que quelqu'un en position de pouvoir s'était dit qu'il n'allait jamais se faire attraper, il avait toujours fini par payer. Comme Blaise. Tout ce qu'il fallait, c'était un groupe de personnes en qui on peut avoir confiance et ayant le courage de s'attaquer à lui peu importe les risques. Et même si Sebastian savait clairement qu'il n'était pas quelqu'un avec les possibilités de faire tomber Gant, il allait essayer de contribuer autant que possible en faisant ses propres recherches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» UN PETIT PRODIGE DE 5 ANS
» Un jeune PRODIGE de la norvège de 10 ans
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Themis Legal Academy :: Couloir-
Sauter vers: