Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

Journée Portes Ouvertes [Noctus]

 :: IRP → Ville :: Themis Legal Academy :: Amphitéâtre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jessica Rosenberg
Civile
Star du Rock
avatar
Âge du Personnage : 25
Messages : 71
Jeu 26 Mai - 19:29
C'était la première fois en trois ans qu'elle se levait aussi tôt. La Themis Legal Academy, l'université prestigieuse qui formait avocats, procureurs et juges de tout le pays organisait des portes ouvertes.
C'était Samuel Rosenberg, son père, qui l'avait encouragé à reprendre sa vie en main et adhérer à cette école. Jessica avait fini par abdiquer. Ou en tous cas, s'était décidé à se lever tôt pour aller voir. Mais elle n'avait rien dit à son père. Elle ne voulait pas lui faire de faux espoirs, et il était au tribunal à plaider aujourd'hui, malgré son âge avancé.

En passant les immenses portes qui donnait dans la cour, Jessica senti son pouls s'accélérer. Elle avait beau faire des concerts devant des milliers de personnes, voir tous ces étudiants en uniformes, ce bâtiment immense et prestigieux la rendait mal à l'aise. Elle ne serait jamais à la hauteur. Malgré tout, elle continua d'avancer, seule.

Des étudiants de tous cursus lui souhaitèrent le bonjour. Elle leur fit un sourire gêné à chaque fois. La hauteur de la scène entre les artistes et le public n'était pas là pour la protéger. Elle remit une mèche en arrière et jeta un œil à son pantalon. Le même jean que d'habitude, avec un débardeur noir pas trop sale. En voyant tous ces étudiants et visiteurs biens habillés, elle se sentit encore moins à l'aise.

"Mais pourquoi j'ai pas pensé à mettre autre chose ?"

Elle pesta de ne pas avoir pris le temps de retirer le maquillage assez prononcé de la veille, qu'elle avait mis pour une soirée.
Elle pénétra dans le bâtiment. Tout était banc, en marbre, en verre ou en or. C'était définitivement un endroit extrêmement luxueux. La vue de tout ces beaux matériaux lui firent songer au prix de l'année ici. La somme devait être astronomique, et Jessica ne voulait pas que son père gaspille son argent pour elle.

Les gens faisait la queue devant l'entrée de l'amphithéâtre, ou allaient être donné des conférences. Par qui ? Jessica l'ignorait. Des profs de l'école sans doute. Une femme devant elle glissa à son fils que des intervenants réguliers de cette académie seraient présents.
Jessica attendit patiemment que les portes s'ouvrent. Quand ce fut le cas, elle alla s'installer dans le fond, derrière tout le monde. Hors de question que tout le monde voit son style négligé qui faisait tâche avec le reste de l'audience. Elle était impressionnée par la salle, elle aussi de marbre et d'or, organisée comme une Cour de Justice. Elle en avait vu suffisamment en accompagnant son père au tribunal.

Jessica se balança sur son siège, laissa sa tête tomber en arrière et soupira longuement. Il fut un temps ou elle voulait devenir Avocate. Mais était-ce toujours le cas ? Clairement pas. Pas depuis qu'on lui avait arraché sa mère.

Plusieurs professeurs passèrent présenter l'école, souhaiter la bienvenue à tout le monde. Jessica manqua de tomber à plusieurs reprises avec sa chaise en arrière. Elle s'ennuyait. Tout cela était du blabla et de la vantardise.
Le professeur qui parlait ressemblait à une vieille statue grecque, mais pas forcément dans le sens sexy du terme. Néanmoins, il présenta l'intervenant suivant.

-Et maintenant, je laisse la parole à un confrère que certains connaissent peut-être : Diego Armando !

Jessica leva un sourcil. Elle avait déjà entendu un nom similaire au cabinet de son père, mais ce n'était pas pour cela qu'elle retirerait ses pieds du bureau devant elle. Les bras croisés, elle attendit patiemment que l'homme se montre.
Revenir en haut Aller en bas
Noctus Saneada
Fantôme du Passé ~
avatar
Âge du Personnage : 20
Messages : 114
Lun 25 Juil - 7:38
*Mais qu'est-ce que je fous là?

Il était tout naturel d'avoir ce genre de pensée, d'autant plus que de base, ce n'était vraiment pas à lui de faire un discours. En fait, il n'avait rien à faire. Donc il avait décidé de se promener, en costume oui oui. Merci le majordome! "Je crains que vos autres vêtements soient au  lavage monsieur." Et comme à chaque fois qu'il avait son costume, il oubliait son badge dans sa poche. Vraiment toute une série de hasards qui l'avaient préparé à donner cette conférence.  Par curiosité il était passé près du bâtiment de Thémis où il avait récemment gradué. C'est à ce moment qu'il avait vu une sorte de cyborg habillé en barista quitter le bâtiment en marmonnant des mots comme boire le café quand il est chaud et affaires.

Dans son registre, la journée était passée de belle mais ennuyeuse à belle et tiens quelque chose d'intéressant vient de se passer. Quelques minutes plus tard, les membres du personnel l'abordaient pour lui demander s'il n'avait pas vu un avocat passer. Inutile de dire qu'ils n'étaient pas très contents d'apprendre que leur invité vedette avait pris la clé des champs. Et où allaient-ils trouver un avocat pour le discours. Comme par un fait exprès, le badge de Noctus tomba de sa poche, un texte lui fut fourni qui parlait de responsabilité, de la noble institution, de responsabilités futures.


*Mais qu'est ce que je fous là?

-Et maintenant, je laisse la parole à un confrère que certains connaissent peut-être : Diego Armando !

C'était le signal. Noctus sortit de derrière la salle audio. Le professeur Means, le regarda surpris. Il ressemblait plus à un étudiant qui se rendait à une cérémonie de graduation,hah, la moitié des étudiants étaient plus âgés.

-À ce propos, M. Armando a eu une urgence, je suis là pour le remplacer.

-... Après tout pourquoi pas, je serai honoré qu'un de mes élèves les plus talentueux se charge de motiver ces jeunes esprits.

Il eût ce sourire qui dévoilait ses gencives supérieures et qui l'enlaidissait plus qu'il ne le rendait sympathique.

-Par tous les moyens!


-Bien veuillez écouter maître Saneada.

Et de le laisser là, seule sur l'estrade.Les regards se portèrent sur lui, certains surpris, d'autres désintéressés. Noctus aligna les feuilles de son discours en une belle pile.

*Mais qu'est-ce que je fous là?

RRRRRIIIIPPP, SCRRRCCHH,SCCRCHH,SCCCRCCCH

Et les déchira, oui il était normal d'avoir ce genre de pensées, mais pour lui, cette journée qui était belle avec quelque chose d'intéressant était devenue amusante. Pas une seconde cette idée l'avait effleuré, après tout, il avait lassé tomber son badge par terre.

Son sourire amicale se mit en place.


-Bonjour à tous, je m'appelle Noctus Saneada. J'ai gradué du canada mais ai dû passer par Thémis pour apprendre les lois françaises. Vous êtes tous venus ici pour devenir avocats ou procureurs ou juges afin d'appliquer les lois et de rendre la justice dans le respect des valeurs de la république et de l'individu. Dans ce cas... RENTREZ CHEZ VOUS!

Des murmures commencèrent à s'élever. Il attendit que ceux-ci s'éteignent.

-Si vous étiez dans une caverne durant ces sept dernières années, laissez-moi vous remettre au goût du jour. Nous vivons ce que certains appellent l'âge sombre de la loi. Ce qui veut dire que des innocents sont condamnés, des coupables innocentés et que la preuve est pour ainsi dire au mieux de source peu sûre. Nous avons même un préfet de police qui est un ancien détenu et un procureur condamné à mort!

À nouveau des murmures s'élevèrent accompagnés d'éclat de voix. Il reprit comme si de rien n'était forçant la foule à se taire.

-Mais vous savez tout ceci n'a aucune importance. Dans l'absolu si les gens perdent confiance dans la justice ils créeront un nouveau système. Mais il faudra toujours des défenseurs et des attaquants et des arbitres. Nous sommes indispensables peu importe le système. Donc ce qui compte aujourd'hui et l'ici et maintenant! Et ici et maintenant... je ne vois rien de prometteur.

Murmures d'indignations, rien d'étonnant, après tout le tableau qu'il peignait était plutôt sombre.

Un Instant !

-Vous allez avoir des cours avec différents professeurs qui tenteront de vous expliquer en long en large et en travers ce qu'est la justice et comment l'appliquer. Puis si vous arrivez à graduer vous affronterez d'autres individus qui ont déjà gradué et pour la majorité vous perdrez. Quand à ce qui est des juges, très souvent vous vous sentirez entravés par des règles qui vous empêcheront de donner le jugement qui est juste. Nous ne rendons pas la justice! Nous appliquons la loi! Et pas toujours puisque c'est l'âge sombre. Et vous petits bébés juristes allez vite apprendre que tout ce que vous avez appris ne sert à rien.

Ce coup-ci, ce fût le silence. Au moins, ils se doutaient qu'un tel avenir aurait pu les attendre.

-Alors qu'est ce qu'il vous restera, certains ne le sauront jamais et méneront au mieux une vie médiocre avec des compromis et quelques victoires pour ne surtout pas se dire qu'ils ont échoué. Mais sur ce point là, ce ne sera pas vous, parce que ce qui compte est votre propre vision de la justice. La première question à se poser est qu'est-ce que la justice, à quoi elle sert. Et chacun de vous a déjà une réponse,  c'est cette réponse qui vous guidera. Et vous rencontrerez des individus qui ont déjà leur réponse, ce sera votre foi en cette réponse qui décidera de votre parcours. Si vous pensez que la justice est le combat d individus que seul le plus habile remporte, alors pour vous la fin justifiera les moyens. Si vous pensez qu'il s'agit d'une institution sacrée dont le but est de donner à chacun ce qu'il mérite, alors vous appliquerez les lois à la lettre. Mais il y a d'autres millions de variations. La justice protège et elle condamne. Je pourrais donner des milliers d'exemple que je ne pourrais pas deviner ce qui vous motive tous autant que vous êtes.

Il attendit un moment.

-Et puisqu'on parle de motivations. Il faut aussi que vous sachiez que lorsque vous serez des juristes, vous commettrez des erreurs, des erreurs impardonnables. À cause de vous des innocents mourront, ou des meurtriers repartiront innocentés.Vous pourrez justifier et tenter de déplacer le blâme sur quelqu'un d'autre.   Pire, vous n'aurez jamais la certitude absolue que c'est bien la bonne personne qui sera condamnée. C'est un poids qui ne fera que s'alourdir avec le temps... Je parie que certains d'entre-vous se demandent ce qui serait le moins pire... Qu'ils sortent ce sera leur premier acte de réelle bravoure.

Personne ne bougea, naturellement, mais dieu que c'était amusant de les voir se décomposer.

-Eh bien, on n'a que des gens déterminés. Ou bien vous êtes vraiment lâches. Quand je disais que je ne voyais rien de prometteur. Pour conclure c'est aussi simple que ça, votre image de la justice survivera-t-elle aux années de cours qui vous attendent et à l'implacable réalité qui vous attend dans les tribunaux pour les quelques uns qui réussiront. Et cette vision est-elle suffisante pour vous pousser à travers la vie à Thémis mais aussi et surtout dans la jungle juridique? Si une seule de ces réponses est non, vous êtes voués à échouer. Quand aux autres... On se reverra à la cour!

D'abord le silence puis des applaudissements, pus une amplification et des sifflets, son discours avait provoqué son effet. Par contre, il semblerait que'il avait aussi déclenché un début de fanatisme puisqu'on scandait son nom. Means réussit à les calmer.

-Eh bien, merci maître pour ce discours... édifiant. Avant qu'il ne nous quitte quelqu'un a-t-il.. des questions?

Apparemment il ne désirait pas que ce soit le cas, parce qu'à peine il avait posé ses mots qu'il enchaînait.

-Non, eh bien merci maître Saneada, nous ne gaspillerons pas de votre précieux temps.

Sa conférence terminée, Noctus se dirigea vers la sortie, tandis que la foule hésitait entre le suivre et rester pour écouter la personne suivante.

_________________
La logique atteint toujours un point où elle finit par s'effondrer
Revenir en haut Aller en bas
Jessica Rosenberg
Civile
Star du Rock
avatar
Âge du Personnage : 25
Messages : 71
Dim 31 Juil - 19:24
Contrairement à ce qui avait été annoncé, ce ne fut pas Diego Tartardo qui se présenta mais un jeune homme à lunettes. A peine plus vieux qu'elle. En fait, peut être même plus jeune qu'elle ! Son père lui avait souvent parlé des enfants-prodiges qu'il avait a affronter dans la Cour. Benjamin Hunter, bien sûr, Franziska Von Krakra, et d'autres.

Jessica écouta d'une oreille distraite le début de son discours, plus occupée à regarder un beau gosse au rang de devant. Mais c'est quand elle senti une tension se former dans la salle qu'elle prêta attention à ce qu'il disait. Le binoclard peignait un tableau bien sombre de la Justice, et de l'avenir qui les attendait tous. Elle retira ses pieds du bureau et se redressa.

"Ok. Je vois le genre ..."

Typique, un de ces professeurs qui vous met directement la pression en disant "90% des personnes ici échoueront". Elle détestaient ce genre de type. Elle en avait eu pendant toute sa scolarité.

Des gens autour d'elle échangeaient de subtils murmures, vite brisés par la voix portante de Noctus. L'âge sombre de la loi ... Son père avait prononcé ces mots plusieurs fois à table, alors qu'il blablatait par rapport à son travail. Jessica ne l'avait jamais vraiment écouté. C'était étrange.
Puis le jeune avocat évoqua un préfet de police anciennement condamné. Wow, la Justice avait l'air d'être un sacré foutoir. Serait-ce ce fameux Commissaire dont tous les journaux parlaient en bien ?

Jessica se tortilla sur sa chaise, mal à l'aise. La température avait clairement monté et toute l'audience était pendue aux lèvres du conférencier. Celui-ci prévoyant toute la carrière juridique de la salle. Jessica était réellement intriguée par sa manière de voir les choses. Était-ce un gosse un peu trop vantard qui se jouait au dur, ou la Justice était-elle réellement si terne et morne ? Ce n'est pas l'image qu'en renvoyait son père.

"J’étouffe ! Ils ont l'argent de se faire une fausse Cour en marbre et en or, mais pas pour installer une clim, ?!"

Il faisait aussi chaud que sur une scène de concert. Alors que son discours touchait à sa fin, Jess' en profita pour s'éclipser discrètement, la porte de sortie étant juste à côté d'elle.
Elle se dirigea vers la cour. Il faisait beaucoup plus frais à l'extérieur. Elle s'adossa à un mur, et sorti machinalement une cigarette de sa poche. Elle jeta un coup d'oeil aux alentours, mais visiblement tout le monde était occupé ou dans une conférence. Elle l'alluma et aspira une bouffée salvatrice.
La perspective de rejoindre cette école et les métiers de la loi ne l’enchantait guère. Déjà, elle aurait aimé vivre de la musique plutôt qu'un vrai boulot chiant. Et puis, l'ambiance des Cours de Justice n'avait pas l'air détendue en ce moment ... Elle avait vraiment voulue être Avocat, mais c'était une autre époque. Tous les enfants souhaitant devenir astronautes ne le devenaient pas par la suite, si ?

Perdue dans ses pensées, elle manqua presque de voir Noctus sortir lui aussi dans la cour. Presque machinalement, Jessica lui dit :

-Joli discours. Vous pensiez vraiment tout ce que vous disiez ou c'était du pipeau ?

"Nom de Dieu Jess' ! Tu peux pas la fermer pour une fois ?"

Peut-être tait-ce à cause du jeune âge de l'avocat, ou du fait qu'il ne s'était pas habillé aussi coquettement que les autres gens d'ici, mais elle s'était sentie assez confiante pour lui adresser la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Noctus Saneada
Fantôme du Passé ~
avatar
Âge du Personnage : 20
Messages : 114
Ven 5 Aoû - 19:18
Alors qu'il repartait pour sa promenade, il entendit une demoiselle l'appréhender. Son salut n'était pas vraiment habituel, pas vraiment original vu le discours qu'il leur avait servi. Il se retourna vers elle et la détailla très rapidement. Elle dépareillait dans l'atmosphère générale. Jean et débardeur maquillage punk rock , cigarette à la main, adossée au mur; en comparaison des aspirants élèves tellement sur leur 31 qu'ils étaient uniformes, elle semblait venir d'un autre monde. Sa tenue semblait dire j'ai mes propres idées et je les revendique, mais en même temps 99 pour cent de la population jeune portait le même genre de tenue à longueur de temps. Mais surtout, il pouvait le voir dans son visage, elle était mal à l'aise. Presque craintive. Verdict, une fille de riche qui voulait se donner un genre. Mais pourquoi pas, après tout Thémis n'accueillait que ça des fils et des filles de riches.

-Bonjour à vous aussi. Je n'ai pas pour habitude de mentir vous savez, mais ce qui compte le plus pour vous n'est pas ce que je dis mais ce que vous en pensez, mademoiselle?

Parce que lui, il était déjà avocat, avait déjà fait des études de droit, parce qu'il avait déjà forgé sa définition de la justice. Et si cette jeune fille était assez folle pour venir affublée ainsi à Thémis, qui dit qu'elle ne serait pas assez folle pour essayer d'imposer sa vision au système. Il ne savait pas pourquoi, mais il semblait que la France était un véritable aimant à champions. Ne restait plus qu'à leur donner une petite poussée pour les voir décoller.

_________________
La logique atteint toujours un point où elle finit par s'effondrer
Revenir en haut Aller en bas
Jessica Rosenberg
Civile
Star du Rock
avatar
Âge du Personnage : 25
Messages : 71
Ven 12 Aoû - 16:15
L'Avocat la dévisagea, et Jessica détestait ça. Elle fronça les sourcils et serra la mâchoire. Il s'approcha d'elle, ce qui la mit encore plus mal à l'aise.

-Bonjour à vous aussi. Je n'ai pas pour habitude de mentir vous savez, mais ce qui compte le plus pour vous n'est pas ce que je dis mais ce que vous en pensez, mademoiselle ?

Répondre à une question par une autre, classique de ceux au discours poignant mais qui ne savent pas le défendre en dehors d'un amphithéâtre. A vrai dire, Jessica n'en avait rien pensé. Pas qu'elle n'ai pas écouté, mais surtout elle ne se sentait pas encore impliqué dans le monde de la Justice. Si ça se trouve, elle ne remettrait plus jamais les pieds à la Thémis après aujourd'hui.

-J'en pense que si vous dites vrai, notre système judiciaire est un peu triste et pas très attractif.

Jessica inspira un grand volume de fumée avant de le faire ressortir par le nez, comme un taureau. Elle remis une mèche en place. Quelques étudiants sortirent et la dévisagèrent bizarrement. Jess' les fusilla du regard.

-Je ne vais pas vous mentir, je suis venue ici parce que j'y suis un peu obligée, mais je ne connais pas grand chose à la Justice. C'est mon père qui est avocat. Et moi, je ne sais même pas ce que je veux faire. Défense, Accusation, Juge. J'ai pas vraiment l'impression que ça soit mon monde.

Sa cigarette étant déjà terminée, elle l'écrasa contre sa botte et lança le mégot dans poubelle en argent plus loin. Elle sorti le paquet de cigarette de sa poche et remis une nouvelle cigarette à ses lèvres, avant de le tendre vers Noctus.

-Jm'appelle Jessica. Rosenberg.
Revenir en haut Aller en bas
Noctus Saneada
Fantôme du Passé ~
avatar
Âge du Personnage : 20
Messages : 114
Sam 13 Aoû - 9:45
Lentement, la demoiselle se calmait, lui laisser prendre le contrôle de la conversation pour l'amener vers plus de confort dans la discussion. Observer sans observer copier et adapter la gestuelle, pas des trucs aussi évident que remettre une mèche en place, mais s'adosser au mur, son majordome allait le tuer.

La demoiselle en face était un cas intéressant d'être humain, dans le fait que ses dilemmes étaient au combien ordinaires. Elle voulait aller à l'école que si on l'y traînait. Ou comme elle l'a dit elle y était un peu forcée. Ils étaient rares les gens qui se décidaient à faire une chose et ne revenaient pas sur leur pas.Ils étaient rares les gens vraiment libres. À la place on avait des gens qui agissaient en sachant pertinemment qu'ils n'aimeraient pas ce qu'ils feraient. Et petit à petit sans s'en rendre compte l'habitude finissait par es faire aimer ces actes honnis quelques temps auparavant.

Après avoir fini sa cigarette, elle en tira une autre et en tandis une à l'avocat. Celui-ci l'accepta et la mis à ses lèvres en attendant d'avoir du feu. Et dire qu'il ne fumait pas, mais dans sa famille on apprenait très vite les actes qui ouvrent et les actes qui ferment la communication.


-Et moi Noctus Saneada.

Quand sa cigarette fût allumée l en aspira une bouffée qu'il bloqua dans ses poumons, avant de souffler la fumée. Oh ça dérangeait et ça grattait,mais tout réflexe pouvait se contrôler, et pour qulqu'un qui portait n masqe à longueur de temps, caché ses réactions était aussi facile que de respirer.

-Honnêtement j'aimerais vous dire quelle voie choisir. Vous faire un bel exposé sur le chemin à suivre... Mais je ne pense pas que ce soit ce dont vous ayez besoin. À la place je vais me contenter de vous aider en citant es évidences.Vous dites avoir été un peu forcée, ce qui est je pense le cas de plus de la moitié des aspirants élèves ici. La différence c'est que vous êtes habillée différemment et pourquoi, parce que c'est vous qui avez décidé de venir et non papa ou maman qui vous a cueillie à la sortie du lit avec un déguisement de princesse. Point un. Et un point en faveur de Thémis. Vous avez vu toutes ces personnes habillées comme à une sortie de messe et vous vous êtes dite que vous n'apparteniez pas à ce monde. Et vu les règles de Thémis c'est dans tous les cas uniforme obligatoire.Qui pourrait en effet amoindrir vos libertés. C'est le point 2 et celui-là est en défaveur de Thémis. Point 3 vous tombez sur un avocat guère plus âgé que vous et qui prône des propos défaitiste. On penche pour le pas Thémis. Mais vous venez quand même discuter avec moi de mon discours et du monde de la loi. D'ailleurs ce que vous m'avez dit plus tôt c'est que vous balancez entre défense, accusation et juge. Je pense vraiment que vous balancez pour le droit... Et pourquoi pas après tout, je n'ai jamais rien trouvé de plus excitant qu'un procès.

Il tira une autre bouffée de sa cigarette et reprit:

-Vous m'excuserez cette logorrhée, l'habitude des tribunaux sans doutes. Ce que vous devez savoir est qu'une seule personne vous juge sur vos choix et c'est vous.Vous êtes totalement libre d'étudier le droit ou pas, ici ou ailleurs. Un des plus grands avocats de ce pays vient d'un lycée public. Le plus important pour vous c'est qu'arrivée en fin de vie vous n'ayez nuls regrets .

_________________
La logique atteint toujours un point où elle finit par s'effondrer
Revenir en haut Aller en bas
Jessica Rosenberg
Civile
Star du Rock
avatar
Âge du Personnage : 25
Messages : 71
Dim 4 Sep - 12:07
Il accepta sa cigarette et lui fit un joli argumentaire sur le pour ou contre. En effet, sa tenue différait des autres, et sa mentalité aussi sûrement. Ces histoires d'uniforme et tout ça, ça n'était pas ce qui la gênait cependant.

-Monsieur Saneada, c'est pas le port de l'uniforme le problème. Je veux dire, ce que je porte, ça pourrait être considéré comme un uniforme aussi, vu d'un autre œil.

Elle marqua une pause en tirant sur sa cigarette. Elle ne voulait pas s’épancher sur sa vie et ses petits problèmes personnels, mais l'homme face à elle était un avocat assez réputé pour être conférencier à la Thémis et pouvait sûrement l'aider. Ou en tous cas, lui faire part de son opinion.

-En réalité, j'ai toujours voulu être Avocate. On ne dirait pas comme ça, mais c'est vrai. J'ai toujours été admirative de mon père. Quand j'étais petite, il m'emmenait dans son cabinet et parfois quand je l'avais mérité, je l'accompagnais au tribunal pour le regarder plaider. Et là, je voyais mon père, fier et fort derrière son bureau. Un peu comme un super-héro ... Cette voie m'était toute tracée depuis le début. Et puis ... j'ai perdu ma mère.

Jessica serra les poings, y compris celui qui tenait sa cigarette.

-A partir de là, c'est devenu plus compliqué. Pour une raison que je ne m'explique pas, j'ai perdu tous mes repères. Toutes ces ... certitudes, ces ambitions. Pouf, comme ça, dit elle en claquant des doigts avec un petit ricanement nerveux. J'ai passé quelques années à dériver. Mais je me rends compte que je ne peux plus continuer. Je veux juste que papa ... enfin mon père soit fier de moi. D'un côté du Barreau ou de l'autre. La mort de ma mère ayant réveillé en moi un désir de vengeance. Celui d'être peut être Procureure.

Jess' serra la mâchoire aussi fort qu'elle pu. Elle ne parlait pas souvent de son passé. La musique était un moyen plus simple d'exprimer ce qu'elle ressentait. Ses peurs, ses angoisses, ses envies. Et puis, après un petit silence gênant, elle regarda Noctus et éclata de rire.

"Ça y est, t'es passée pour une folle. Encore."

-C'est grave, Docteur ? lui demanda t-elle avec un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Noctus Saneada
Fantôme du Passé ~
avatar
Âge du Personnage : 20
Messages : 114
Ven 16 Sep - 10:57
Ainsi la demoiselle souhaitait vraiment entrer dans le monde de la loi. En tant qu'avocate ou que Procureure. Mais pour deux raisons différentes. Elle voulait être avocate comme son père, Jessica Rosenberg, donc Samuel, oui une avocate super héroïne qui sauve les gens. Et à côté il y avait le besoin de vengeance. Le besoin de faire ressentir sa colère, sa frustration, sa solitude... en distribuant des accusations en veux-tu en voilà. Il pouvait presque sentir le goût des batailles acharnées qu'elle ferait en tant que procureure. Certainement, elle serait une adversaire amusante à affronter. Mais voilà, elle finirait par s'essouffler, sa colère se tairait et elle perdrait l'étincelle. Pire, à supposer qu'elle réussisse à faire condamner quelqu'un ou plutôt quelques uns, elle se rendrait compte que sa vengeance n'arriverait jamais à termes. Et peu importe sa réaction elle finirait sa carrière sur un baroud d'honneur. Être procureur par vengeance... Non ça ne durerait pas longtemps.

Elle était manifestement mal à l'aise, mais aussi brave! Son rire cachait sa fragilité. Noctus se contenta de sourire aimablement.


-C'est relatif mlle. Pour le monde ça n'a aucun intérêt, mais pour vous il est difficile de faire plus grave. Votre vie a été gâchée pendant plusieurs années à cause de cette perte de repère. Et de cette perte de repère est née une colère, une colère qui semble intarissable, un désir de vengeance. Une vengeance contre le monde qui a continué de tourner quand votre mère est morte. Faisant qu'un instant vous étiez avec elle et que celui d'après vous étiez sans. Et tout cela sans aucune raison valable.

Il lui laissa le temps de digérer et peut-être de corriger ce qu'il venait de dire. Puis il reprit.

-Assurément, si être avocat signifie être un super héros et sauver des gens, ceux-ci ne le méritent pas. Ils ne vous ont pas sauvée, ni vous ni votre mère. Ils se sont juste contentés de vivre leur petite vie tranquille comme si de rien n'était. Mais vous savez... ce monde vous ne lui devez rien. Il a tourné sans vous, vous devez vivre sans lui. Si vous n'avez pas de repères, fixez vous un but. Vous vouliez être avocate parce que vous admiriez votre père, parce que vous vouliez sauver des gens. Et je pense que ce point n'a pas changé. Si vous voulez les sauver, faites le pour vous. Mais ce ne sera pas simple...

Il tira une bouffée sur sa cigarette, bon sang que le goût était mauvais.

-Vous aurez l'impression d'avancer à tâtons vers un but inatteignable. Mais vous avez votre colère et vos espoirs. Votre plus belle vengeance vis à vis de ce monde sera de réussir à vivre votre rêve malgré les embûches qui ont été semées. Ce sera dur, mais vous n'avez qu'une vie en ce bas monde, alors je ne comprends pas pourquoi vous lui feriez des concessions quand lui ne vous en fait pas.

_________________
La logique atteint toujours un point où elle finit par s'effondrer
Revenir en haut Aller en bas
Jessica Rosenberg
Civile
Star du Rock
avatar
Âge du Personnage : 25
Messages : 71
Lun 17 Oct - 2:23
Noctus Saneada avait certainement une vision assez personnelle du métier d'avocat. Il utilisa les informations que lui avait donné Jessica pour lui faire comprendre que ce qui lui était arrivé était injuste, et donc que la société ne lui devait rien. De ce fait, Jessica ne devrait pas devenir avocate pour sauver les gens, mais surtout parce qu'elle aimerait sa profession. Une vision pour le moins ... intéressante, à laquelle Jessica n'avait encore jamais pensé.
La guitariste fit tomber la cendre de sa cigarette avant de reprendre une bouffée.

-C'est votre vision de la profession, M. Saneada ? Ou vous dites ça pour moi ?

Jessica frissonna. L'air frais caressait sa peau couverte d'un simple débardeur. Et la cigarette ne suffisait pas à la réchauffer. Elle jeta son mégot et leva la tête pour observer la prestigieuse académie. Elle était si grande ... Jessica eut un second frisson, mais pas à cause du froid cette fois-ci. Si elle écoutait sa peur, elle rentrait immédiatement chez elle et retournait à la musique. Mais elle ne pouvait également s'empêcher d'imaginer son vieux père, s'asseyant tous les soirs lourdement dans son fauteuil, fatigué, espérant un coup de fil de sa part pour lui annoncer son adhésion à l'école. Le combat faisait rage à l'intérieur d'elle, depuis des mois.

Le malaise s'accentua et Jessica senti le besoin de se retrouver dans un environnement familier. Elle se retira du mur et balaya d'un revers de main la cendre qui était tombée sur son débardeur.

-Merci pour vos conseils, Monsieur Saneada. Vous m'avez permis de voir les choses différemment. J'espère que nous nous reverrons à une prochaine conférence ou dans une Cour de Justice, lui dit-elle avec un petit sourire.

Après l'avoir salué, elle se dirigea vers le portail, avec en tête peut être encore plus de question qu'elle en avait en arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» portes ouvertes de Carpiagne
» Journées Portes-Ouvertes du Cubzaguais
» Event N°2 • Journée portes ouvertes à l'université
» Invitation et affiche - Journée portes ouvertes du 18/12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Themis Legal Academy :: Amphitéâtre-
Sauter vers: