Simulation de tribunal / RPG dans l'univers Ace Attorney - Phoenix Wright !
 

Vieux briscard, Loup brûlé et Double-Face [Victor Theurel / Tyrell Badd / Rain Hidekuro ]

 :: IRP → Ville :: Centre-Ville :: Blue Screen, Inc. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Ven 22 Avr - 20:58
Deux mois après le début de l’ère Gant. Deux mois après l'incroyable événement qui avait retourné la police dans tous les sens, déclenchant une vague de démission au sein de mes collègues, outrant la plupart des membres de la Cour et surtout, envoyant l'innocent juge à l'hôpital. Deux mois et, pourtant, la ville était d'un calme remarquable en ce milieu de matinée. Peut-être que les habitants n'en avaient rien à faire, d'être « protégé » par un assassin ? Ou peut-être bien que la politique de Gant, très sécuritaire et brutale, avait enchaînés les éventuelles contestations. Personnellement, je les comprenais. La plupart des criminels était arrêté à toute vitesse, sans enquête approfondie. Notre hiérarchie nous poussaient, en tant qu'Inspecteur, à fournir le plus vite possible des résultats, des suspects, des coupables, que l'on envoyait au procès avec un dossier, sinon vide, au moins incomplet. On avait de la pression sur les épaules, voyez-vous, il fallait que ça pulse, que l'exemple soit donné. On avait poussé quelques-uns de mes collègues, plus anciens, plus modérés, à la démission, pour ne garder que les plus véhéments, prompt à la condamnation, que ce soit par éthique, ou par simple naïveté. Et une vague de nouveaux arrivants était arrivé dans ses dernières semaines. Que ce soit des jeunes aux dents longues, carriéristes pressés de devenir « quelqu'un » dans le système Gantier, ou bien des vieux briscards, prompt à condamner les nouveaux arrivants. Et c'est ce que je pensais, à ce moment-là, de mon partenaire, fraîchement revenu sur le devant de la scène, à la criminelle.


D'ailleurs, j'étais encore en train d'exercer mon boulot sous les ordres d'un criminel, ce que je n'aurais jamais cru possible. Et avec un binôme, une autre aberration. Comme quoi, tout change. J'oscillais pour ma part entre le désir de coincer tous les criminels, et la méfiance vis-à-vis à vis de Gant. Ce qui se passait actuellement dans le service de police, me rendait admiratif tout en me révoltant. Plein de criminel en prison, mais pour combien d'innocent ? Quel droit avait ce tueur de diriger les forces de la justice, malgré son évidente efficacité, illustré par les statistiques de la compta'. Mais tous mes doutes ne m'empêchaient pas de mener à bien mes missions.


Et la mission du jour était de se renseigner sur les attaques étranges que subissait le commissariat de police de la part d'un mystérieux hacker. Et quoi de mieux qu'un informaticien pour débusquer un cybercriminel ? Car mes connaissances en matière de matériel informatique se limitait à Word et aux journaux d'actualités. C'est pourquoi, avec mon nouveau binôme, répondant au nom -inintéressant- de Tyrell Badd, nous avions décidé de nous rendre dans l'une des boîtes d'informatique les plus importantes de la région. Enfin, « nous ». Disons plutôt que j'avais demandé à Bill Ballaud de laisser un message sur le bureau du gars, pour lui dire que je me dirigeais à cet endroit dans le cadre de notre enquête. Et tant pis si ça ne lui plaisait pas. Avec les nombreux changements au sein du Commissariat, je n'avais même pas idée de qui était ce type, de toute façon. Sans doute un imbécile aux dents longues à en rayer le parquet, persuadé qu'en capturant moult criminels sans preuve, il aurait rapidement de l'avancement.


10h30 - Bureau du RAMI ( service de Réparation , Aménagement de Matériel Informatique. )

Je venais d'arriver sur les lieux de notre intervention, avec un plan sinon grossier, au moins sommaire. L'idée, c'était de rentrer dans le bâtiment, demander le chef de service, faire semblant de vouloir interroger le meilleur employé, et lui proposer de bosser pour nous. A l'employé, hein, pas au chef de service. On n'avait pas besoin d'un gestionnaire, nous, mais d'un informaticien.

Je respirais un grand coup, avant de vérifier que mon masque était correctement ajusté sur mon visage. J'en avais pris un sobre, sans fioriture, le même qui trônait en évidence sur la photo de ma nouvelle plaque d'inspecteur. Je venais ici en paix, et pas pour mettre du bazar dans la boite, non de dieu. J'avais ma béquille dans la main, et c'est après une courte minute de scrutation du bâtiment que je m’apprêtais à d'y pénétrer, afin de mettre en application ce fameux plan.

Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Sam 23 Avr - 1:37
19h35, Jeudi 21 avril. Tyrell ressort de la salle des archives du Commissariat, un dossier sous le bras. Celui regroupant plusieurs plaintes pour tentatives d'accès illégaux dans des systèmes informatiques d'entreprises. Le Vieux Buffle soupire et marche jusqu'à son bureau, une main dans la poche. L'Inspecteur Général à la chance d'avoir un bureau particulier. Sans ça, il ne pourrait pas passer des heures à observer son visage dans son miroir de poche sans se faire réprimander. Remarque, personne dans le Commissariat n'oserait le réprimander, même pas Gant. Enfin, c'est ce qu'il croit.

Il pose lourdement le dossier sur le bureau, et s'enfonce dans son siège, les pieds sur le bureau, mâchonnant machinalement son bâtonnet. Il prend la première page du dossier, l'examine en diagonale.

"Pourquoi est-ce qu'on m'a confié cette bon-dieu d'affaire ?"

En effet, l'Inspecteur Badd ne connait pas grand chose à l'informatique. Pour lui, rien de vaut les soirées à lire des dossiers dans les archives, à la lumière d'une vieille lampe de bureau plutôt que de les passer sur un ordinateur.

Blablaba, attaque informatique, blablabla DDOS, blablabla firewall. Badd jeta négligemment le papier sur son bureau. Il était clair qu'il ne va pas pouvoir s'en sortir seul. Sur le côté droit de son bureau, une autre pile de dossier. Cette fois ci, ceux de ses collègues. Car si quasiment tout le monde connait Tyrell Badd dans les services grâce à ses 40 ans de tiroir, lui n'a pas ce plaisir. Depuis l'arrivée de Gant, beaucoup sont partis, et beaucoup sont fraîchement arrivés. Et le fait de travailler avec différents services à chaque fois n'arrange pas les choses.

Cette affaire dépend de la section Criminelle, le commissariat n'ayant pas de section informatique. Donc, dans ces dossiers, des Inspecteurs de la Criminelle. Aucun n'a de sérieuses compétences en informatique, tous sont sur un pied d'égalité.
Tyrell soupire et prend un dossier au hasard. Victor Theurel, tu es le grand gagnant. Peut importe qui est son partenaire de toute manière, il allait sûrement devoir faire tout le boulot, comme d'habitude.
L'Inspecteur Général griffonne une note pour Ballaud. Contacter Theurel, et lui dire d'être prêt le lendemain pour 10h00 afin qu'ils se rendent tous les deux chez Blue Screens Inc, une importante société en consulting informatique. La Police n'avait pas pour habitude de demander de l'aide à des civils, mais aucun expert n'était disponible pour cette enquête. Gant et ses baisses budgétaires ...



10h15, Vendredi 22 avril. Merde, le mioche n'est pas venu. Ah ? Il y est allé tout seul ? Énervé, Badd jette son bâtonnet sur le couvre chef d'un gardien de la paix qui passait par là et enfile son imper troué. Ballaud lui dit de chercher un homme avec un grand manteau marron et une béquille. Tyrell se dirige nerveusement vers le parking, et y retrouve non sans émotion sa petite beauté, une voiture de fonction modèle 2002. Un bijou pour lequel Tyrell se bat tous les jours avec ses supérieurs pour la garder.
Il s'y glisse et démarre en trombe, sirène hurlante. Ce Theurel allait s'en prendre une.

Après avoir grillé tous les feux rouges possible et roulé quasiment tout le trajet à contresens pour doubler les voitures, il arrive devant l'énorme bâtiment en verre qu'est Blue Screens. Il fait déraper sa voiture devant l'entrée, éteint sa sirène et repère d'un coup d’œil un homme au grand manteau marron et une béquille qui se dirige vers l'entrée. Il lui emboîte le pas.


-Hé, Theurel.


Il le rattrape et lui attrape l'épaule, le forçant à se retourner. Ce qu'il voit le surprend, un masque. Un masque le regarde droit dans les yeux.

Tyrell plonge sa main sous son imper, en direction de son holster, prêt à en découdre.


Il en sort alors un miroir de poche.


Il en profite pour vérifier la longueur de sa barbe, mais surtout jeter un oeil derrière lui. Une petite habitude laissée par une vieille amie.



-Dites donc Inspecteur, je croyais qu'on faisait la route ensemble.



-Inspecteur Général Tyrell Badd, ravi de faire votre connaissance.

Badd voit que la peau du policier sous son masque est brûlée. Pauvre gars. Il lui offre une poignée de main ferme et franche.


-Allez entrons, on se montrera les photos de famille à la pause café.
Revenir en haut Aller en bas
Rain Hidekuro
Modérateur
Hacker
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 169
Sam 23 Avr - 23:20


Vendredi 22 avril, 10h15
Blue Screens, Inc.
Open space





De la musique trap à fond dans les oreilles, Rain bougeait frénétiquement les différentes faces du rubik's cube qu'il tenait entre ses doigts. Tranquillement allongé sur le dossier de sa chaise, "l'informaticien" était en train de laisser tourner une restauration des données dont on pouvait voir la progression sur son écran. Pour dire toute la vérité, il était plutôt en train de réparer le bazar causé hier soir lors de sa petite intrusion dans les serveurs de la banque. Il voulait voir combien de temps le système allait lui résister et autant dire que le hacker n'avait pas été déçu. En guise de remerciement, il avait laissé sa note personnelle et était parti sans rien récupéré. Pour certains, ça pourrait sembler complètement fou, mais Rain n'était pas vraiment attiré par l'argent. C'est plus l'amusement et les efforts que cela lui demandait qui le maintenait scotché à son écran, chaque soir.



Il resta un moment pensif, se demandant s'il retrouverait une autre cible aussi intéressante. Il attrapa sa canette de Dr Pepper et se pris une grande gorgée, faisant remuer ce nectar sucré dans sa bouche. C'était le bonheur incarné et rien au monde ne pourrait l'égaler. Il leva les yeux de son rubik's cube, craignant de s'être fait remarquer par l'androïde Lisa Basil pour finalement se rappeler qu'elle était en congé. Il laissa alors traîner son regard sur ses collègues qui portaient tous un HMD. Mon dieu, Rain en avait fait toute une scène lors de son premier jour de travail pour ne pas avoir à le porter, prétextant que l'appareil était lourd, encombrant et inutile. La direction, avait fini par céder et heureusement, sinon il aurait broyé l'appareil en s'asseyant dessus.


*La journée va être longue...*

Rain poussa un long soupir. Son écran n'affichait que 20% d'avancement et il n'avait pas d'autres entreprises en charge pour le moment. C'était le calme plat. De plus, sa canette était vide, une expédition vers le distributeur s'imposait. Il enleva son casque de ses oreilles, se leva d'un bond et commença à déambuler dans l'open space. Il avait entendu dire que Blue Screens, Inc. avait rénové et agrandit ses locaux pour leur donner un côté encore plus futuriste. Autant vous dire que c'est très particulier. Le premier jour où il était arrivé, il avait prit le lieu pour la salle de commandement d'un vaisseau spatial. Avec tous ces boutons clignotants, ces écrans bleu azure et sa gigantesque map sur le mur du fond, il y avait de quoi être déconcerté. Puis finalement, Rain s'y était fait et se sentait comme un poisson dans l'eau dans cet environnement.


*Bon ce soir, je continue mes pérégrinations dans les serveurs de la police*

Une perspective qui lui remontait le moral et qu'il attendait avec impatience. Ça faisait plusieurs nuits que notre petit hacker tentait plusieurs incursions dans le réseau du commissariat de police, sans trop de difficultés. Rain avait entendu plusieurs rumeurs sur la fameuse cérémonie de la nomination de Gant et il comptait bien les vérifier de lui-même. Mais bon, pour l'instant, il avait fait chou blanc. Rien n'avait été consigné et tous les enregistrements vidéos de cette soirée ont été effacés. Tout ça était vraiment louche et de ce qu'il avait pu lire du passif du nouveau/ancien préfet de police, ça ne présageait rien de bon pour l'avenir. Enfin, l'analyste avait encore de beaux jours devant lui, la police ne disposant pas encore d'une section de cybercriminalité et le temps qu'elle se mette à niveau, il aura déjà mis les voiles.

Ce qu'il ne savait pas, c'est que parfois la vie réserve vraiment des surprises et cette matinée allait le lui prouver...

_________________

YOU ARE FREE
Fiche de personnage : lien
Journal de bord : lien
Images de l'artiste Yuumei <3 : Sa page DeviantArt
Sprites de l'artiste Singidawa : Les sprites
Revenir en haut Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Mar 26 Avr - 20:37
Alors que je m’apprêtais à rentrer dans l'entreprise d'informatique, un violent crissement de pneu, accompagné du son d'une sirène usée se fit entendre dans la rue. Bon Dieu, voici que mon collègue arrivait au volant d'une espèce de benne à ordure à roulette. Difficile de faire moins discret qu'une épave pareil, qui semblait tout droit sortir d'un vieux film de série B. Peut-être même qu'elle en était issue ? Car, après tout, une voiture pareille, aussi abîme par le poids de l'âge, mais qui roulait encore, c'était forcément un accessoire de film... Enfin.


Je me retournai vers mon objectif, prompt à la marche, vers l'intérieur du bâtiment, en me désintéressant de ce futur et potentiellement encombrant collègue. Vous savez, ce genre de personne qui ne savent que se faire remarquer, c'était des tumeurs pour les flics discrets. Un peu le genre à faire capoter une enquête pour un rien, à trop vouloir en faire, à toujours se mettre en avant, en jouant le rôle de l'inspecteur cliché… Un peu comme Dick Tecktiv. Parce qu'à relire les vieux rapports d'enquête et surtout les commentaires des procureurs, l'agent Tektiv n'a jamais été d'un calme exemplaire. Et pourtant, il était devenu chef des inspecteurs… Mais je divague, et…


AIE.
BON DIEU.


Je me retournai vivement sous l'effet de la lourde paluche qui venait de s'abattre sur mon épaule brûlé, mon regard le plus noir braqué sur dans les yeux de mon nouveau collègue. Personne n'avait pensé à le prévenir ? Merde ! Tas d’incompétent ! Posé sa main sur mon épaule, s'est me faire mal. J'ai encore des sensibilités, vous savez ? Certes, tout mon corps ne marche plus comme un corps normal : ainsi, bras gauche, torse, tétons, côtes et pectoraux n’éprouvent plus vraiment de sensation, mais mon épaule, en l’occurrence, si. Imaginez que l'on pose sur vous un fort poids, de préférence sur une zone sensible de votre anatomie. Vous y êtes ? Maintenant écrasez-le violemment, ce poids. Et vous aurez une idée de ce que j'ai senti à ce moment-là, sur mon épaule.


Je toisai le soixantenaire, mon nouveau collègue, qui avait retiré sa main de ma brûlure. Mon regard transmettait toujours autant ma douleur et mon énervement, et je reculais d'un pas pour me mettre à distance de l'individu. Bon dieu. J'avais récupéré un vieux débris, pourris de l'intérieur, et sans doute vendu à la solde de Damien Gant. J'avais tiré le gros lot, avec ce gars-là. Je le dévisageai, lui, sa barde, ses épaules carrées, ses cheveux grisonnant en arrière et son imperméable qui ne demandait qu'à prendre sa retraite. Et bien, vu l'état de sa voiture et de son imper' miteux, il devait pas gagner grand-chose. A peine des clopinettes, de quoi se payer des pâtes et du riz, sans doute. Je l'aurai bien pris en pitié, mais malheureusement, il m'avait fait mal. Et je pardonnais mal ce genre de ch…


Un pas en arrière, ma main qui se resserre sur le manche de ma béquille. Il avait mis la main sous son imper' troué, à l'endroit où je devinais un holster. Allait-il me menacer d'une arme, moi, un confrère ? En était-on arrivé-là, sous la gouvernance Gantienne ?


En fait, non, c'était juste un miroir à main. Parce qu'en plus d'être un gros plein de muscle, monsieur était une Princesse. Tout en se reluquant avec une expertise en la matière à en faire pâlir les blogueuses beautés, le vieux briscard se présenta. Et je n'écoutais même pas son titre, vu que la première chose dont il m'avait fait part était mon retard. Mon RETARD. Mon sens ne fit qu'un tour, et je l'apostrophai en plein milieu de sa phrase sur le partage des photos de famille -que je n'avais pas - à la pause café.


« Dit donc, Monsieur Bladd, ou je ne sais quoi, QUI est en retard ? Vous n'avez pas eu mon mot de la part de Ballaud ? Le rendez-vous, c'était dix heures, DEVANT le Blue Screen Inc. Vous êtes devenu incapable de lire un papier à cause d'âge ? Ou bien, ça vous semblait évidement logique et intelligent de ne pas suivre des instructions simple ? »


J'avais tendu ma main gantée vers lui, le doigt de l'accusation braqué sur son torse. Lui tenait son miroir à main et me proposait une poignée de main que je dénigrais. On se toisa du regard, comme ça, en chien de faïence, pendant dix longues secondes. Je l'avais peut-être estomaqué, avec mes manières, mais merde ! Du coup, j'allais lui enfoncer mon doigt dans l'estomac -une idée idiote, puisque je ne fis que me faire du mal, vu le peu de force de cette main brûlé- tout en ajoutant, d'un ton bougrement mécontent et fort peu aimable :


« Et je vous INTERDIS de me toucher, c'est clair ? Plus JAMAIS. Assez perdu de temps, on entre. »


Et chose dite, chose faite, je tournais les talons et je me dirigeais vers l'intérieur de Blue Screen .Inc, me moquant de savoir si Monsieur Blatte me suivait ou non, lui et son miroir à main.


10h35 - Blue Screens, Inc.
Accueil de la société Blue Space Inc.


Un secrétariat d'uns style plutôt chic, et résolument moderne, sans doute pour en mettre plein la vue au visiteur -et futur client de la boite - . Derrière un bureau au look futuriste, se tenait un petit être fort peu accueillant, occupé à traîner sur les réseaux sociaux au son d'une chanson dont l'ancienneté détonnait avec le lieu. Chanson qui me rappelait quelques choses…


Avant que je ne comprenne pourquoi, je me sentis tourner sur mes pieds et esquisser un malhabile pas de danse. Cette sensation, cette sensation que j'avais à l'écoute de cette musique, avait à voir avec « l'Avant ». Peut-être un souvenir d'une personne cher, peut-être un moment important ; en tout cas, je ressentais une sensation à mi-chemin entre la joie et la nostalgie. Pour le coup, j'aurais préféré perdre deux doigts de plus et savoir ce qui me reliait à cette chanson. Les pas de danse s’enchaînèrent avec le naturel et la fluidité propre au boiteux, quand le secrétaire coupa son lecteur MP3, en commençant à s'énerver, comme quoi s'était inadmissible, que si j'étais dans le besoin s'était pas l'endroit pour faire mes singeries et qu'il allait falloir aller mendier ailleurs.


Ma plaque d'inspecteur de la Criminel que je sortis de la poche de mon hyper et lui ajouta sous le nez le calma bien vite, et la menace de le voir inculpé d'outrage à un agent dans l'exercice de ses fonctions incita ce désagréable individu à collaborer, sous le regard amusé de mon collègue. Et merde.


10h40 - Blue Screens, Inc.
Open space


Mon collègue et moi fûmes conduit très rapidement dans ce qui semblait le cœur de cette entreprise, l'Open Space, où travaillait les informaticiens, par un individu peu agréable qui occupait le poste de secrétaire. Une fois arrivé dans cette salle tout droit sortie du XXVème siècle, nous vîmes les différents employés. Le secrétaire m'indiqua fort obligeamment l'individu le plus à même de nous aider dans notre enquête, à savoir une personne fort peu affairé. Un petit blond, maigrichon, au visage pâle, une sorte de « geek » de la nouvelle génération, qui tenait une canette de docteur Pepper. Super, il était disponible. J'avançais donc vers lui, caché derrière mon masque, avant de lui dire d'un ton indifférent en lui montrant mon badge. :


« Bonsoir, je suis Victor Theurel, Inspecteur à la Criminelle. J'aimerais m'entretenir avec vous au sujet des attaques de serveur. »
Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Mer 27 Avr - 2:55
Visiblement, l'homme masqué est un peu fragile de l'épaule, car ce n'est pas du théâtre, mais bien un cinéma auquel l'inspecteur Général assiste.

« Dit donc, Monsieur Bladd, ou je ne sais quoi, QUI est en retard ? Vous n'avez pas eu mon mot de la part de Ballaud ? Le rendez-vous, c'était dix heures, DEVANT le Blue Screen Inc. Vous êtes devenu incapable de lire un papier à cause d'âge ? Ou bien, ça vous semblait évidement logique et intelligent de ne pas suivre des instructions simple ? »


Tyrell reste de marbre. Il ne prend pas la peine de lui faire remarquer que le rendez-vous a été fixé par lui-même la veille, et que par conséquent les instructions viennent de lui. Si un subordonné comme lui s'adressait à Badd de la sorte, ce dernier l'aurait immédiatement mis à pied et envoyé à la circulation pour un bon moment. Mais pas la personne qu'il avait en face de lui. Non, l'homme masqué face à lui a un grand courage. Il fait preuve d'une immense force et d'une confiance en lui hors-pair, pour un handicapé. Physique et mental, Tyrell présume. Est-ce même un réel Inspecteur ? Ou un pauvre gosse à qui on a donné un badge pour lui faire plaisir ?
Non vraiment, Tyrell est impressionné. Il comprend que fragile à divers niveaux, le petit homme doit marquer directement son territoire. You got it buddy. Tyrell tente une gentillesse devant la bête blessée.



-Une petite sucrerie vous ferait-elle plaisir, Inspecteur ?

Une petite gâterie qu'il réserve aux petites filles maltraitées. Theurel ignore sa proposition, et enfonce mollement un doigt dans son estomac.

« Et je vous INTERDIS de me toucher, c'est clair ? Plus JAMAIS. Assez perdu de temps, on entre. »

Et tel un mannequin arrivé au bout du podium, il tourne les talons dans un mouvement fluide et rapide, et entre dans le bâtiment. Tyrell secoue la tête et soupire, déçu que l'Inspecteur n'accepte pas, cela l'aurait peut-être mis de meilleure humeur. Il lui emboîte le pas, s'adaptant à la vitesse de son collègue clopin-clopant. Pas question de lui passer devant, Badd le respecte trop pour ça.

A peine entré, que l'Inspecteur Theurel commence à se dandiner avec sa béquille. Un spectacle assez triste qui ne fait que renforcer la compassion et la sympathie de l'Inspecteur Général vis à vis de son collègue, mais aussi sa suspicion sur ses facultés mentales. Rapidement coupé par l'homme à l’accueil, l'homme masqué exhibe sa plaque pour se faire respecter. L'homme à l’accueil est dubitatif et jette un regard à Badd, derrière Theurel. Ce dernier lui fait un discret signe approbatif pour lui confirmer que l'homme face à lui est bien un Inspecteur de Police et non pas un danseur masqué du Carnaval qui se serait perdu.

Il les fait conduire à un étage intermédiaire, ou plusieurs ingénieurs travaillent. Le design complètement futuriste impressionne Badd. Tout cela ressemble à un décor de cinéma. Mais l'entreprise, dont l'activité est très florissante d'après les rapports qu'a lu Badd en amont, doit miser sur son image pour ramener beaucoup de clients. En tous cas, c'est ce que présume le Vieux Buffle.
On leur désigne un jeune homme blond, très fin, sirotant une canette de soda. Victor s'approche en boitant du jeune homme.

« Bonsoir, je suis Victor Theurel, Inspecteur à la Criminelle. J'aimerais m'entretenir avec vous au sujet des attaques de serveur. »

Dixit le Loup Brûlé en exhibant son badge comme se plaisent à faire les jeunes. Badd emboîte son pas hésitant, décidé à prendre en main l'enquête en tant que supérieur hiérarchique.


-Bonjour, veuillez excuser mon collègue qui a quelques soucis avec l'heure qu'il est. Je suis l'Inspecteur Général Badd. Pouvons nous nous entretenir dans un endroit plus privé ?

Il laisse le jeune ingénieur passer devant et les conduire à la pièce de son choix. Il donne une petite tape à l'épaule de Theurel pour l'encourager à venir avec lui. Brave homme celui-là. Il avait vraiment tout son respect.
Une fois arrivé, Badd invite le jeune homme à s'asseoir face à eux. L'Inspecteur tire la chaise de Theurel pour l'aider à s’asseoir et s'assied à son tour. Tyrell sort son miroir et inspecte le fond de la pièce, derrière lui.


-Bon, mon collègue vous a parlé d'attaques de serveurs sans vraiment vous préciser lesquelles. Nous enquêtons sur des attaques compromettant des secrets et des informations d'importantes sociétés, ainsi que des institutions fédérales. Un nom revient souvent, celui de l'Analyste. Est-ce que ça vous dit quelque chose ?

Tyrell range son miroir et étale plusieurs dossiers d'entreprises victimes d'attaques sur leurs réseaux sur la table entre le jeune homme et les deux hommes de Police. Il s’avance alors, les coudes sur la table et plonge son regard dans celui de Rain Hidekuro.



-Dites nous, M. Hidekuro, quel est votre véritable rôle au sein de Blue Screens, Inc. ?

Après avoir fait les présentations et en savoir plus sur la personne, son collègue et lui aborderaient le vrai sujet de leur visite, à savoir ce qu'il pouvait faire contre la menace de l'Analyste et si il accepterait de collaborer avec la Police.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rain Hidekuro
Modérateur
Hacker
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 169
Jeu 5 Mai - 16:54
Après avoir pris sa canette de Dr Pepper au distributeur, Rain avait refait le sens inverse non sans avoir laissé traîner ses yeux sur les ordinateurs de ses collègues. Certains, comme lui, glandaient sans rien faire de productif, tandis que les autres tapaient fébrilement sur leur clavier, les yeux rivées sur les écrans. Cette salle avait beau être un open space, il communiquait très peu avec ses voisins, dû à son tempérament de solitaire. Ses collègues assis proche de lui avait bien tenté de l'intégrer à leurs conversations, mais ils avaient vite laissé tomber, comprenant que Rain n'en avait rien à faire. Ce qui faisait de sa zone de travail le lieu le moins bruyant de l'open space et ça le réjouissait, malgré que l'informaticien mettait tout le monde mal à l'aise. Et pour le comble de l'ironie, il remit son casque sur ses oreilles, prétextant vouloir se concentrer.

Son écran affichait 50 % de restauration, autant dire que Rain en avait encore pour un moment. Il ouvrit une autre fenêtre sur son écran pour afficher le même map que sur le mur. Cette carte affichait tous les différents réseaux des entreprises dont s'occupait "Blue screens, Inc.". Trois couleurs apparaissaient : le vert, le bleu ainsi que le rouge. Vert signifiait que le réseau était clean, rouge que le réseau avait été piraté et pour le bleu, quelqu'un de la boîte était en train de s'en occuper. La couleur dominante du tableau était évidemment le bleu et le rouge. Au moins, c'était rassurant : Rain avait du travail pour un bon bout de temps en tant qu'"informaticien", mais pour ce qui est du hacker, c'était moins sûr. Il se serait bien occupé d'autres réseaux en rouge, mais la direction de "Blue screens, Inc." devait lui donner son aval. Ceci, pour évidemment pour contrôler tout ce que faisait ces employés. Rain aurait pu outrepasser ce contrôle, mais il se devait de faire profil bas et de se comporter comme un employé modèle, du moins au début. Pour compenser, le hacker se défoulait la nuit, n'ayant de compte à rendre qu'à lui-même.



Il se mit à boire une longue gorgée de Dr Pepper quand du coin de l'œil, quelque chose d'inhabituelle attira son attention. Le secrétaire, accompagnait de deux autres hommes faisaient irruption dans l'open space. Ils n'avaient pas l'air de clients et paraissaient chercher quelque chose ou bien quelqu'un en particulier, mais Rain ne s'en préoccupa pas plus que ça. Si ça se trouve, Bluescreens avait placé ses précieux sous dans des paradis fiscaux et était sous le coup d'une enquête. Ces hommes venaient juste vérifier, voilà tout. Il se replongea dans la lecture de son écran, ouvrant une autre fenêtre pour lire les dernières infos concernant la justice et l'économie, sait-on jamais.

« Bonsoir, je suis Victor Theurel, Inspecteur à la Criminelle. J'aimerais m'entretenir avec vous au sujet des attaques de serveur. »

En fait, pour tout avouer, Rain n'avait rien entendu avec son casque sur les oreilles, si ce n'est un petit bourdonnement. Il ne tourna pas directement la tête, terminant de lire l'info qu'il avait sous les yeux. Ce n'est que la réflexion de la lumière sur le badge qui attira finalement son attention. Le hacker fixa alors attentivement l'homme qui lui faisait face et tomba nez à nez avec un masque. Les personnes portant des masques sont toujours des personnes très intéressantes, car cachant des lourds secrets. Un jour, il devrait peut-être en porter un, qui sait. Il termina l'inspection de l'homme face à lui en remarquant sa veste marron bien serré, son écharpe bleue foncé ainsi que son pantalon beige droit et strict. Le fait que l'homme en face de lui porter un masque ne le dérangeait pas du tout, comparé à ces collègues qui semblaient tous mal à l'aise. Rain trouvait vraiment au contraire que cela lui donnait un certain style. Rain retira son casque.


-Bonjour, veuillez excuser mon collègue qui a quelques soucis avec l'heure qu'il est. Je suis l'Inspecteur Général Badd. Pouvons nous nous entretenir dans un endroit plus privé ?

Rain comptait répondre quand il se fit interrompre par le deuxième homme. Aucun risque de le louper, autant on pouvait avoir un doute sur la profession de Victor, autant l'inspecteur Badd était un vrai flic à l'ancienne. Tyrell n'était plus tout jeune à en voir la couleur de ses cheveux et de sa barbe. Sa peau terne et ridée était accompagnée de belles cicatrices. À l'allure athlétique, l'inspecteur portait un vieil imper troué par de nombreuses balles, signe de tendance héroïque ou suicidaire, c'est selon. Mais le petit détail qu'il aimait chez cet homme était son regard vif et froid. Il devait intimider tous les gens qui le croisait, mais Rain au contraire admirait ce regard qu'il n'arriverait jamais à reproduire. Tu le sentais, les années d'expérience.


"Bonjour ! Oui, je vais nous trouver ça. Je crois qu'il y a une des salles de réunion qui doit être vide en ce moment."

Rain se leva et passa en premier pour rejoindre une des salles situé sur les côtés de l'open space. C'était une salle de réunion qui n'était composée d'aucun murs, juste de grande vitre opaque qui ne laissait filtrer aucun son à l'extérieur. Très pratique pour parler business ou bien enquête, dans ce cas précis. Pendant qu'il les amenait à cette salle, le hacker se mit à réfléchir très vite à la situation. Etait-il déjà découvert ? S'était-il tromper quelque part ? Non, impossible. Il avait prit toutes les précautions en faisant en sorte qu'on ne puisse pas remonter jusqu'à lui. Il devait y avoir une faille. Dans tous les cas, Rain ne comptait pas s'enfuir et il assumait parfaitement toutes ces nuits de piratage.


*N'empêche, j'aurais bien aimé que la révélation de mon identité secrète se fasse aux yeux de tous, pour la gloire et la célébrité.*

Arrivé dans la salle, l'inspecteur invita Rain à s'asseoir de l'autre côté de la table, tandis qu'il tirait aussi la chaise avec élégance pour son collègue. Enfin tous installé, l'inspecteur mit la main dans sa poche de son imper. Qu'allait-il en sortir ? Un flingue ? En plein milieu de nombreux témoins ? Le hacker se savait dangereux dans l'univers numérique, mais dans l'univers réel, il était plutôt maigrichon en comparaison des deux inspecteurs en face de lui.


-Bon, mon collègue vous a parlé d'attaques de serveurs sans vraiment vous préciser lesquelles. Nous enquêtons sur des attaques compromettant des secrets et des informations d'importantes sociétés, ainsi que des institutions fédérales. Un nom revient souvent, celui de l'Analyste. Est-ce que ça vous dit quelque chose ?



*Un miroir... Décidément, ce Tyrell est plein de surprise. Il me plaît bien.*



"L'analyste ? Oui, c'est un nom qui revient souvent. On n'arrête pas de l'entendre dans ses locaux. C'est une légende vivante ! Il a contourné de nombreux systèmes de sécurité informatique mit en place par "Blue Screens, Inc.", autant vous dire qu'il n'est pas aimé du tout ici. Personne ne sait qu'il y est et c'est une véritable terreur dans le milieu informatique."

Faire l'éloge de soi-même est amusant, on peut aller jusqu'à modifier la réalité des choses. S'il avait voulu être plus dans la vérité, il aurait crié que c'était lui, le génie sans pareil, mais il fallait savoir rester humble, surtout dans ce genre de situation. L'inspecteur continuait en lui étalant plusieurs dossiers sur la table. Le hacker ne montrait aucune émotion à la vu des noms d'entreprises qu'il lisait, mais intérieurement, il jubilait. Rain voyait le fruit de ses efforts et il commençait même à inquiéter les autorités, qui allait sûrement améliorer leurs systèmes de sécurité informatique. Ces nuits de piratage allaient devenir plus compliquées, mais plus intéressantes. Il sortit de ses pensées au moment où Tyrell posa ses coudes sur la table pour le regarder dans les yeux. Rain trouvait ce regard impressionnant, mais ne bronchait pas.


-Dites nous, M. Hidekuro, quel est votre véritable rôle au sein de Blue Screens, Inc. ?



*C'est là que ça passe ou ça casse. Jouons finement.*



"Je pense qu'une image vaut mieux qu'un long discours"




Il leur tendit sa carte de visite et attendit patiemment qu'ils aient finit de la lire. Pendant ce temps, il réfléchissait vite et intérieurement pour préparer sa défense pour ce qu'il semblait être un long interrogatoire. Quand il eut enfin leur attention, il se mit à la charge, voulant reprendre l'initiative.


"Puis-je savoir en quoi puis-je vous être utile ? Si j'ai bien compris, différents réseaux ont été piratés ? D'accord, mais vu que ces réseaux ne font pas partie de ceux que gère "Blue Screens, Inc.", quel est le rapport avec moi ?"

_________________

YOU ARE FREE
Fiche de personnage : lien
Journal de bord : lien
Images de l'artiste Yuumei <3 : Sa page DeviantArt
Sprites de l'artiste Singidawa : Les sprites
Revenir en haut Aller en bas
Victor Theurel
Inspecteur
à la Criminelle
avatar
Âge du Personnage : 36 Piges
Messages : 133
Sam 28 Mai - 19:53
p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }
Mon collègue Tyrrel, qui avait pourtant été peu à cheval sur les horaires, se montrait d'un coup très respectueux avec moi. Voilà la conclusion que je pouvais faire de ses premières minutes avant de rencontrer l'informaticien de Blue Screen Inc. Etrange. Peut-être qu'il s'était rendu compte qu'il avait abusé ? En tout cas, nous partions sur des rapports beaucoup plus cordiaux, si jamais il continuait sur cette lancée.


Mon collègue, donc, avait pris l'initiative en face du blondinet, et dirigeait donc notre « enquête ». Même si celle-ci ne partait pas forcément comme je l'aurais souhaité, je ne pouvais pas me permettre de couper mon collègue, sauf si je souhaitais nous décrédibiliser. Ce qui aurait été assez stupide de ma part. Je m'assis donc dans cette salle de réunion aux murs vitrées, avant de me contenter de fixer d'un air calme le jeune blond, scrutant ses mimiques. Je n'étais pas un expert dans l'art de décrypter les émotions, mais j'avais quelques vagues notions dans le domaine.


Mon collègue interrogea donc le jeune homme sur son rôle au sein de Blue Screen Inc, et lui posa deux ou trois questions concernant l'Analyste. Rien de bien folichon. Néanmoins, nous apprîmes grâce à ses questions le rôle du jeune homme en face de nous, et, de plus, nous eûmes l'information suivante : les réseaux attaqués par l'Analyste n'étaient pas des réseaux gérés par la boîte. Intéressant.


Voyant que mon collègue ne prenait pas la parole, je répondis donc au blond par une autre question, avec un ton légèrement interrogatif :


« Tiens, c'est curieux… Vous dites que les réseaux attaqués ne font pas partie de la société ? C'est intéressant. »


Je passai mes doigts valide le long de ma béquille en laissant une courte pause pour me formuler cette information importante : Blue Screen Inc. avait sans doute un rapport avec ces hacks de réseaux. Et c'était plutôt intéressant, dans la mesure où la société pesait déjà sous le coup de quelques enquêtes en interne, pour blanchissement d'argent et détournement de fonds. Je choisis d'aborder le sujet sur un axe un peu subtil, afin de ne pas laisser filtrer cette idée qui aurait pu donner à notre source une soudaine envie de changer sa version des faits.


« Dites-moi, concernant ses hacks de réseaux, pouvez-vous m'en dire plus… ? Vous savez quelles sociétés les géraient ? »

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tyrell Badd
Inspecteur Général
avatar
Âge du Personnage : 60
Messages : 24
Dim 4 Sep - 17:00
Tyrell continue à fixer Rain dans le blanc des yeux. Un tic de trop, un signe d'hésitation, c'est tout ce qu'il attend. Il faut savoir si cet homme est fiable et sera à la hauteur de la tâche qu'ils comptent lui demander. L'informaticien lui tend sa carte. Tyrell la saisi, la parcoure rapidement, et la tend à son collègue. Rien de nouveau. C'était d'ailleurs la raison de leur visite.

Son collègue pose une question sur les sociétés gérant les réseaux hackés. En effet, intéressant de savoir si le petit a déjà des infos. Une fois que Rain répond, Tyrell se lève et s'appuie sur la table et s'adressant à l'informaticien, toujours avec un regard sévère.



-Bon écoutez, Monsieur Hidekuro, on ne va pas tourner autour du pot toute la journée. Nous sommes ici car de nombreux dossiers confidentiels de la Police ne sont plus en sécurité avec l'Analyste en liberté. Des dossiers contenant des informations vitales sur des crimes, mais aussi l’identité de plusieurs témoins sous protection, d'agents infiltrés, etc. Leur vie est en danger. Nous avons besoin d'un expert pour renforcer notre sécurité, ainsi que traquer l'Analyste.

Tyrell laisse un instant pour laisser le temps à son interlocuteur de comprendre.




-Notre district ne comprend aucun expert en cybersécurité et le Ministère nous a offert l'occasion d'en recruter un pour une mission ponctuelle. Le temps de mettre l'Analyste sous les verrous, pour de bon. On s'arrange auprès de BlueScreen pour vous avoir un congé payé. Ressources quasi-illimités à votre disposition. Vous n’aurez qu'à nous donner une adresse et nous iront enquêter. Vous vous en sentez capable ?


Tyrell jette un regard à son collègue masqué. Celui-ci n'était pas sur les traces de l'Analyste depuis aussi longtemps que lui, mais Rain Hidekuro était l'un des seuls hommes sur la planète à pouvoir le traquer.
Revenir en haut Aller en bas
Rain Hidekuro
Modérateur
Hacker
avatar
Fiche du Personnage : LIEN
Messages : 169
Mer 28 Déc - 12:04
L'atmosphère était devenu pesante dans cette salle de réunion. Les deux camps se regardaient droit dans les yeux, se jaugeant pour voir s'ils pouvaient se faire confiance mutuellement. Pour sa part, Rain se sentait totalement maître de la situation, avec une grosse dose d'adrénaline, prêt à en découdre avec les inspecteurs. Bon, le hacker savait qu'il ne gagnerait pas une bataille physique, mais si ça restait une bataille intellectuelle, il avait toutes ces chances.


« Tiens, c'est curieux… Vous dites que les réseaux attaqués ne font pas partie de la société ? C'est intéressant. »

Rain ne broncha pas face à cette remarque. Le "loup brûlé" semblait suspicieux, mais ces inspecteurs de la police ne devaient vraiment rien avoir de concret contre lui, sinon ils auraient déjà joué carte sur table en étalant toutes les preuves contre lui. Peut-être cherchaient-il à le pousser à la faute pour grappiller d'autres informations.


"Je sais à quoi vous êtes en train de penser. Blue Screens inc pourrait être impliqué dans tous ces hacks de réseaux, mais je ne peux pas vous laisser dire ça. Nous avons aussi reçu des attaques de l'Analystes, mais aucune n'a été concluante. Ce n'est pas pour rien que nous avons les meilleurs informaticiens ici."

Rain avait dit cela sur le ton du reproche. Autant il pouvait laisser dire ce qu'on voulait de l'analyste, mais il était hors de question de laisser dire du mal de Bluescreen, complètement innocent dans tout ça.


« Dites-moi, concernant ses hacks de réseaux, pouvez-vous m'en dire plus… ? Vous savez quelles sociétés les géraient ? »

Entendant parler de son travail, Rain se radoucit. Un long sourire parcouru son visage. Il prit une longue gorgée de Dr Pepper, laissant sans gêne échapper un rot de satisfaction. En fait, l'informaticien adorait expliquer des choses compliquées qu'il avait eu beaucoup de peine à comprendre lui-même la première fois.


"Ce serait trop complexe à expliquer à des néophytes comme vous. Mais pour faire simple, il y a trois techniques simples que l'analyste a pu utiliser pour hacker ses différents réseaux."



"Un email piégé : un simple email qui infecte l'ordinateur avec un lien se trouvant à l'intérieur."



"Un ordinateur infecté : utiliser un ordinateur sous infection latente du parc informatique de l'entreprise."



"Une faille sur une ressource de l'entreprise, exposé sur internet comme un site web ou une messagerie."



"Après, je ne sais pas quelles sociétés géraient les réseaux de ces sociétés, mais autant vous dire que ce sont vraiment des incompétents."

Pendant qu'il déblatérait toutes ces informations, il sentait le regard inquisiteur et sévère du vieux briscard peser sur lui. Il n'était pas vraiment habitué à être constamment observé de la sorte. Il continua néanmoins d'afficher un sourire confiant, cependant son coeur battait à toute rompre. Rain retroussa les manches de son sweat et se mit à fermer les yeux, prenant une grande respiration.


-Bon écoutez, Monsieur Hidekuro, on ne va pas tourner autour du pot toute la journée. Nous sommes ici car de nombreux dossiers confidentiels de la Police ne sont plus en sécurité avec l'Analyste en liberté. Des dossiers contenant des informations vitales sur des crimes, mais aussi l’identité de plusieurs témoins sous protection, d'agents infiltrés, etc. Leur vie est en danger. Nous avons besoin d'un expert pour renforcer notre sécurité, ainsi que traquer l'Analyste.

Rain tomba des nues. C'était donc ça ?! Toute cette tension, cette mise en scène pour en arriver là ? C'était tellement inattendu qu'il en laissa tomber sa canette de Dr Pepper, heureusement vide, sur la table, qui tomba en echo. Après ce moment de totale surprise, son expression devient tout autre. Le hacker se sentait totalement détendu à partir de ce moment.


-Notre district ne comprend aucun expert en cybersécurité et le Ministère nous a offert l'occasion d'en recruter un pour une mission ponctuelle. Le temps de mettre l'Analyste sous les verrous, pour de bon. On s'arrange auprès de BlueScreen pour vous avoir un congé payé. Ressources quasi-illimités à votre disposition. Vous n’aurez qu'à nous donner une adresse et nous iront enquêter. Vous vous en sentez capable ?

À vrai dire, plusieurs pensées contraires se bousculait dans sa tête. Cette opportunité pouvait à tout moment se retourner contre lui et se refermer comme une cage dont il ne pourrait pas s'échapper. Mais en même temps, il serait plongé au cœur de l'information sans avoir à utiliser de moyens frauduleux. Bon après, Rain n'aime pas du tout la facilité, mais cette position pouvait lui donner un alibi en béton, ce qui était appréciable. Et puis, un peu d'aventure lui ferait du plus grand bien.


"J'accepte sans hésitation."

Il était tout surexcité, rien à avoir avec l'attitude qu'il avait au tout début de l'entretien.


"Est-ce que j'aurais le droit à un badge ?"

_________________

YOU ARE FREE
Fiche de personnage : lien
Journal de bord : lien
Images de l'artiste Yuumei <3 : Sa page DeviantArt
Sprites de l'artiste Singidawa : Les sprites
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sylas, le visage à double face
» La double face de la justice - Fini !
» Double face /PV\
» Fiche de Double Face
» Un fdd pour Double Face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Wright :: IRP → Ville :: Centre-Ville :: Blue Screen, Inc.-
Sauter vers: